[19/02/2006] Euphrat & Tigris, Blue Line Hockey

La venue de mon cousin germain est toujours le bon prétexte pour jouer, jouer et encore jouer… J’en veux pour preuve le grand week-end ludique qui s’est offert à nous…
Comme je suis dans ma phase « je fais découvrir des jeux incontournables », après le Löwenherz d’il y a quelques semaines, je propose à Laurent de s’immerger dans les vestiges ce la civilisation mésopotamienne, au travers du fantastique Euphrat & Tigris. Puis, en soirée, nous disputerons une partie de hockey sur glace en jeu de plateau, qui n’est pas sans rappeler nos mythiques empoignades vécues sur NHL 93 sur sega megadrive. Le nom du jeu ? Blue Line Hockey, édité dans les années 60 par 3M.

EUPHRAT & TIGRIS :
Laurent (arc) : 12 (15 cubes bleus, 10 cubes verts, 13 cubes rouges, 12 cubes noirs, 3 trésors)
Julie (pot) : 16 (14, 17, 18, 16, 2)
Ludo le gars (vache sacrée) : 8 (12, 13, 12, 7, 1)


Il n’y a pas à dire : rejouer à un jeu de ce calibre est toujours un grand bonheur et cela permet d’évaluer plus sereinement l’ensemble de la prolifique production ludique actuelle…

Après quelques tours, la situation se met en place sans vraiment de conflit : nous sommes pacifiques et nous essayons de construire au lieu d’attaquer tout azimut…

J’adore le graphisme des tuiles de cette version du jeu (Mayfair). Ici, Laurent a placé son arc vert contre l’une des tuiles rouges, non loin du premier monument du jeu…

Je venais de faire remarquer qu’il fallait être prudent : à avoir trop de chefs sur le plateau, on s’en fait expulser plus souvent et, hop, cela ne loupe pas, ils éjectent mes 4 chefs du jeu !

Le premier monument, vert/rouge, est mon oeuvre au centre, construit dans un royaume contrôlé par le chef vert de Julie. La raison ? Affaiblir son chef et l’attaquer en conflit externe vert ! La présence de mon chef vert dans ce royaume témoigne de la réussite de la chose…

Un gros plan du matériel pour le régal des yeux… A noter que les deux chefs de droite, le bleu de Laurent et mon vert, seront bientôt rejoints par mon chef rouge et des tuiles rouges supplémentaires autour d’eux. Jusqu’à ce que Julie, puis Laurent détruisent 2 tuiles rouges sur 3 et rendent le lieu très appauvri…

La partie s’approche de son terme et la situation est à présent très claire : Julie devrait l’emporter, alors que je ne réussis pas à collecter suffisamment de cubes noirs pour espérer rivaliser. La faute aussi bien à une pioche noire désastreuse qu’à des manques en terme de tuiles rouges, qui auraient pu m’aider pour attaquer en conflit interne le royaume où figure un monument noir/bleu…

Une vue finale de la partie, une fois la belle victoire de Julie entérinée. On notera que la partie s’achève aux tuiles et que seuls 3 monuments ont été construits. Dans l’ultime tour, j’ai réussis à investir le royaume du haut, où figure un monument noir, mais cela ne suffit vraiment pas. Laurent, plus proche de Julie, termine quand même lui aussi assez loin, mais cela ne l’empêche pas de savourer la qualité de ce jeu…

Note du jeu : 19 / 20
—————————————————————————————-

BLUE LINE HOCKEY :
Laurent (rouge) : 4
Ludo le gars (bleu) : 3


Une partie de Blue Line Hockey oppose 12 hockeyeurs, à raison de 5 joueurs de champ et d’un gardien par équipe, un match se déroulant en 3 tiers temps de 10 séries chacun.

Le premier tiers temps sourit à Laurent, lequel réussit assez bien à combiner pour que ses joueurs puissent faire transiter le palet très rapidement de sa cage vers le but adverse.

Le premier but rouge lors du premier tiers temps.
Score en fin de cette période : 2-0 (1-0, 2-0).
Le second tiers temps voit  une meilleure tactique de ma part, avec une temporisation lors du face-off de l’engagement, pour mieux repartir de l’avant.
Score en fin de seconde période : 3-2 (2-1, 3-1, 3-2).

Ici, on voit combien les dés me sont défavorables ce soir : mon tireur est placé à une case de la cage, au centre, alors que le gardien est « out of position », et pourtant mon jet de dés de 5 me fait échouer lors de ma tentative ! La grille de résolution des tirs est à l’image d’une époque, celle des jeux « simulationnistes », qui fait penser à celle de Quirks…

Le troisième tiers temps est une succession de coups complètement délirants : des 2 ou des 3 en pagaille, avec pourtant une paire de dés lancés, des tentatives de vol de palets avortées par manque de jets suffisamment élevés, aucune carte de pénalité jouée (c’est ce point le plus incroyable d’ailleurs et qui nous aura le plus marqué)…
Score en fin de troisième période : 4-3 (3-3, 4-3).

Le match est à présent terminé et l’équipe rouge l’a emporté brillamment 4 buts à 3. On déplorera la longueur de la partie (30 séries pour un total de 2 heures 30 environ), l’absence contextuelle des cartes de pénalités et la prédominance du hasard. Heureusement que nous avons pris du plaisir quand même, notamment au travers de quelques combinaisons tactiques (rebonds sur les bords, repli défensif) et de jets de dés foireux qui nous ont rappelé nos parties de Risk d’antan 🙂

Note du jeu : 13 / 20
—————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit + = 10