[18/12/2019] Nine Tiles Panic, Flotsam Fight

Les jeux Oink Games sont de petites œuvres d’art ludique.
Franchement, la petitesse de leurs boîtes, couplée à un design hallucinant et à un matériel ultra chouette les remplissant parfaitement laissent sans voix.
Et ce ne sont pas les deux jeux découverts aujourd’hui qui me feront penser le contraire !

Dans l’ordre :
Nine Tiles Panic : un jeu de rapidité au thème très très particulier…
Flotsam Fight : un jeu de défausse très sympa.

Bonne lecture !

NINE TILES PANIC

Une nouvelle boîte Oink Games c’est toujours un petit événement ! A noter que celle-ci est beaucoup plus épaisse que les précédentes, mais qu’elle donne toujours autant envie de découvrir le jeu…
Le pitch : la ville est envahie par des extra-terrestres qui veulent se goinfrer d’hamburgers, donc on les pourchasse avec des policiers ! Oui, c’est complètement déjanté comme histoire, oui. Pour gagner, il faut atteindre 10 PV à deux joueurs, sachant qu’on en récupère 1 ou 2 par objectif sur les 3 qui sont proposés à chaque manche (donc au minimum 2 manches pour que la partie s’achève)…
Voici les 3 objectifs de la première manche jouée aujourd’hui : le plus de policier sur une route, le plus d’extra-terrestres enfermés entre deux policiers et le plus de routes de la même longueur.
Chacun dispose d’un set de 9 tuiles pour construire une ville valide de 3 par 3 qui réponde le mieux aux objectifs ci-dessus…
Quand on pense avoir terminé sa ville, on prend le jeton d’ordre le plus bas encore libre, donc j’ai pris le 1, et le sablier est retourné pour laisser encore 1 minute 30 secondes aux autres joueurs. En fait, je laisserai même un temps no limit à Leila aujourd’hui, elle qui n’est pas la spécialiste des jeux de rapidité…
Après les 1 minute 30 fatidiques, voici l’état de la ville de Leila…
Et voici ce qu’elle a obtenu après un bon laps de temps supplémentaire…
Et ma ville aussi. On va donc procéder au décompte de la manche, ce qui me permettra de remporter les 3 objectifs (à égalité, celui qui a pris le jeton d’ordre du tour le plus petit, est devant)…
Petit bilan après la première manche, Leila ayant -évidemment- le pion orange et moi le vert…
Les 3 objectifs de la seconde manche : le plus de routes, des chaînes policier + extra-terrestre + hamburger, des paires de chien + humain.
Je finis encore avant ma ch’tiote…
Sa réalisation de ville, obtenue avant l’épuisement du sablier ! Ça progresse, ça progresse…
Ma ville. Le décompte peut avoir lieu…
Et voilà qu’après deux manches, la partie est terminée !

Durée de cette partie : 20 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila (orange) 6
Ludo le gars (vert) 12

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look du jeu, son design et la qualité de son matériel,
– Le thème complètement abracadabrant,
– Les objectifs piochés par 3, et fournis en grand nombre, ce qui laisse augurer de sacrées parties différentes…

On a moins aimé
– La difficulté pour certains à se montrer assez rapides pour espérer quelque chose,
– Le manque d’originalité du jeu.

Variante en solo
Tirer 3 cartes d’objectifs, retourner le sablier et essayer de faire une ville avec ses 9 tuiles en 1 minute 30 secondes maximum.

————————————————————————————————————
FLOTSAM FIGHT

Deuxième jeu Oink Games découvert ce jour : Flotsam Fight, un jeu de défausse de cartes qui devrait être plus sympa à plus de 2 joueurs, mais bon, on verra bien…
Chacun dispose d’une main de 10 cartes qu’il va tenter de défausser avant son adversaire pour gagner une manche (à 2 joueurs, parce qu’à plus, c’est beaucoup plus subtil, j’y reviendrai)… Chaque carte contient deux informations principales : le numéro unique de la carte (par exemple 66) et le ou les numéros où la carte peut être jouée (3 et 6 pour ma carte 66 ci-dessus).
Au milieu de la table sont étalés des canots de sauvetage (oui, le pitch du jeu, auquel on ne croit pas du tout, c’est que le paquebot qui nous transportait a sombré et qu’on tente de sauver des œuvres d’art). Ce sont les fameux numéros où pourront être jouées nos cartes…
A chaque manche, le joueur n’ayant plus de carte prendra 2 PV, la boue à -1 PV revenant à celui qui a en main la plus forte carte à cet instant et, accrochez-vous, le coffre de +1 PV étant donné à celui qui a la plus faible plus forte carte ! Exemple : si on joue à 4, celui qui n’a plus de carte prend le +2, les 3 autres joueurs montrant leur plus forte carte (disons 48, 56 et 84), le -1 va à celui qui a le 84 et le +1 à celui qui a le 48. Compris ?
Comme nous sommes deux joueurs, nous ne pouvons utiliser que deux canots par round. Un round se termine quand un des joueurs passe : on vide alors les deux canots et un nouveau round commence avec celui qui avait posé la dernière carte (donc il joue deux fois de suite en fait).
Les cartes doivent être posées en ordre croissant et c’est là une bonne contrainte qui se rajoute à celle des numéros autorisés pour les canots…
Les canots ont été vidés, puisque j’ai passé, et on commence un nouveau round…
Arghhh… Il me reste 3 cartes au moment où Leila parvient à placer sa dernière carte. Comme on est 2 joueurs, elle prend le +2 et je prends à la fois le -1 et le +1, donc 0 en fait…
Leila est assez fière d’elle… 😉
On est parti pour la deuxième manche…
Va-t-elle réussir à la remporter également ?
Non, mais je rêve ! Leila termine alors qu’il ne me reste plus qu’une seule carte…
Troisième manche en approche, la dernière. Leila a donc déjà gagné la partie puisqu’elle a 4 PV et moi 0… Bon, je vais essayer de sauver l’honneur !
Un point de règle qui ne payait pas de mine lors de sa lecture se révèle en réalité plus que fondamental : je vous le laisse lire ci-dessus…
Et du coup, je me retrouve à rajouter deux cartes à ma main, ce qui porte mon total à 3 à cet instant du jeu…
Et, au final, Leila m’apprend encore la vie !
Oui, OK, c’est bon, on sait qui a gagné… 😉

Durée de cette partie : 30 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila 6
Ludo le gars 0

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La très grande originalité du jeu, tant dans son mécanisme de défausse des cartes que dans sa désignation du jeton +1 PV en fin de partie,
– La subtile règle de la carte unique qui reste en main (alors qu’au départ on croit que c’est juste une sorte d’équilibrage du jeu),
– L’envie, très claire, d’y rejouer à plus de 2 joueurs…

On a moins aimé
– La configuration 2 joueurs semble assez limitée quand même…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ quatre = 12