[17/11/2003] Kampf der Kulturen

Participants
– Julie, qui accepte une petite partie ce soir, et qui trouve que jouer dans une boîte de Petri est une idée délirante mais super,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Parmi mes nouveaux partenaires rencontrés à Essen cette année, l’éditeur Sphinx m’a remis une boîte circulaire (boîte de Petri vraie de vraie 😉 dans laquelle se trouve un petit jeu abstrait, basé sur le principe du jeu de la vie. Comme j’avais parcouru la règle anglaise au préalable, je propose à Julie de procéder au test de ce petit jeu, certainement assez subtil mais en même temps pas trop prise de tête.
Julie prend les pions noirs et me laisse commencer la partie avec les blancs.


Pour commencer la partie, il faut placer chacun un premier pion (germe
de taille 1) dans la boîte sur l’une des intersection (point de
nourriture)…


Les zones à conquérir sont celles matérialisées
par les intersections jaunes. Il faut être seul représenté
dans 3 d’entre elles pour gagner. Pour l’instant, je suis seul dans celle
en bas à droite, alors que Julie est seule juste au-dessus, celle
en haut à gauche nous accueille tous les deux, et celle en bas
à gauche est vierge…


Seul dans 2 zones sur 4, je suis proche de la victoire, même
si je vais devoir batailler ferme pour expulser le germe moyen de Julie
en bas à gauche…


Julie rajoute un pion sur l’un de ses germes : croissance de petit
à moyen et une action rendue possible grâce au nombre de
libertés du germe en question…


Le gros germe (4 pions empilés) de Julie
sur la gauche est très difficile à utiliser : il ne peut
pas se déplacer car il lui faut au moins 3 libertés avant
ce déplacement, ni se diviser pour la même raison. il est
contraint d’attendre que d’autres germes noirs lui viennent en aide
en obligeant mon petit germe blanc à se déplacer…


La configuration finale du jeu : je serai implanté
seul dans 3 zones sur 4 lorsque j’aurai divisé mon germe moyen
en bas à gauche en déplaçant le pion du dessus
en diagonale ce qui aura pour effet de « tuer » le petit germe
de Julie situé complètement à gauche et privé
de liberté…

Décompte final
Je remporte cette partie en étant implanté
seul dans 3 zones sur 4, alors que Julie est seule dans 1 zone sur 4.
Il nous reste, à l’extérieur, respectivement 7 pions pour Julie
et 3 pour moi.

Débriefing
Petit jeu abstrait, Kampf der Kulturen semble recéler nombre de subtilités,
notamment dans la gestion de ses gros germes, très puissants lorsqu’ils
se divisent, mais très difficiles à jouer lorsque le plateau est
encombré. On est constamment obligé de faire attention, car la
configuration des implantations dans les zones jaunes peut basculer assez rapidement
et mener à la défaite presque aussi vite qu’à la victoire…
Le jeu est plaisant et nous avons aimé y jouer. Possède-t-il une
bonne durée de vie ? Aucune idée, mais force est de reconnaître
que la logique de ses règles et la simplicité générale
du jeu en font un sérieux prétendant au palmarès des bonnes
surprises d’Essen. A retester donc, mais je suis confiant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 3 = huit