[18/10/2003] Quo Vadis ?

Participants
– Sandie, quoi, comment, une femme au Sénat ???,
– Charles, qui participe à sa première journée thématique de Rochetaillée,
– Jérôme, éliminé d’Euphrat sans y jouer 😉 et qui se rapatrie sur Quo Vadis ?
– Loïc, alias Deepdelver, qui nous a fait l’amitié de descendre de Paris pour la journée,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Lyon est vraiment le centre du PLUF (Paysage LUdique Français), et c’est donc tout naturellement que les parisiens, Deepdelver en est l’illustration, descendent dans notre belle région pour y trouver des événements ludiques de qualité… ;-)))))) et même re ;-)))))))
Histoire de se reposer après la grosse partie de Java jouée précédemment et de celle de Tikal jouée sur l’autre table, et se frotter un peu aussi, nous attaquons une petite partie de l’incontournable Quo Vadis ?, du non moins incontournable Reiner Knizia, le second auteur des 3 K.


Sandie, Charles, Jérôme, Loïc et votre serviteur
en course pour une place au Sénat : y aura-t-il de la place pour
tout le monde ?


Ludo le gars dans son costume de baratineur. A force plus personne
ne me croit, mais j’essaie quand même : « Je n’ai que des 1
en lauriers, la preuve mes conseillers sont presque tous passés
par les voies sans récompense ». Ce que je ne dis pas, bien
entendu, c’est que j’ai beaucoup gagné de lauriers en négociant…


Les politiciens progressent lentement mais sûrement vers le
Sénat. Sandie joue les rouges, Charles les blancs, Jérôme
les noirs, Loïc les gris et votre serviteur les turquoises (ni
verts ni bleus ;-)))…


Le plateau une fois la partie terminée. Sandie a eu très
chaud : pour un peu, elle ne rentrait pas au Sénat, d’autant
plus qu’elle doit sa place à votre serviteur qui lui a placé
Cesar juste devant la chambre où se trouvait un conseiller rouge…

Décompte final
Je remporte cette partie avec un conseiller au Sénat
et 27 lauriers, devant Sandie et Jérôme avec un conseiller au Sénat
et 15 lauriers, Charles avec un conseiller au Sénat et 14 lauriers et
Loïc avec un conseiller au Sénat et 11 lauriers.

Débriefing
Tout d’abord, il me faut ré-affirmer que les jeux de négociation
ne sont décidément pas fait pour Loïc ;-)))
Ensuite, plus sérieusement, il faut bien dire que ce jeu est un vrai
jeu de baratineur et qu’il faut veiller à accorder ses voix le plus souvent
possible, même en se contentant du simple laurier de récompense,
car, de toute, manière, les pions finissent toujours par avancer. Il
faut donc récupérer des lauriers pendant son tour, en faisant
avancer ses propres conseillers, et en dehors de son tour grâce aux négociations.
Ne serait-ce qu’un seul, d’ailleurs.
Il me semble aussi que les chemins extérieurs du plateau, même
s’ils sont peu lucratifs en terme de jetons, sont vraiment importants pour arriver
assez rapidement au Sénat, le but ultime malgré tout. Il faut
donc être au moins d’un côté.
Pour le reste, j’ai expérimenté la technique d’être majoritaire
tout seul dans la chambre de départ de taille 5, non pas pour sortir
sans avoir besoin de vote, mais juste pour me garantir que personne ne sortira
sans mon consentement. Ou alors, sans récupérer de laurier (grâce
au jeton Cesar).

Très sympa, Quo Vadis est, à mon humble avis, l’un des meilleurs
jeux semi-légers de ma ludothèque.
Bravo Monsieur Knizia !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 − un =