[17/10/2014] El Gaucho, Mahé, Zhanguo

Le vendredi à Essen, avec pas moins de trois vraies parties aujourd’hui, dont deux sur le salon. Pour démarrer, nous découvrons tout de suite à 10h00 le nouveau jeu d’Argentum Verlag, à savoir El Gaucho. Ensuite, dans l’après-midi, Tristan et moi-même nous attablons avec quatre allemands pour découvrir la réédition d’un jeu d’Alex Randolph chez Franjos : Mahé. Enfin, en soirée, dans l’appart d’El Grillo et de Madame de Pwasson, nous nous attaquons à du vrai lourd avec Zhanguo. Quelle journée…

EL GAUCHO

Ce jeu est la sortie annuelle de cet éditeur allemand, lequel propose régulièrement de sacrés bons jeux ! Celui-ci ne devrait pas échapper à la règle...
Ce jeu est la sortie annuelle de cet éditeur allemand, lequel propose régulièrement de sacrés bons jeux ! Celui-ci ne devrait pas échapper à la règle…
Nous jouons à 4, Tristan jouant les pions jaunes, Cécile de Pwasson les bleus, El Grillo les rouges et moi-même les verts. On passe un très bon moment, sur un jeu franchement frais et agréable...
Nous jouons à 4, Tristan jouant les pions jaunes, Cécile de Pwasson les bleus, El Grillo les rouges et moi-même les verts. On passe un très bon moment, sur un jeu franchement frais et agréable…
Ici, on peut admirer El Grillo en train de lancer les 9 dés dans l'enclos réservé. Le jeu a l'air bien malin et bien plaisant, sachant que le but du jeu est de se constituer des troupeaux de vaches de même couleur et placées dans l'ordre croissant ou décroissant. Ensuite, on peut les vendre pour empocher des PV. Accessible, fun et interactif, le jeu nous séduit tout de suite...
Ici, on peut admirer El Grillo en train de lancer les 9 dés dans l’enclos réservé. Le jeu a l’air bien malin et bien plaisant, sachant que le but du jeu est de se constituer des troupeaux de vaches de même couleur et placées dans l’ordre croissant ou décroissant. Ensuite, on peut les vendre pour empocher des PV. Accessible, fun et interactif, le jeu nous séduit tout de suite…
Petite revue des actions spéciales du plateau. Ici, avec un dé de valeur 1, 2 ou 3, on peut s'y placer pour, plus tard, pouvoir vendre un troupeau d'au moins deux vaches pour $5 de plus et, surtout, sans être contraint de le faire par une nouvelle vache arrivant ! Très utile et pas difficile de s'y placer...
Petite revue des actions spéciales du plateau. Ici, avec un dé de valeur 1, 2 ou 3, on peut s’y placer pour, plus tard, pouvoir vendre un troupeau d’au moins deux vaches pour $5 de plus et, surtout, sans être contraint de le faire par une nouvelle vache arrivant ! Très utile et pas difficile de s’y placer…
A nouveau une action redoutable : lorsqu'on empoche les vaches d'un pâturage terminé, on peut insérer une vache où on le souhaite dans un de ses troupeaux. Autrement dit : on allonge facilement son troupeau sans être contraint de le vendre...
A nouveau une action redoutable : lorsqu’on empoche les vaches d’un pâturage terminé, on peut insérer une vache où on le souhaite dans un de ses troupeaux. Autrement dit : on allonge facilement son troupeau sans être contraint de le vendre…
Cette action, requérant un dé de valeur 5 (ou la somme de deux), permet soit de redresser deux ouvriers à soi couchés sur des vaches dans des pâturages, soit de prendre la place d'un ouvrier couché adverse (en le dédommageant d'autant de dollars que la valeur de la vache en question)... Pas mal aussi...
Cette action, requérant un dé de valeur 5 (ou la somme de deux), permet soit de redresser deux ouvriers à soi couchés sur des vaches dans des pâturages, soit de prendre la place d’un ouvrier couché adverse (en le dédommageant d’autant de dollars que la valeur de la vache en question)… Pas mal aussi…
Nouveau tour plein de table avec des scores qui ont enfin décollé. A noter mes potentiels superbes troupeaux en bas du plateau... Quelque chose me dit que je vais me faire sabrer, non ?
Nouveau tour plein de table avec des scores qui ont enfin décollé. A noter mes potentiels superbes troupeaux en bas du plateau… Quelque chose me dit que je vais me faire sabrer, non ?
Le résidu de Cécile...
Le résidu de Cécile…
Le mien...
Le mien…
Le plateau central, dont une zone spéciale avec des barrières pour lancer les dés, renferme les bêtes qui peuvent être achetées par les joueurs, ainsi que les actions spéciales disponibles en bas en fonction des dés choisis pour y placer des ouvriers... La partie se joue en autant de tours que nécessaires pour que toutes les vaches aient été placées sur ce plateau.
Le plateau central, dont une zone spéciale avec des barrières pour lancer les dés, renferme les bêtes qui peuvent être achetées par les joueurs, ainsi que les actions spéciales disponibles en bas en fonction des dés choisis pour y placer des ouvriers… La partie se joue en autant de tours que nécessaires pour que toutes les vaches aient été placées sur ce plateau.
A chaque tour, les 9 dés sont lancés par le premier joueur, puis chacun en choisit deux à son tour, soit pour placer des ouvriers debout ou couchés sur les vaches du pâturage, soit pour placer des ouvriers sur les bâtiments d'actions spéciales, ces dernières devenant utilisables quand on le souhaite. Un ouvrier placé debout (avec un dé de la même valeur ou la somme de deux dés) réserve la vache de manière certaine, un ouvrier placé couché (moitié de la valeur) la pré-réserve. Mais attention, dans ce cas, à ne pas se faire éjecter...
A chaque tour, les 9 dés sont lancés par le premier joueur, puis chacun en choisit deux à son tour, soit pour placer des ouvriers debout ou couchés sur les vaches du pâturage, soit pour placer des ouvriers sur les bâtiments d’actions spéciales, ces dernières devenant utilisables quand on le souhaite. Un ouvrier placé debout (avec un dé de la même valeur ou la somme de deux dés) réserve la vache de manière certaine, un ouvrier placé couché (moitié de la valeur) la pré-réserve. Mais attention, dans ce cas, à ne pas se faire éjecter…
Un tour plein de tables (4 tours de jeu) a eu lieu et voici un peu la situation : seul El Grillo a marqué quelques points, obtenus en compensation de deux vols de vaches réalisés par Tristan et moi-même via une action spéciale. Chacun a, devant lui, ses troupeaux en formation, et personne n'en a encore vendu. Pour ce faire, il faut que la vache qu'on empoche ne prolonge pas le troupeau en cours et nous contraignant, donc, à en entamer un nouveau. Les points marqués, calcul bien vicieux, correspondent au nombre de vaches vendues multiplié par la valeur de la plus haute vache du troupeau. Ainsi, potentiellement, mes vaches marron peuvent me rapporter 2 fois 10 = 20 PV...
Un tour plein de tables (4 tours de jeu) a eu lieu et voici un peu la situation : seul El Grillo a marqué quelques points, obtenus en compensation de deux vols de vaches réalisés par Tristan et moi-même via une action spéciale. Chacun a, devant lui, ses troupeaux en formation, et personne n’en a encore vendu. Pour ce faire, il faut que la vache qu’on empoche ne prolonge pas le troupeau en cours et nous contraignant, donc, à en entamer un nouveau. Les points marqués, calcul bien vicieux, correspondent au nombre de vaches vendues multiplié par la valeur de la plus haute vache du troupeau. Ainsi, potentiellement, mes vaches marron peuvent me rapporter 2 fois 10 = 20 PV…
L'action ci-dessus permet de rajouter un dé virtuel de la valeur de son choix dans un tour ultérieur. A mon avis : fondamental !
L’action ci-dessus permet de rajouter un dé virtuel de la valeur de son choix dans un tour ultérieur. A mon avis : fondamental !
Cette action spéciale, accessible seulement avec un dé de valeur 4 (ou la somme de deux dés pour un total de 4), est très forte aussi : on peut aller voler une vache chez un adversaire et l'ajouter à la suite d'un de ses troupeaux. Mais attention, on ne peut pas la combiner avec l'action 1 et 3...
Cette action spéciale, accessible seulement avec un dé de valeur 4 (ou la somme de deux dés pour un total de 4), est très forte aussi : on peut aller voler une vache chez un adversaire et l’ajouter à la suite d’un de ses troupeaux. Mais attention, on ne peut pas la combiner avec l’action 1 et 3…
Et enfin l'action n°6, laquelle ne paie pas de mine mais peut se révéler diablement efficace : on pourra choisir une tuile de la pile de 4 de droite (de n'importe quelle valeur) ou deux tuiles (d'un total en valeurs de vaches de 4 maximum) et les placer dans les pâturages de son choix avec un ouvrier debout dessus...
Et enfin l’action n°6, laquelle ne paie pas de mine mais peut se révéler diablement efficace : on pourra choisir une tuile de la pile de 4 de droite (de n’importe quelle valeur) ou deux tuiles (d’un total en valeurs de vaches de 4 maximum) et les placer dans les pâturages de son choix avec un ouvrier debout dessus…
Ouille ! La partie va s'achever, toutes les tuiles vaches ayant été placées sur les pâturages. Heureusement, les derniers troupeaux possédés, même avec une seule vache pourront être vendus. Ici, le résidu de Tristan...
Ouille ! La partie va s’achever, toutes les tuiles vaches ayant été placées sur les pâturages. Heureusement, les derniers troupeaux possédés, même avec une seule vache pourront être vendus. Ici, le résidu de Tristan…
Celui d'El Grillo...
Celui d’El Grillo…
Et la vue des vaches qu'on va récupérer avant de décompter les ultimes troupeaux...
Et la vue des vaches qu’on va récupérer avant de décompter les ultimes troupeaux…

Durée de la partie : 1 heure – Note de cette partie : 15 / 20

Scores :

Piste Dernières ventes Total
Tristan (jaune) 113 1+11 125
Cécile de Pwasson (bleu) 63 4+18+55 140
El Grillo (rouge) 49 24+24+8+24 129
Ludo le gars (vert) 10 44+27+33+9+9 132

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look du matériel et sa fonctionnalité (surtout l’enclos pour les dés, avec les barrières qui sont ancrées dans le plateau),
– La simplicité globale du jeu, au service d’un plaisir assez immédiat, avec pas mal de crasses à faire aux autres,
– Les actions spéciales qui semblent toutes se valoir,
– Les scores très serrés au final, à partir de stratégies très diverses.

On a moins aimé
– ? pour le moment.

————————————————————————————————————
MAHE

Franz-Josef Erbst, le patron de chez Franjos, n'est pas peu fier de rééditer ce jeu de Randolph auquel il tenait depuis de si longues années : le jeu original, Die heisse Schlacht am kalten Buffet, est sorti en 1974 ... Et, reconnaissons-le, cette nouvelle mouture avec des tortues est toute mignonne.
Franz-Josef Erbst, le patron de chez Franjos, n’est pas peu fier de rééditer ce jeu de Randolph auquel il tenait depuis de si longues années : le jeu original, Die heisse Schlacht am kalten Buffet, est sorti en 1974 … Et, reconnaissons-le, cette nouvelle mouture avec des tortues est toute mignonne.
Devant moi figurent deux cartes collectées grâce à deux tours entiers réalisés. Pourquoi jeter plus d'un dé ? Tout simplement pour avancer plus, car si les deux dés font 7 ou moins, on avance du double de cases, et si on en jette 3, c'est le triple ! Donc, au mieux, 21 cases...
Devant moi figurent deux cartes collectées grâce à deux tours entiers réalisés. Pourquoi jeter plus d’un dé ? Tout simplement pour avancer plus, car si les deux dés font 7 ou moins, on avance du double de cases, et si on en jette 3, c’est le triple ! Donc, au mieux, 21 cases…
Petit exemple d'empilement où le joueur jaune (Tristan) décide du nombre de dés lancés par le joueur bleu (allemand 1)...
Petit exemple d’empilement où le joueur jaune (Tristan) décide du nombre de dés lancés par le joueur bleu (allemand 1)…
On joue à 6, Tristan et moi étant accompagnés par 4 allemands pur jus. Le plateau représente une île autour de laquelle 6 tortues vont se promener sur 21 cases et récupérer la carte de récompense lorsqu'elles franchissent la 21ème case. Le système, assez hasardeux, est sympa : on jette un dé, puis, si on le souhaite on en jette un deuxième, puis éventuellement un troisième. Le truc c'est qu'il ne faut pas dépasser 7 en tout, sinon on retourne au départ !
On joue à 6, Tristan et moi étant accompagnés par 4 allemands pur jus. Le plateau représente une île autour de laquelle 6 tortues vont se promener sur 21 cases et récupérer la carte de récompense lorsqu’elles franchissent la 21ème case. Le système, assez hasardeux, est sympa : on jette un dé, puis, si on le souhaite on en jette un deuxième, puis éventuellement un troisième. Le truc c’est qu’il ne faut pas dépasser 7 en tout, sinon on retourne au départ !
Petite facette complémentaire et sympathique : les tortues peuvent s'empiler. Dans ce cas, toutes celles placées sur celle qui joue se déplacent avec mais il faut obtenir l'aval du joueur au sommet pour jeter tout dé supplémentaire. Et, pire encore, si on franchit la 21ème case, c'est le joueur au sommet qui prend la carte de récompense ! Tiens... Ca me fait penser à Camel Up... Mais là, c'est un vrai jeu :-)
Petite facette complémentaire et sympathique : les tortues peuvent s’empiler. Dans ce cas, toutes celles placées sur celle qui joue se déplacent avec mais il faut obtenir l’aval du joueur au sommet pour jeter tout dé supplémentaire. Et, pire encore, si on franchit la 21ème case, c’est le joueur au sommet qui prend la carte de récompense ! Tiens… Ca me fait penser à Camel Up… Mais là, c’est un vrai jeu 🙂
Fin de partie puisque toutes les cartes ont été distribuées. Très randolphien ce jeu...
Fin de partie puisque toutes les cartes ont été distribuées. Très randolphien ce jeu…

Durée de la partie : 15 minutes – Note de cette partie : 13 / 20

Scores :

Total
Tristan (jaune clair) 6
Allemand 1 (bleu) 9
Allemand 2 (jaune foncé) 4
Allemande 3 (rose) 23
Allemand 4 (vert) 15
Ludo le gars (violet) 21

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La règle hyper fluide et juste conçue pour un plaisir immédiat,
– Le matériel proposé, tout mignon,
– La prise de risque avec les lancers successifs,
– La possibilité de jouer à beaucoup.

On a moins aimé
– Le système d’empilement avec tout bénéf’ pour celui du haut,
– Le manque de contrôle, quand même, malgré le fun évident,
– Un tantinet trop de cartes à distribuer.

————————————————————————————————————
ZHANGUO

Le gros jeu annuel de chez What's your game : Zhanguo. La règle, costaude, dense mais heureusement bien traduite par Julien Beguin (merci, merci !), sera préparée par El Grillo entre 20h et 22h. A cette heure-là, nous rejoignons ses appartements (et ceux de Madame de Pwasson) pour passer à la phase 2 : jouer !
Le gros jeu annuel de chez What’s your game : Zhanguo. La règle, costaude, dense mais heureusement bien traduite par Julien Beguin (merci, merci !), sera préparée par El Grillo entre 20h et 22h. A cette heure-là, nous rejoignons ses appartements (et ceux de Madame de Pwasson) pour passer à la phase 2 : jouer !
Chacun dispose d'un petit plateau individuel représentant les 5 régions du plateau central mais avec son positionnement personnel : troubles (cubes noirs), conseillers (cubes rouges, blancs ou gris) en haut et contremaîtres + travailleurs en bas.  Au-dessus des régions, on peut y jouer des cartes pour profiter ultérieurement de leurs bonus (ici j'en ai une qui me donne un disque d'unification à chaque fois que je pose un cube et une autre qui me donne un cube blanc à chaque fois que je pose une muraille). Mais ce n'est pas la seule façon de poser ses cartes...
Chacun dispose d’un petit plateau individuel représentant les 5 régions du plateau central mais avec son positionnement personnel : troubles (cubes noirs), conseillers (cubes rouges, blancs ou gris) en haut et contremaîtres + travailleurs en bas. Au-dessus des régions, on peut y jouer des cartes pour profiter ultérieurement de leurs bonus (ici j’en ai une qui me donne un disque d’unification à chaque fois que je pose un cube et une autre qui me donne un cube blanc à chaque fois que je pose une muraille). Mais ce n’est pas la seule façon de poser ses cartes…
Petite vue de mon plateau individuel... J'ai beaucoup de mal à voir l'impact sur le plateau général de mon développement dans telle ou telle région de ce plateau... Et je ne suis pas le seul !
Petite vue de mon plateau individuel… J’ai beaucoup de mal à voir l’impact sur le plateau général de mon développement dans telle ou telle région de ce plateau… Et je ne suis pas le seul !
Fin de la deuxième manche avec des stratégies variées qui se dessinent : quid de la muraille, quid de la prise de marqueurs d'unification, quid de la zone des tâches, quid des sénateurs ou/et des temples, ...
Fin de la deuxième manche avec des stratégies variées qui se dessinent : quid de la muraille, quid de la prise de marqueurs d’unification, quid de la zone des tâches, quid des sénateurs ou/et des temples, …
Le système de cartes est assez vicieux : si on veut profiter des bonus (indiqués sur son plateau individuel), il faut jouer une carte dont la valeur est plus petite que la précédente (pour certaines actions) ou plus grande (pour d'autres). Du coup, il y a comme un jeu dans le jeu là...
Le système de cartes est assez vicieux : si on veut profiter des bonus (indiqués sur son plateau individuel), il faut jouer une carte dont la valeur est plus petite que la précédente (pour certaines actions) ou plus grande (pour d’autres). Du coup, il y a comme un jeu dans le jeu là…
Oui, je sais, mon développement est assez riquiqui. Cependant, je vous prie de noter que j'ai bien calculé mon coup pour cette dernière manche : je vais dépenser mes travailleurs pour construire deux temples puis une série de conseillers (en cours de collecte de cubes) pour ajouter un sénateur. Du coup, je vais empocher 26PV de mémoire et revenir au score...
Oui, je sais, mon développement est assez riquiqui. Cependant, je vous prie de noter que j’ai bien calculé mon coup pour cette dernière manche : je vais dépenser mes travailleurs pour construire deux temples puis une série de conseillers (en cours de collecte de cubes) pour ajouter un sénateur. Du coup, je vais empocher 26PV de mémoire et revenir au score…
Les éléments finaux de Cécile de Pwasson...
Les éléments finaux de Cécile de Pwasson…
La zone de Tristan...
La zone de Tristan…
Et le plateau final, une fois la partie achevé. Il ne reste plus qu'à décompter les majorités de sénateurs par région, les majorités en marqueurs d'unification restants, les tâches et les bonus liés aux murailles. Tout un programme...
Et le plateau final, une fois la partie achevé. Il ne reste plus qu’à décompter les majorités de sénateurs par région, les majorités en marqueurs d’unification restants, les tâches et les bonus liés aux murailles. Tout un programme…
Soyons clairs : on est dans du bon gros lourd jeu, surtout pour une première partie et, soulignons-le, surtout pour être attaqué sur le coup de 22h45 environ. De fait, on aura l'impression d'être noyés sous moult possibilités mais, mais, mais, on aura aussi l'impression de pratiquer un jeu qui méritera qu'on s'y réarrête, tant il semble se bonifier avec les parties...
Soyons clairs : on est dans du bon gros lourd jeu, surtout pour une première partie et, soulignons-le, surtout pour être attaqué sur le coup de 22h45 environ. De fait, on aura l’impression d’être noyés sous moult possibilités mais, mais, mais, on aura aussi l’impression de pratiquer un jeu qui méritera qu’on s’y réarrête, tant il semble se bonifier avec les parties…
Voici le plateau général en fin de première manche sur les 5 que comporte la partie. On y retrouve les 5 régions déjà mentionnées, avec des zones pour y placer des sénateurs, des temples et des murailles, mais également d'autres endroits comme la zone des tâches (tout à fait à gauche de la photo) laquelle rapporte des PV en fonction de conditions liées aux positionnements d'autres éléments, la zone de pose des cartes d'actions (en dehors de son plateau personnel), ou encore des résumés des actions disponibles + bonus de fin de manches tout à fait à droite de la photo. Oui le plateau est chargé, oui on est perdu pendant la moitié du jeu mais, au final, on sait déjà que la partie suivante sera plus abordable...
Voici le plateau général en fin de première manche sur les 5 que comporte la partie. On y retrouve les 5 régions déjà mentionnées, avec des zones pour y placer des sénateurs, des temples et des murailles, mais également d’autres endroits comme la zone des tâches (tout à fait à gauche de la photo) laquelle rapporte des PV en fonction de conditions liées aux positionnements d’autres éléments, la zone de pose des cartes d’actions (en dehors de son plateau personnel), ou encore des résumés des actions disponibles + bonus de fin de manches tout à fait à droite de la photo. Oui le plateau est chargé, oui on est perdu pendant la moitié du jeu mais, au final, on sait déjà que la partie suivante sera plus abordable…
Clairement le jeu nous fait mal à la tête. Certes, les actions sont assez basiques mais l'iconographie n'est pas la plus heureuse : sur les cartes figurent une action bonus en haut et, trop souvent, on croit que c'est la seule action accomplissable. Ce qui n'est pas vrai puisque l'on peut tout faire si on joue la carte sur le plateau général... Même si on le sait, c'est plus fort que soi...
Clairement le jeu nous fait mal à la tête. Certes, les actions sont assez basiques mais l’iconographie n’est pas la plus heureuse : sur les cartes figurent une action bonus en haut et, trop souvent, on croit que c’est la seule action accomplissable. Ce qui n’est pas vrai puisque l’on peut tout faire si on joue la carte sur le plateau général… Même si on le sait, c’est plus fort que soi…
Fin de la troisième manche. Clairement, en ce qui me concerne, je joue bien à fond les murailles avec mes pions rouges, tout comme Tristan avec ses pions bleus (important aussi pour les taches). Même si je suis paumé et que mon gone fatigue à mort, ce qui est déconcentrant, je commence à sentir un peu mieux quoi faire...
Fin de la troisième manche. Clairement, en ce qui me concerne, je joue bien à fond les murailles avec mes pions rouges, tout comme Tristan avec ses pions bleus (important aussi pour les taches). Même si je suis paumé et que mon gone fatigue à mort, ce qui est déconcentrant, je commence à sentir un peu mieux quoi faire…
Fin de la quatrième manche à présent, on est donc presque au bout. Le plateau s'est bien chargé d'éléments colorés (murailles, sénateurs, temples) et les tâches se remplissent aussi beaucoup. A noter que la zone des bonus de fin de manches est de plus en plus intéressante et se résout en fonction des marqueurs d'unification amassés : si on veut profiter du bonus, il faut se défaire de toute une couleur ! Ca fait hésiter parfois... Assez bien rendu ce côté cadeau source de redevabilité cher à la civilisation chinoise...
Fin de la quatrième manche à présent, on est donc presque au bout. Le plateau s’est bien chargé d’éléments colorés (murailles, sénateurs, temples) et les tâches se remplissent aussi beaucoup. A noter que la zone des bonus de fin de manches est de plus en plus intéressante et se résout en fonction des marqueurs d’unification amassés : si on veut profiter du bonus, il faut se défaire de toute une couleur ! Ca fait hésiter parfois… Assez bien rendu ce côté cadeau source de redevabilité cher à la civilisation chinoise…
Ca se termine... Les coups sont souvent presque automatiques et je crois pouvoir affirmer que le jeu plaît de plus en plus à El Grillo (même si ce n'est pas un jeu pour lui, je cite : "des jeux comme ça, il faut en faire plusieurs parties, l'approfondir régulièrement, j'en connais qui font ça, mais toi et moi on préfère faire tourner notre ludothèque"). :-)
Ca se termine… Les coups sont souvent presque automatiques et je crois pouvoir affirmer que le jeu plaît de plus en plus à El Grillo (même si ce n’est pas un jeu pour lui, je cite : « des jeux comme ça, il faut en faire plusieurs parties, l’approfondir régulièrement, j’en connais qui font ça, mais toi et moi on préfère faire tourner notre ludothèque »). 🙂
Ceux d'El Grillo...
Ceux d’El Grillo…
Mes éléments...
Mes éléments…

Durée de la partie : 3 heures – Note de cette partie : 15 / 20

Scores :

Piste Régions Unifications Tâches Murailles Total
Cécile de Pwasson (violet) 43 0 7 7 3+16+20+3 99
El Grillo (jaune) 48 15+6+15+6 0 34 8+8 140
Tristan (bleu) 16 6 6 19 2+8+9 66
Ludo le gars (rouge) 42 15+6 5 22 2+2+5+4 103

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La profondeur sous-jacente du jeu : on sent qu’on a du jeu qui a du coffre et qui ne s’apprivoise pas en une partie !
– Les éléments interchangeables générant des parties forcément différentes,
– Les multiples stratégies développables, enfin semble-t-il,
– La qualité d’édition : magnifique !

On a moins aimé
– Le vocabulaire employé, les aspects non naturels assez fréquents et le thème assez artificiel : on est pas mal perdu !
– L’investissement que ce jeu requiert : il faut y être prêt !
– L’iconographie pas toujours heureuse : dommage de ne pas s’être débrouillé pour mettre le numéro de la carte en haut et le bonus en bas et/ou au dos de la carte, ça aurait évité les confusions…

————————————————————————————————————

9 commentaires à propos de “[17/10/2014] El Gaucho, Mahé, Zhanguo”

  1. Oh que si zhanguo est un jeu pour moi, il fut mien des le lendemain 😉 après réflexion, même s’il n’est pas intuitif, ça reste le meilleur jeu découvert pour moi ces derniers 6 mois. Vivement la prochaine partie pour approfondir le bouzin. Merci Ludo pour le compte rendu, très bon souvenir 🙂

  2. Zhanguo est tout de même largement plus accessible que Madeira et Vinhos. Certes, tu es bien perdu pendant ta première partie (je reproche surtout le tableau des actions pour ma part), mais au moins, tout est sur le plateau. Il va certainement être mien aussi, en remplacement de Madeira. Après, c’est un jeu de cartes, donc sensible à la pioche.

  3. Comment-ça madeira c’est pas accessible !!!! (tain quel jeu)
    moi c’est ce gaucho qui m’a l’air sympathique quoi que peut être un peu léger non ?

  4. Aquasphère y’a bon!! Joué samedi soir et grosse envie d’y revenir. La Isla là par contre, impression d’en avoir fait le tour en 2 parties…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ six = 15