[19/01/2007] Tempus

Ce soir, à la soirée ludophile, je n’ai pas apporté Imperial, histoire de « ne pas avoir envie d’y jouer » ! Et oui, si je l’avais apporté, j’y aurais joué alors… Je me suis d’ailleurs fait
conspué par cet « oubli » volontaire tant mes collègues ludiques ont eux aussi accroché à ce jeu très bon.
Du coup, je propose un non moins bon Tempus, mon coup de coeur Gros Jeux 2006, un jeu de l’incontournable Martin Wallace, un bon gros jeu de conquête, de gestion de main de cartes et d’opportunisme. On va se régaler…

TEMPUS :

Le placement initial de nos unités (3 marqueurs chacun) s’est fait dans l’ordre suivant : Sylvain
(rouge), Thomas (jaune), Romain (noir), Ludo (violet). De but en blanc, il semble que rouge et jaune disposent d’une surface d’expansion protégée assez étendue (en haut à gauche)…
En fin de premier tour de jeu, Sylvain est le seul à avoir bâti une cité, Thomas et Romain ont
étendu le nombre de leurs marqueurs (naissances) alors que je me suis plutôt étalé sur le plateau, dans les hexagones de prairie, en prévision de naissances ultérieures. A noter
que le progrès d’écriture a été acquis par Sylvain, seul…
Sylvain m’a latté au centre, alors que je fuyais au travers du lac pour ne pas perdre un marqueur
pour rien. Du coup, il semble que Thomas et Romain puissent envisager l’avenir avec une relative sérénité (pas de combat les concernant). D’ailleurs, le nouveau progrès a été acquis
pare ces deux oiseaux…
Romain nous fait marrer quand même : il a construit sa cité en plein centre de cette tuile, ce qui
l’empêche de construire une autre cité en ce lieu et il croit que placer un marqueur noir sur chaque case le fera gagner… Mais non, je blague 😉 …
Le hasard de la pioche des cartes idées génère parfois des situations rocambolesques : 5 cartes de
champs dans ma main ! En même temps, comme j’en avais économisées en prévision du progrès à venir, tout n’est pas que hasard…
Une vue générale alors que Romain me fait couiner : il acquiert seul le progrès Navires en jouant
Education en prairie, alors que je n’ai joué « que » Education…
Du coup, alors que Romain débarque dans la zone « protégée » du haut du plateau (non investie par
Sylvain et Thomas alors qu’elle leur tendait les bras depuis le départ), je vais réaliser le coup qui me permettra de me relancer dans la partie : je prends une case prairie au
centre, mal défendue par Sylvain, lequel couine (et je l’entends encore…), ce qui sera le début de ma remontée, basée notamment sur le nombre de marqueurs en jeu (naissances)…
La partie entre dans sa phase la plus tendue : on se dirige vers les plus hauts progrès et chaque
action doit se soupeser avec finesse. En ce qui me concerne, je perdrai bêtement une action, oubliant que chaque déplacement autorise 2 cases de mouvement et non pas une seule.
J’espère que je ne m’en mordrai pas les doigts en fin de partie…
Une vue générale, alors que je remporte l’un de mes seuls progrès de la partie : l’Imprimerie, plus
pour obtenir gratuitement deux cartes Idées que pour l’extension de main à 7 cartes maximum. Au niveau des cités, nous en sommes à 3 pour Sylvain, 1 pour Thomas, 3 pour Romain
et 2 pour votre serviteur (mais 4 dans très peu de temps)…
Alors qu’il n’avait selon ses dires que peu apprécié sa partie de découverte de ce jeu, Sylvain lui
a redonné sa chance ce soir mais il n’est plus convaincu. Sérieux contraste avec mon analyse du jeu et du plaisir que j’en ressens. En tout cas, rien que cette photo laisse bien
voir combien il a l’air de subir les derniers tours… Dommage, j’l’aime bien ce jeu, moi…
Les marqueurs jaunes sont fortement représentés sur le plateau, mais il y certainement trop peu de
cités construites pour que Thomas puisse espérer remporter cette partie. Ceci dit, méfiance…
Là, c’est à mon tour de couiner, que dis-je, de geindre ! Le père Romain ajoute une carte à son
total de points, du coup j’en joue 3, me disant que si sa carte vaut 1 point, on sera à égalité et on acquérera le Train tous les deux. Mais ce petit coquin a joué une carte de
valeur 2 points et je perds mes 3 cartes pour strictement aucun bénéfice. J’en couine encore…
La partie se dirige vers son terme et tout est encore possible pour Romain et moi : on est à peu près pareils au niveau cités, à peu près pareil au niveau nombre de marqueurs en jeu et tout se jouera sur la position de ces derniers pour l’acquisition du progrès Avion et nos cartes conservées en main…
Romain consulte la règle juste avant la dernière offre pour l’ultime progrès. De mon côté, il faut savoir que cela fait au moins 3 ou 4 tours que je positionne mes marqueurs sur des cases de collines, en prévision de cette étape. Et j’ai eu le temps de blinder ces positions, histoire de glaner des bonus…
La partie est terminée, sur l’acquisition de l’Avion par votre serviteur, tout seul. Ma stratégie a
donc fonctionné : celle de miser sur quelques progrès en cours de partie (Imprimerie notamment) mais surtout sur la consrevation de cartes collines en main et de prise de position
sur des cases de ce type…

 

Bilan synthétique :

On a aimé
– Le progrès qui ne vaut que s’il est partagé par tous !
– Les possibilités stratégiques du jeu : à long, moyen et court terme
– La gestion de sa main de cartes, et particulièrement de savoir calmer ses ardeurs quant à l’acquisition des progrès : à quoi bon se battre pour un progrès dont l’effet ne sera
pas exploité immédiatement ?
– La tension permanente mais qui s’accroît avec l’augmentation des effets des progrès
– La précision officielle qui dit que 4 cases occupées (cités ou non) permettent l’attaque

On a moins aimé
– Le côté Kingmaker qui peut ruiner les espoirs d’un joueur à cause d’un joueur non en course pour la victoire (cela n’est pas arrivé alors que cela se pressent souvent en
fin de partie)
– La difficulté pour revenir dans le jeu lorsqu’on est en marge : Sylvain l’a vécu ce soir et il paraît que l’on subit alors le jeu sans espoir de quoi que ce soit
– La couleur identique pour les progrès Imprimerie et Avion, ce qui pourrait trop inciter à garder cette couleur marron (intérêt trop marqué pour les derniers tours). A
vérifier.

Scores de la partie :

 

 

Tuiles Cités Vol Total
Lucarty  (rouge) 2 3 + 3 + 2 + 2 0 12
Thomas (jaune) 4 4 + 3 + 3 + 2 0 16
Romain (noir) 8 4 + 3 + 3 + 2 0 20
Ludo le gars (violet) 10 4 + 3+ 3 + 2 3 25

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[19/01/2007] Tempus”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 − = trois