[18/09/2003] Carcassonne + Der Fluss

Participants
– Sylvain, l’un des amis de Lolive, venu avec lui pour cette soirée inaugurale à Rochetaillée,
– Sébastien, en route pour sa seconde partie de jeu de la soirée,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Après une sympathique partie de Manhattan, je propose un petit Carcassonne à 3 joueurs, histoire de présenter l’un des tous meilleurs jeux sortis ces dernières années outre-Rhin.
Sylvain remplace donc Sandie à notre table, et nous pouvons attaquer la partie, après que j’ai expliqué le fonctionnement du jeu et que chacun a pris les partisans de sa couleur : Sylvain les noirs, Sébastien les verts et Ludo le gars les rouges.

Nous jouons avec l’extension de la rivière, c’est pourquoi nous
commençons à placer la douzaine de tuiles en question.
Bien que je suggère lourdement à Sébastien de placer
un paysan dans le premier champ (la source de la rivière), il
ne m’écoute pas, me laissant l’opportunité de le faire
juste après lui, sachant que les 2 tuiles jouées ne fractionnent
pas le champ en question. Ainsi, selon toute vraisemblance, un champ
de bonne taille se profile à l’horizon…


Très sérieux le père Sylvain 😉 En revanche,
je lis un soupçon d’ironie dans le rictus de Sébastien au
fond 😉

Jouant sur le côté psychologique
des alliances de circonstance, je suggère à Sébastien
que l’on termine adroitement la construction d’une assez grande ville
afin que l’on marque tous les deux des points et que l’on passe largement
devant Sylvain. Le pauvre…
Comme Sébastien semble trouver l’idée intéressante,
une belle ville est ainsi clôturée en 3 ou 4 tours, non sans
que Sylvain ait essayé de nous mettre des bâtons dans les
roues (tuile de route arrivant sur la ville, …).


Et la voilà la belle ville terminée : 24 points Messieurs
Dames…

Sébastien et Sylvain souffrent conjointement
d’un mauvais placement où ils sont impliqués tous les deux
: une ville et un champ pour l’un, une route et une abbaye pour l’autre,
sans qu’ils réussissent, à cause de la règle interdisant
les « trous », à terminer leurs constructions. Seul Sébastien
parviendra à terminer sa petite ville de 2 tuiles, mais cela ne
lui servira guère..

Cliquez pour agrandir !
La configuration finale du jeu


Un sac bourré de tuiles et une rivière déjà
jouée : tous les ingrédients sont là pour une belle
partie de découverte en ce qui concerne Sylvain et Sébastien…

La partie débute sur les chapeaux
de roues, avec des premiers points marqués par Sylvain qui prend
ainsi une dizaine de points d’avance. Sébastien reste sur la ligne
de départ, mais je le rassure quant au non-problème de cette
situation très précoce.


Le bon boulot de Sébastien et de votre serviteur : 1 partisan
chacun dans une ville potentiellement de belle taille et que l’on va tenter
de terminer de concert…

Connaissant le jeu, je sais l’importance des
paysans, surtout lorsqu’il semble se dessiner un immense champ. C’est
donc tout naturellement qu’en milieu de partie, je commence à placer
des partisans couchés dans les éténdues vertes. Sébastien
ne tente pas trop de s’interposer, au contraire de Sylvain qui a lui aussi
beaucoup de paysans en attente de liaison des morceaux de champ. Je fais
alors un forcing de folie pour qu’il n’y parvienne pas et je lui sors
le grand jeu : route qui s’éloigne de manière horizontale,
impossibilité de faire des connexions en angle, …
Amusant.


La configuration finale du plateau

La partie approche de son terme et je me sens
en très bonne posture, grâce à mes très nombreux
paysans placés sur la table. Même si Sébastien réussit
à avoir plus de points de victoire que moi à l’issue du
jeu réglementaire, les points accordés par les paysans feront
clairement la différence.
Quant à Sylvain, son sort est, comment dire, difficilement commentable…
😉

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 96 (62+34) points,
devant Sébastien avec un total de 71 (71+0) points et Sylvain avec 23
(21+2) points.

Débriefing
Décidément Carcassonne est le jeu idéal pour initier de
nouveaux joueurs : limpide et tactique, dans sa version modifiée des
règles, il offre de multiples aspects du jeu de société
moderne et il est certain que Sébastien et Sylvain ont trouvé
le jeu passionnant.
En regard des scores obtenus, il est évident que les paysans sont toujours
aussi puissants, mais, lorsque les joueurs connaissent bien le jeu, tout le
monde le sait et cela ne peut pas être une excuse. En revanche, les inévitables
alliances ponctuelles sont toujours aussi délectables, particulièrement
quand un seul joueur n’en bénéficie pas… Gnark, gnark…

Un grand jeu, inépuisable et que mes 2 adversaires de ce soir vont certainement
me re-demander d’apporter prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


6 + = onze