[17/02/2005] Carcassonne Die Stadt

Participants
– Jacques, caladois de bleu vêtu, qui a troqué son vert à votre serviteur (mais son verre il l’a gardé pour lui 😉
– Loïc, joueur jaune, venu découvrir en famille les jeux de société ce soir,
– Olivier, joueur rouge, venu lui aussi dans cette brasserie pour en savoir plus sur les jeux « modernes »,
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Une boîte de jeu en bois, cela n’est pas courant, et quand on lit Carcassonne sur celle-ci, on ne peut qu’avoir envie de l’essayer quand le jeu de base vous a emballé à maintes reprises. Ce soir, donc, je suis ravi de profiter de notre soirée ludophile en brasserie,
conçue pour aller vers le public faire découvrir les jeux, pour tester cette nouvelle mouture du jeu bien connu. J’explique les règles, pas si simples finalement surtout comparées
à celles d’origine, et la partie débute avec Olivier en premier joueur.


Pour une fois que l’on a un joli sac dans la boîte, on va devoir
s’en passer et placer les tuiles en 3 piles : une de 30, une de 25 et
une de 20…


En fin de première phase, juste avant la pose des premiers remparts
due à un décompte que je lance en début de phase
2 afin de placer la porte où je le souhaite, la situation est déjà
plus complexe et plus riche…


Loïc place une tuile qui va clôturer l’un de ses marchés,
mais lui permettre, lorsque chacun aura placé un rempart, de positionner
une tour lucrative (1 point par rempart entre les 2 tours successives)…


Une vue en fin de partie, juste avant que nous effectuions les décomptes
finaux, liés aux gardes sur le mur d’enceinte (favorable à
Loïc) et aux résidences (favorable à Jacques)…


La partie a débuté depuis quelques tours et on peut
voir que les routes sont assez privilégiées par les joueurs
(4 partisans sur les 6 posés), alors que j’ai également
commencé à anticiper sur la zone résidentielle
du haut (partisan vert couché). Au niveau des marchés,
celui du centre contient 2 denrées jaunes (blé) donc il
a rapporté à son propriétaire 2 points (2 tuiles
X 1 denrée). Celui du haut, en cours de construction, me rapportera
au moins 4 points puisqu’il s’y trouve deux denrées différentes
(poissons et cochons) et que l’un des mes partisans verts s’y trouve…


Une fois ma porte posée, je peux prendre ce cliché
où l’on voit Jacques placer son rempart, avant que Loïc
puis Olivier fassent de même, dans l’alignement qui va progressivement
se dessiner autour de la Cité. Au premier plan, on remarquera
les scores de chacun, avec une avance notable de ma part et un retard
accusé par le joueur jaune…


Une vue en fin de seconde phase, lorsque la pile n°2 des tuiles
est épuisée : la Cité s’est déjà
bien étendue, mais son caractère assez compacte, finalement,
fera que la troisième phase se verra abrégée (la
partie s’achèvera sur une proximité trop grande des 2
extrémités des remparts : 5 espaces)…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure – Mise en place du jeu
: 5 minute – Explication des règles : 20 minutes
Loïc remporte cette partie avec un total de 99 points, devant Ludo le gars
avec 98 points, Jacques avec 89 points et Olivier avec 79 points.
Le détail est le suivant :

Fin de phase 1
Fin de phase 2
Fin de phase 3
Gardes
Résidences
Total
Jacques (bleu)
13
20
32
23
34
89
Loïc (jaune)
8
41
45
48
6
99
Olivier (rouge)
14
31
31
28
20
79
Ludo le gars (vert)
22
49
61
9
28
98


Débriefing
Extrêmement serrée cette petite partie finalement, alors que tout
le monde me voyait largement gagnant : 16 points d’avance sur le second avant
les 2 décomptes finaux. En plus, il se trouve que c’est moi qui ai sonné
la fin de partie en clôturant le marché jaune du haut (marque de
1 point pour jaune, puis 2 points en raison d’un bâtiment public en face
de son garde) et en me plaçant dans la résidence de ma tuile pour
marquer 4 points, alors que j’aurais pu marquer mes 4 points ailleurs tout en
clôturant également la partie. J’aurais alors gagné avec
2 points d’avance sur Loïc, mais je n’ai pas voulu calculer à mort…
J’aurais dû faire mon K 😉 et tout compter avant de jouer…

Sinon, au niveau du jeu, tous les joueurs ont beaucoup aimé, même
s’il est entendu qu’il fallait bien une partie de découverte pour être
à l’aise, notamment avec le système des remparts et des résidences.
Je pense que ce jeu est réussi, malgré des décomptes un
peu trop tirés par les cheveux parfois (les routes valent 1 point par
tuile si elles sont longues de 3 tuiles ou moins, et le double en cas de route
plus longue). Le système des remparts fonctionnent bien et il est sympa
de devoir mesurer si l’on doit placer une tour ou pas (à trop attendre
on risque de se faire prendre de vitesse par un autre joueur qui lancera un
décompte à son tour). Jacques l’a vécu à ses dépens,
lui qui n’a pas pu placer une seule de ses 3 tours.
De mon côté, j’ai apprécié particulièrement
les alliances de circonstances que l’on est amenées à opérer
pour marquer beaucoup plus de points (des grands marchés avec 3 denrées
différentes, cela se négocie bien avec un partenaire…).
Sympa et beau, un Carcassonne de plus certes, mais l’un des plus riches incontestablement,
même s’il ne détrône pas, pour moi, l’original qui demeure
le plus accessible et le plus ludique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ un = 6