[19/02/2004] Drahtseilakt

Participants
– Sandie, toujours intéressée pour jouer à des jeux d’évaluation du style Zum
Kuckuck ! ou 6 nimm’t,
– Sébastien, qui apprécie également ce genre de jeux, assez logiques et offrant quelques défis intelligents,
– Jérôme, OK pour une seconde partie assez rapprochée de ce bon p’tit jeu rigolo,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Parmi mes dernières acquisitions, l’une de celles
dont je suis le plus fier est incontestablement ce petit jeu de cartes de rien
du tout du Sir Knizia, et qui nous a pondu là un sacré jeu d’évaluation
et de gestion de main… La partie de dimanche avait été sympa,
j’attends beaucoup de celle de ce soir.


L’ambiance est toujours excellente autour d’une partie de Drahtseilakt,
car les cartes jouées face visible à tour de rôle
génèrent une tension bien palpable (exemple : je joue un
23, Sandie un 17, Sébastien un 19 et Jérôme un 20.
Avais-je vraiment prévu de prendre des bâtonnets bleus avec
ce satané 23 ???)…


Ma main en début de seconde manche : 7 cartes sur 9 sont inférieures
à 25 et les deux autres ne sont pas vraiment élevées
(28 et 44). Comment ne pas terminer avec plein de bâtonnets rouges
?


Une vue en fin de seconde manche : Sébastien a effectivement
amassé nombre de bâtonnets bleus (17 au total) alors que
j’ai limité la casse sur les rouges (3 au total). L’intérêt,
pour lui comme pour moi, c’est que ni Sandie, ni Jérôme n’ont
pu en profiter et terminer avec 0 bâtonnet…


Une photo finale, alors que Sandie vient d’engloutir 22 bâtonnets,
tout comme Jérôme, et que j’ai réussi à ne
rien prendre du tout (sans avoir besoin d’équilibrer)…


Il n’est jamais facile d’être premier joueur. Ici, je tente
de placer un 22 pour une carte de bâtonnets égale à
5, en espérant que mes adversaires croient que je ne veux pas
le pli bleu (vicieuse réflexion n’est-ce pas)…


La main de Sébastien pour la seconde manche
également : 9 cartes sur 9 au-dessus de 25 ! Comment va-t-il
faire pour ne pas récupérer une multitude de bâtonnets
bleus (surtout que, ce faisant, il reste premier joueur et que les autres
auront tendance à jouer en dessous de lui…) ?


Une vue de la main de Sandie pour la 4ème et dernière
manche : à l’exception du 3, toutes ses cartes sont situées
au dessus de 30 ! Dur, dur pour elle aussi…

 

Décompte final
Durée de la partie : 45 minutes – Mise en place du
jeu : 5 minutes – Explication des règles : 10 minutes
Je remporte cette partie avec un total de 8 points, devant Sébastien
avec 31 points, Sandie avec 35 points et Jérôme avec 41 points.
Le détail, manche par manche, est le suivant :

Manche 1
Manche 2
Manche 3
Manche 4
Total
Sandie
2
7
4
22
35
Sébastien
0
17
7
7
31
Jérôme
9
8
2
22
41
Ludo le gars
5
3
13 (annulé)
0
8

Débriefing
Il est incontestable que ce jeu a plu à notre table de joueurs. Le seul
reproche unanimement prononcé concerne l’impossibilité de faire
face à une main de cartes extrême. Et comme cette partie nous en
a réservé un grand nombre, nous avons été contraint
de devoir accepter sans réaction possible les aléas de la donne.
A ce sujet, je pense qu’il est bien plus préjudiciable d’avoir une main
constituée de « grosses » cartes, que de « faibles »
cartes, en raison de l’obligation d’entamer le nouveau tour lorsque l’on prend
les bâtonnets bleus. Une sorte de cycle de prises a alors tendance à
se mettre en place, au bénéfice des autres joueurs.
Une remarque : les deux tactiques essentielles (ne jamais rien prendre ou prendre
pour équilibrer plus tard) semblent bien fonctionner mais il est souvent
plus facile de ne rien prendre que de réussir un équilibre. En
effet, pour réussir un équilibre, cela suppose au moins 3 prises
calculées, puisque aucune carte n’est en double. Par exemple, si vous
prenez 6 bâtonnets bleus, vous allez devoir prendre 4 + 2 rouges ou 5
+ 1. Si vous prenez le 4 rouge, vous allez devoir faire le forcing pour avoir
le 2 dans les tours suivants. Mais deux cas peuvent survenir : soit la carte
en question est annulée par un 0 (problème de malchance), soit
l’un des autres joueurs la prend pour lui (pour une raison qui lui appartient).
Au final, vous devrez ré-ajuster votre cible de cartes et, dans ce cas,
cela passera par la prise d’une autre carte bleue puis d’une autre rouge ! Pas
facile tout ça, dans un climat où chacun tente de faire sa propre
sauce… Est-ce qu’on contrôle vraiment quelque chose ? Je n’en suis pas
certain, mais on s’amuse vraiment bien, n’est-ce pas là l’essentiel ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × 4 =