[17/08/2003] Reibach & Co

Participants
– Gérard, en tenue d’investisseur caladois,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Histoire de profiter de mon séjour à Villefranche, je propose à mon padre une partie d’un jeu simplissime et normalement assez sympa, le bien connu Reibach & Co..

Ayant lu les règles au préalable, j’en expose la teneur à Gérard, en insistant sur le côté opportunisme que ce jeu devrait générer.
Je n’en suis pas sûr moi-même, mais selon toute  vraisemblance, le joueur qui gagnera sera celui qui aura su voir et profiter des coups trop rapidement joués par son adversaire. Comme souvent, d’ailleurs, dans les jeux de majorité.

Dès l’entame, Gérard pose carte
sur carte sur la table, tandis que je préfère, dans un premier
temps, attendre de voir quelles collections entamer. Je suis bien conscient
que plus j’attends, moins j’aurai de cartes posées, mais je me
dis que lorsque sortira le second dollar je me lancerai.


Même si Gérard (en haut) possède une incontestable
majorité dans les actions pétrolières et financières,
il n’en demeure pas moins que mes 3 domaines où j’ai un monopole
me rapportent plus de points en moins de cartes…

Lorsque la seconde manche se déroule,
je persévère dans cette tactique de jeu et je diversifie
au maximum mes investissements, surtout lorsque la fin de manche devient
probable. Gérard aura du mal à s’en remettre.


La configuration finale du jeu


Gérard choisit des cartes face visible alors que ses actions
pétrolières sont au plus haut…

C’est alors que je saisis l’une des finesses
du jeu, en tout cas à 2 joueurs : il faut éviter que son
adversaire aie des monopoles et s’en créer soi-même. Ainsi,
on maximise ses propres gains tout en récupérant des bribes
avec une seule carte pour contrer l’autre joueur.
Pas mal et mis en oeuvre dès le premier décompte qui m’est
d’ailleurs très favorable, malgré 4 cartes en moins de
posées en ce qui me concerne !


Les investissements de Gérard montre bien qu’il a préféré
blinder certains domaines au détriment d’actions dispersées…

La dernière manche, qui se clôturera
de manière folle avec la sortie de 2 cartes $ coup sur coup,
verra Gérard tenter de revenir dans la partie en diversifiant
à son tour ses actions. Mais c’est un peu tard.
De mon côté, je constate avec effroi que mes trop nombreuses
cartes en main, intéressantes pour faire des choix, vont me pénaliser
de beaucoup de points. Mon avance suffira-t-elle ?

Décompte final
Je gagne la partie avec un total de 56 points contre 50
pour Gérard. Le détail, manche par manche, est le suivant :

Manche
Gérard
Ludo le gars
Total (par manche)
1
11
16
27
2
22
25
47
3
21
26
47
Pénalités
– 4
– 11
– 15
Total
50
56
106


Débriefing
Sans être révolutionnaire, loin s’en faut, Reibach & Co offre
des choix intéressants et le jeu est plaisant. La durée de la
partie, rapide, s’avère un plus incontestable et savoir quand afficher
ses intentions et assez difficile. Lorsque les cartes $ sortent le stress monte
lentement et ceux qui s’y prendront trop tard auront, certes eu plus de choix
que les autres, mais seront surtout fortement pénalisés.

Le système simplissime, le nombre assez large de joueurs possibles et
la gestion de la prise de risque en font un bon jeu que l’on se plaira à
ressortir.
Bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six + 7 =