[17/01/2010] Mr Jack à New York

Mr Jack avait eu un succès incroyable lorsqu’il était sorti en 2006 après avoir eu droit à une édition confidentielle via Neuoludic sous le nom Une ombre sur Whitechapel. En 2009, pour le salon d’Essen, l’éditeur Hurrican nous a proposé une nouvelle version du célèbre jeu, toujours aussi thématisé, puisque le fameux Jack l’éventreur aurait peut-être sévi à New York comme en attestent des crimes similaires commis à la même époque. Ah, quel background…
Cette version, située à Manhattan, avec la Statue de la Liberté en toile de fond et accessible pour y rencontrer un mouchard, est encore plus difficile pour les deux protagonistes. En effet, les sorties de Jack, lorsqu’il est dans le noir, sont mobiles, via des paquebots amarrés aux ports de la ville. Les pouvoirs des personnages sont assez bien vus et je déplorerais seulement un relatif manque de surprises / nouveautés avec cet opus, car lorsqu’on a beaucoup aimé le jeu de base, on ne trouve pas énormément de valeur ajoutée avec cette boîte. Je pense qu’elle est surtout destinée aux joueurs qui voudraient s’offrir un jeu de ce type et qui ont, ainsi, le choix entre deux versions similaires mais pas trop.
Allez, je vous raconte ma partie sur ce Mr Jack à New York où j’incarnerai le terrible criminel…

MR JACK A NEW YORK :


Et voici Jack qui arrive à New York sur un rafiot, prêt à y commettre de nouvelles horreurs, à moins que ce ne soit pour fuir les polices européennes…

Je revêts les traits de Alfred Ely Beach pour incarner Jack. Son pouvoir, obligatoire, est de construire une nouvelle bouche de métro à chaque activation du personnage…

Les 4 cartes de personnages du premier tour, initié par l’enquêteur Romain. Il en choisit donc un, puis j’en prends deux et il joue le dernier. Au deuxième tour, ce sera l’inverse,
avec, auparavant, la mention visible ou invisible concernant Jack…

Les quatre personnages ont été joués et l’enquêteur s’en est très bien sorti puisqu’il a réussit à scinder les suspects en deux groupes égaux : 4 visibles et 4 invisibles. Je
déclare Jack invisible mais j’aurai du mal à le faire sortir pour autant…

Qu’est-ce que c’est dur de calculer comment jouer ! Oulhala ! On est vraiment surpris avec Romain d’avoir autant de difficultés à anticiper si nos choix sont les bons, ou au moins
pas trop mauvais…

Romain joue quand même mieux que moi, lui qui vient de réussir à innocenter encore 1 personnage et à qui il ne reste plus que 3 suspects : Mrs Emma Grant (pion vert), laquelle place
un parc à chaque tour, James H. Callahan (pion beige), lequel déplace une barrière à chaque tour et, évidemment, Alfred Ely Beach (pion marron)…

Pour le troisième tour, les 4 personnages sortis en premier renferment deux suspects sur les trois, dont le vrai coupable. Romain va commencer et je prie pour qu’il ne joue ni le
personnage marron ni le violet (puissant : il permet d’échanger la position de deux personnages étant tous deux soient visibles soient invisibles…

La position de mon pion marron, pas trop éloigné d’un port ouvert, mais sans paquebot, me plaît assez. M’enfin, il faudra que j’arrive déjà le mettre dans l’ombre pour qu’il ait le
roit de sortir et que je parvienne à faire accoster un paquebot. Très difficile à vrai dire, surtout que je risque d’éveiller les soupçons de Romain si je concentre mes efforts par
là…

Cool : je vais retourner la carte Jack visible en Jack invisible, ayant réussi à le placer dans un parc, ce qui le rend invisible même si un personnage ou un lampadaire est
adjacent…

La situation devient de plus en plus compliquée : plus que deux suspects potentiels, tous deux cachés dans des parcs. Mon problème est que je vasi commettre une énorme bourde, en
confondant « état visible ou invisible » identique avec « état suspect ou innocent identique » lorsque j’envisage, dans la foulée de jouer le personnage noir qui permet d’en bouger un à
sa place…

Ne sachant comment jouer le coup, je déplace le pion jaune sur l’île de la Statue de la Liberté, afin d’y rencontrer le mouchard, lequel me permet de prendre une carte de suspect.
Si je tombais, par hasard, sur le personnage vert, cela me garantirait que Romain n’aurait aucune possibilité d’y avoir accès plus tard. Raté, mais bon…

Vu ma grossière erreur avec le pion noir, je me retrouve dans une situation désespérée (plus qu’un pion suspect !) et je tente le tout pour le tout en essayant profiter de la
méconnaissance du jeu de Romain pour planquer le pion marron dans des zones inaccessibles…

Admirez comme je l’ai planqué ce fameux pion marron, enfermé derrière des lampadaires, des monuments et des barrières, acculé contre le port…

Bon, là ça va devenir technique : comment Romain doit-il faire pour s’assurer de m’accuser lors de son premier tour ou son 4ème ?

Ca cogite grave car il le sait bien, le père Romain, qu’il n’a pas le droit de perdre vu ma situation désespérée…

La situation se complique car mon pion a été changé de place via le pion violet et il lui est adjacent maintenant…

Vue générale mais sans vraiment d’espoir pour moi, même si, bon an mal an, on est mine de rien au 6ème tour de jeu. Je vois bien que Romain essaie de trouver le coup qui tue
avec ses deux personnages à jouer successivement parmi les 3 restants pour ce tour…


La combinaison trouvée par Romain est superbe : il déplace le personnage beige près du Monk Eastman noir pour le rendre visible puis déplace le pion violet à la place du noir car
ils ont le même statut : il m’accuse avec ce dernier et gagne la partie !
Bilan synthétique :On a aimé
– Le système de jeu génial : un enquêteur et un meurtrier qui se cache sous les traits d’un des des personnages du jeu,
– Une véritable montée en puissance du jeu, avec les personnages innocentés et l’étau qui se resserre sur Jack,
– Le côté mouvant des édifice (bouches de métro, chantier, lampadaire) puisqu’ils peuvent devenir des parcs, favorisant Jack en le rendant invisible lorsqu’il s’y cache.

 

On a moins aimé
– Le manque de renouvellement de cette version par rapport à l’ancienne : double emploi dans une même ludothèque,
– Une moins forte attirance pour ce jeu que pour l’ancienne mouture mais je n’arrive pas à dire pourquoi pour le moment (difficulté ? pouvoirs très complexes et trop propices aux
combos ?).

Scores de la partie :Romain (enquêteur) : victorieux au 6ème tour
Ludo le gars (Jack) : arrêté par Francis J. Tumblety

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure

 

 

———————————————————————————————————————————————–

6 commentaires à propos de “[17/01/2010] Mr Jack à New York”

  1. Hello et merci pour ce compte-rendu.
    Toujours intéressant, comme d’habitude.

     Si j’ai bien compris, l’enquêteur a utilisé le pouvoir de Monk Eastman pour déplacer un autre personnage sur Jack et l’accuser.
    Si c’est le cas, c’est interdit (cf. la FAQ dans le livret de règles). 

  2. Petit retour d’expérience.

    Je n’avais pas non plus trop accroché à cette version (alors que j’ai fait plusieurs centaines de parties de la version de base).

    J’ai insisté et, du haut de mes quelques 30 parties, je trouve cette version bien plus intéressante (notamment par le fait des multiples possibilités de Jack pour s’enfuir).

    A tel point que je n’ai plus envie que de jouer à New-York.

  3. Hello et merci pour ce compte-rendu.
    Toujours intéressant, comme d’habitude.

     Si j’ai bien compris, l’enquêteur a utilisé le pouvoir de Monk Eastman pour déplacer un autre personnage sur Jack et l’accuser.
    Si c’est le cas, c’est interdit (cf. la FAQ dans le livret de règles). 

  4. Petit retour d’expérience.

    Je n’avais pas non plus trop accroché à cette version (alors que j’ai fait plusieurs centaines de parties de la version de base).

    J’ai insisté et, du haut de mes quelques 30 parties, je trouve cette version bien plus intéressante (notamment par le fait des multiples possibilités de Jack pour s’enfuir).

    A tel point que je n’ai plus envie que de jouer à New-York.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − deux =