[19/04/2003] Ursuppe + Frisch Abgeschmeckt

Participants
– Carine, qui n’avait que peu accroché à sa première partie de ce jeu mais qui lui donne une seconde chance,
– Eric, le grand Roet’, éternelle amibe baignant dans la soupe,
– Vincent, amateur de « gros jeux » qui connaîtra ainsi cette version de l’évolution vue par Doris & Frank,
– Olivier, alias Lolive, en phase de découverte lui aussi,
– Gaël, heureux possesseur d’un exemplaire de ce jeu et qui le considère comme l’un des tous meilleurs existants,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Jouer à Ursuppe à 4, c’est très bien, jouer à 6 avec l’extension, sera-ce mieux ? C’est tout le sujet du débat à l’entame de cette partie, lors de laquelle nous allons pouvoir essayer d’utiliser les nouveaux gènes proposés dans l’extension, tout en jouant sur un plateau de même taille que précédemment et avec une ribambelle de nouveaux pions (violets et noirs).
Chacun choisit sa couleur, ce qui donne : rouge pour Carine, jaune pour Eric, vert pour Vincent, noir pour Olivier, violet pour Gaël et bleu pour votre serviteur. Ouf, y’en a plus !

Le jeu se met en place lentement, très lentement
même, avec des allers et venues continuels de ma part, entre l’accueil de nouveaux joueurs, le départ d’autres et l’explication de règles sur d’autres tables. Et oui, organiser des journées thématiques n’est pas de tout repos !

La partie débute réellement après
une très grosse demi-heure de mise en place, hachée et fastidieuse,
où chaque case accueille 12 cubes (2 par couleur).
Le premier tour de jeu se met en place et les premiers gènes sont
achetés, en commençant par moi car nous procédons
selon l’ordre descendant et que je suis sur la case 6 de l’échelle
des scores. Je prends le gène Spores, présents en 2 exemplaires,
convaincu que j’aurai le temps, au prochain tour, de prendre le gène
Mouvement, présent en 3 exemplaires. Raté ! Les 3 exemplaires
sont choisis dans ce même tour par mes gentils adversaires. OK,
je vais devoir faire sans mon gène préféré,
que je couple habituellement avec celui de Vitesse.


Il y a du monde quand même dans cette soupe !

Le jeu se poursuit avec l’achat de gènes
tous plus rocambolesques les uns que les autres et chacun tente de constituer
des combinaisons efficaces : Mouvement et Vitesse pour Lolive, par exemple.
De mon côté, mon gène Substitution couplé à
celui de Tentacules m’offre de belles perspectives : manger un cube de
plus (soit un total de 5), mais avec seulement 3 couleurs différentes,
et avec la possibilité d’emporter avec moi 3 cubes de ma case avant
mon déplacement. Belle combo !

Mais la partie s’éternise et lorsque
nous faisons une pause repas, nous décidons de ne pas la poursuivre
au-delà de celui-ci, et de se lancer dans d’autres jeux, moins
longs, moins lents et plus intéractifs.


La vue finale du jeu lorsque nous arrêtons la survie dans la
soupe…


Le plateau de jeu avant le début des hostilités
: énormément de cubes colorés et une sympathique
envie de peupler la flaque d’eau de nos organismes…

La suite de la partie est un modèle
de lenteur : environ 30 minutes par tour de jeu, le temps que chacun
se déplace, se nourrisse, se reproduise, mute génétiquement
et marque ses points.
Fastidieux à mon goût.


Une vue complète du jeu alors que nous
faisons une pause apéro et souper…


Une vue rapprochée permettant de visualiser
le b—– ambiant !

Décompte final
Lorsque nous arrêtons la partie, personne n’a vraiment
fait le trou aux scores, puisque nous sommes tous entre 16 et 23 points.

Débriefing
Ursuppe à 4 est un excellent jeu, mais il perd de sa superbe à
6 et vraisemblablement à 5. Le jeu se révèle dans cette
configuration comme un monstre de menteur et, qui plus est, d’une incontrôlabilité
notoire : comment anticiper quoi que ce soit, sachant que 6 joueurs vont déplacer
leurs amibes et les nourrir à chaque tour ? Très fort, celui qui
y parviendrait…

Il convient, certainement, de jouer à Ursuppe à 3 ou 4 joueurs
seulement, en y intégrant, comme conseillé dans la règle,
les nouveaux gènes avec parcimonie et non tous ensemble. En tout cas,
je n’ai nullement envie de rejouer à ce jeu à 6 joueurs, et je
suis très réticent à 5. En plus, le jeu devient un tantinet
bancal avec l’obligation de manger 4 cubes à chaque tour sur les 5 couleurs
possibles : on peut esquiver une couleur.

Déçu, oui. Même si l’on s’est bien marré quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 × = vingt sept