[17/05/2007] Polarity X2, Die Baumeister von Arkadia

Que de parties jouées ces derniers temps ! Impressionnant ! D’ailleurs, au départ, je m’étais dit que cette semaine j’attendrais vendredi pour remettre le couvert. Que nenni, on ré-attaque dès le jeudi, avec au programme deux parties de  Polarity avec Julie, suivie le soir même d’une partie de Die Baumeister von Arkadia avec Thibault et Sylvain en plus. Une bonne journée !

 

POLARITY X 2 :

Dans ce jeu d’une originalité sans pareille, nous avons commencé par positionner nos 5 bases
respectives : Julie les noires et moi-même les blanches…
Et là, Julie découvre les joies de stresser comme une folle parce qu’elle n’arrive pas à trouver
le point déquilibre magnétique entre sa nouvelle pièce et l’une des bases noires…
Quelle magie de voir les disques se maintenir en une sorte de lévitation, simplement provoquée par
la présence d’une base noire devant eux…
La dame se retrouve contrainte de tenter des coups délicats pour se créer de nouvelles bases : elle
tente de faire se retourner l’un de mes disques en suspension (nous jouons avec cette variante de règle qui ne me semble pas remettre en cause l’intérêt du jeu dans son ensemble)…
Autre tentative d’attraction d’un de mes disques pour le faire basculer en base noire…
Mais finalement la partie s’achève, faute de disques noirs (base ou pile) en lice sur le joli
tapis…
Deuxième partie d’affilée, la première s’étant terminée en quelques minutes seulement. Et revoici
nos 5 bases respectives positionnées sur le tapis.
Ne voulant pas commettre de fautes aussi grossières que lors de la partie d’avant, Julie s’entraîne
sur le sac de transport (bien fonctionnel d’ailleurs)…
Le matériel est vraiment de toute beauté et les équilibres sont bien fragiles. A noter que tout
joueur qui provoquerait un accollement avec le disque rouge central perdrait immédiatement…
Julie couine un peu, ne sachant plus trop comment prendre l jeu. Précisons que je vais l’aider un
poil lorsque, trop confiant certainement, je manque une belle conversion d’une pile de 5 disques !
La partie dure nettement plus longtemps et la tension est bien palpable. Ici, Julie, qui mène le
bal, s’approche doucement de la victoire, sachant que je ne vois que des techniques d’anti-jeu pour l’empêcher de gagner : vol d’une de ses bases via mon disque actif, car sinon je
n’avais plus rien à poser et ele gagnait…
Mais bon, l’anti-jeu ça ne me plaît guère et je ne souhaite pas m’y lancer plus avant,
particulièrement lorsque je mesure que je pourrais très bien tenter de lui voler une pile de 4 ou 5 par exemple. Du coup, je joue comme il faut, dans l’esprit du jeu, en
positionnant mon dernier disque en équilibre, ce qui met fin à la partie…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le principe génialement original du jeu (mise en équilibre de disques magnétiques), ce qui génère des configurations magnifiques à observer même pour de simples
spectateurs
– Le packaging du jeu : un sac de transport et un tapis roulé

On a moins aimé
– Le packaging du jeu au moment de son achat : une inutile boîte de grande taille contenant le tapis PLIE !
– Les règles non pas brouillonnes ou évasives, mais pas franchement naturelles (gestion des fautes)
.

Scores de la partie :

 

Julie (noir) : 1 défaite puis 1 victoire (25 à 22)
Ludo le gars (blanc) : 1 victoire (plus de noir en jeu) puis 1 défaite

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

———————————————————————————————————————————————–

DIE BAUMEISTER VON ARKADIA :

La partie a débuté depuis peu et l’on voit que le joueur orange (Sylvain) et vert (Ludo) ont déjà
tenté de placer des architectes à leur couleur, en attente des décomptes liés aux bâtiments blanc et rouge construits ici-même…
Alors que Julie semble gênée aux entournures, Sylvain paraît bien en forme, avec sa première vente
de sceaux à venir, ce qui, quelque part, lui donnera un tour d’avance sur les autres (bien que ce soit Thibault qui ait commencé la partie)…
Sylvain a provoqué deux décomptes simultanés, a positionné deux blocs sur le château et a vendu pas
mal de sceaux à un bon prix. Il attaque fort…
Le niveau 1 du château est complété et les deux blocs restants (deux blancs) vont rejoindre le stock
du troisième niveau. Du coup, je décide à cet instant de miser sur la conservation de sceaux blancs jusqu’en fin de partie (pour les vendre, peut-être, à un prix défiant toute
concurrence)…
Julie ajoute des architectes jaunes dans une zone du plateau où elle n’était pas encore venue se
placer. En ce qui la concerne, elle nous fait le coup de celle qui encaisse peu, mais presque à chaque fois, et avec une discrétion qui pourrait bien créer la surprise en fin de
partie…
Le bâtiment blanc de gauche a été placé par moi, de même que le rouge en-dessous le tour suivant.
C’est l’architecte orange de Sylvain qui est privé de l’adjacence et Julie en a profité pour placer à des endroits bien opportuns deux architectes jaunes bienvenus…
Certes Sylvain a encaissé de grosses rentrées d’argent lors de belles ventes, mais il n’a plus aucun
étendart, ce qui veut dire qu’il ne pourra plus rien vendre avant la toute fin de partie. Peut-être s’est-il trop précipité ?
La partie rentre dans son ultime tour, en raison du placement des 8 blocs du niveau 2 (Sylvain),
replaçant au passage un bloc blanc et un bloc vert dans la zone du niveau 3. Cela me semble dur, pour moi, de revenir car seuls 2 sceaux blancs sont pour l’instant visibles au
niveau 2…
Thibault ne sait pas trop comment s’y prendre pour s’adjuger quelques points supplémentaires, lui
qui entame le derniertour. Son choix, de se placer vers un bâtiment rouge contre -carre mes plans car j’avais prévu d’en clore deux à la fois en cette zone. Bon, je jouerai
ailleurs…
Du coup, je tente de presque entourer un bâtiment noir que je ne peux malheureusement pas terminer
! J’ai beaucoup hésité à placer l’architecte neutre autour, car je me disais que peutêtre cela faisait trop pour que Julie l’achève. Mais, en même temps, je me dis que les 4
cases vides à gauche recueillerait idéalement un bâtiment bien peu construit jusqu’alors…
Yes ! Bingo ! J’ai parfaitement estimé ce que Julie allait faire : elle place ce bâtiment blanc pour clore le noir et, du même coup, clôt le blanc fraîchement placé…
Petite devinette finale : voici les chaussettes splendides du ou de la vainqueur de la partie. Vos pronostics ?
Une vue de la coniguration finale de la partie : j’ai bien réussi à vendre mes sceaux blancs pour 3
chacun mais qu’est-ce que regrette de ne pas avoir réussi à les vendre pour 4 ou même 5, ce qui semblait possible au vu des nombreux blocs blancs disponibles au niveau 3…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel du jeu, somptueux, et vraiment comme je l’aime : des tuiles plus qu’épaisses, un plateau nickel, des tons originaux pour les pions en bois, …
– Le mécanisme à la fois limpide, élégant et abordable : un must
– Le décompte final qui n’intervient pas tout à fait en même temps pour tous les joueurs : une même ville peut rapporter de multiples fois
– La durée de la partie, bien correcte, et en harmonie avec ce type de jeu où on apprécie de se creuser les méninges
– Le sentiment d’avoir participé à un grand jeu, une fois la partie terminée, peut-être en raison de la possibilité de croître à son rythme, sans être à la merci d’une carte
providentielle d’un adversaire

On a moins aimé
– Les temps de jeu qui peuvent s’allonger de manière conséquente si les joueurs mettent 10 ou 15 minutes pour jouer leur tour !

Scores de la partie :

 

$ olive blanc noir rouge Total
Julie (jaune) 52 20 12 0 0 84
Lucarty  (orange) 78 16 9 4 0 107
Thibault (violet) 69 0 3 0 0 72
Ludo le gars (vert) 54 20 21 8 0 103

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − sept =