[17/03/2005] Keythedral

Participants
– Jacques, joueur gris, toujours intéressé pour parfaire sa culture ludique,
– Fred, joueur rouge, seul autre joueur avec Romain et moi à avoir déjà joué à ce jeu,
– Romain, joueur bleu, qui aime beaucoup ce jeu,
– Sylviane, joueuse jaune, qui devient une véritable accro des jeux « modernes »,
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Ayant échoué dans notre tentative de tester (terme à la mode… 😉 Warcraft, pour cause d’erreur de plaque (oubli de la 12 et la 11 en double…), nous nous rabattons sur Keythedral, un autre joli jeu sorti en fin d’été et qui est vraiment une réussite.
Fred et Romain connaissent déjà les règles, aussi je me contente de les expliquer à Jacques et Sylviane en insistant lourdement sur l’importance cruciale du placement initial qui n’a rien à voir du tout avec une mise en place aléatoire ou un truc du genre… Un peu comme à Durch die Wüste, ce positionnement en amont détermine pour beaucoup la suite de la partie.


Jacques, Fred, Romain et Sylviane sont en train de construire le plateau
de jeu, à l’aide des tuiles numérotées de 1 à
5 au dos…


A chaque tour, chacun réfléchit un peu mais sans exagération,
ce qui aura de quoi surprendre lorsqu’on lira la durée totale de
jeu…


Cette photo rapprochée juste avant collecte des cubes est assez
fidèle à la répartition habituelle : Fred et Romain
récoltent 6 cubes, tout comme Sylviane mais c’est plus exceptionnel,
alors que Jacques et moi s’arrêtons à 5 (en ce qui me concerne
je n’ai dépassé cette valeur qu’une fois)…


L’une des raisons de la durée impressionnante de notre partie
est qu’à cause d’une majoration de la dernière tuile de
valeur 8, personne ne l’achète. En fait, Fred semble vouloir se
réserver pour les tuiles 10 et 12, et les autres joueurs ne veulent
pas se dépouiller de leurs cubes (il en a nettement plus le bougre)…


L’ambiance semble tendue et je peux vous dire qu’elle l’est ! Fred
s’entête dans sa volonté de ne pas investir et les autres
joueurs attendent le moment où il craquera car, forcément,
tôt ou tard il se résoudra à acheter la dernière
tuile 8 et il comprendra que malgré toute sa fortune il ne pourra
pas acheter toutes les tuiles restantes puisqu’on ne peut en acheter qu’une
seule par round en phase 3…


Romain hésite à jouer sa carte dans ce qui révèle
sans surprise être le dernier tour, et il se retrouve finalement
contraint de ne pas la jouer ne pouvant pas l’exploiter. Sylviane ne pourra
pas acheter l’une des deux dernières tuiles 12, ce qui laisse une
toute petite chance à Jacques et moi de se les procurer, au prix
d’un échange chacun auprès du marchand (légume pour
lui, vin pour moi). Bingo ! Romain ne peut pas intervenir et on termine
avec une tuile chacun. Rideau…


Une vue du plateau de jeu tel que nous l’avons bâti. A noter
que nous avons vraiment essayé de ne pas accoler des cottages de
même numéro et que chacun a réussi à se placer
de manière assez ouverte. Le seul élément curieux
réside dans le côté très excentré de
la cathédrale finalement, alors qu’on aurait pu supposer qu’elle
allait occuper une position beaucoup plus centrale…


Fred positionne un de ses ouvriers sur un champ et il va collecter
encore une fois beaucoup de cubes…


Une autre collecte qui affirme encore la supprématie de Fred
et Romain (6 pour le premier, 7 pour le second), alors que Jacques revient
bien (7 aussi), et que Sylviane et moi semblons nettement moins bien (2
pour elle, 5 pour moi). Il est utile de préciser que le nombre
de maisons de mes 4 adversaires est de 4 ou 5 chacun contre seulement
2 à votre serviteur (tactique, tactique 🙂 …


Ricanant comme un bossu, notre ami Fred immortalise ici son butin à
cet instant précis : 1 cube or, 2 cubes vitrail, 2 cubes ferronerie
et 7 cubes de ressources, soit un total de 21 cubes en valeur ! Et que
dire de sa carte Loi en arrière-plan qui lui permettrait d’arnaquer
le marchand ou encore le seul contrat acheté par ses soins… Il
nous étonnera toujours ce gars-là…


La fin de partie est hallucinante : contre toute attente, Fred se retire
immédiatement du tour en achetant une carte Loi, ce qui incite
Jacques à déclencher la fin de partie (achat de la dernière
tuile 8) ! Ne pouvant plus rentrer dans le tour actuel, Fred ne peut acheter
aucune tuile de valeur 10, et il ne pourra pas non plus acheter de tuiles
de valeur 12… Aïe, aïe, aïe…


Une vue de mon butin juste avant que l’on fasse les comptes, sous les
huées de Fred qui vit assez mal le dénouement de cette partie
🙂

Décompte final
Durée de la partie : 3 heures (dont 20 minutes de
placement) – Mise en place du jeu : 10 minutes – Explication des règles
: 45 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 58 points, devant Romain
avec 55 points, Jacques et Sylviane avec 40 points et Fred avec 28 points.
Le détail est le suivant :

Tuiles de construction
Cubes conservés
Total
Jacques (gris))
4+6+2X8+0+12 = 28
2
40
Fred (rouges)
4+0+0+0+0 = 4
24
28
Romain (bleus)
0+6+2X8+2X10+0 = 42
13
55
Sylviane (jaunes)
2X4+6+0+10+12 = 36
4
40
Ludo le gars (verts)
4+2X6+8+10+12 = 46
12
58

Débriefing
Quelle partie tendue, longue et au dénouement totalement imprévisible
! C’est aussi pour des moments comme ceux-là que j’apprécie tant
les jeux de société… On se croit loin loin loin (sincèrement
je ne me voyais pas gagner et je pense même que Romain le méritait
plus que moi) et là, patatra en raison d’un désistement de Fred
dans ce qui apparaissait comme l’ultime tour, sauf que lui n’y croyait pas !
Incroyable qu’il n’ait pas pu se mêler à la lutte en raison de
cet achat de carte loi mal jugé… et finalement assez sympa comme fin
car on a vécu un grand moment !

Au niveau des points de victoire, j’ai conservé pour ceux-ci un total
de 35 cubes (23 correspondant aux 46 points de victoire liés aux tuiles
+ 12 encore en ma possession à la fin), alors que Romain en a gardé
34 (21+13), Jacques 16 (14+2), Sylviane 22 (18+4) et Fred 26 (2+24). Comme nous
avons joué 8 tours complets (reste de 2 cartes Lois), j’ai conservé
4,37 cubes par tour pour les points de victoire, Romain 4,25, Fred 3,25, Sylviane
2,75 et Jacques seulement 2 !
Mais le plus important, bien que là ce fut à couteaux tirés
avec Romain, est quand même qu’il ne sert à rien de dépenser
sans compter sur les maisons, car avec seulement 2 maisons en tout et pour tout,
on peut très bien l’emporter…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× deux = 12