[19/09/2002] Druiden Walzer

Participants

– Julie, reine du culte druidique
de la nuit,
– Ludo le gars, votre serviteur.


Déroulement de la partie
Histoire de tester un nouveau petit jeu ce soir, je choisis de proposer à Julie une partie de Druiden Walzer, un jeu au format qui lui plaît bien, d’une durée estimée de 30-40 minutes et d’un éditeur qu’elle apprécie.

Une fois lues les règles de la VF, et en se basant sur le très
précieux schéma de la règle allemande, nous entamons
notre partie de découverte, Julie prenant le culte de la Lune et
moi du Soleil.Lors du début de partie, nous ne nous posons pas trop de questions
sur les actions possibles et nous jouons une carte esprit à chaque
tour.
La première danse des esprits se déroule dans un climat
de scepticisme, où l’on découvre l’enchaînement des
effets de la carte jouée. Terrifiant de tout anticiper !

Au bout de quelques tours, nous nous rendons compte de l’importance du
hasard : si nous n’avons pas en main l’une des cartes correspondant à
celle de la table, aucune danse ne peut avoir lieu. Et donc, si l’on est
en position de perdre les conflits, il nous impossible de réagir
: au mieux un déplacement de druide ou une défausse d’une
carte.


Un tour par joueur a eu lieu : séance
découverte…

La suite de la partie me permet de deviner l’importance de disposer d’une
défausse attrayante : cartes de valeur 5 et plusieurs cartes. En
effet, Julie s’aperçoit trop tard qu’elle n’a qu’une seule carte
sur sa défausse : son 1 originel. Or, lorsqu’elle aura épuisé
sa main, comment va-t-elle faire ? Une fois parcourue la règle,
nous en déduisons qu’elle sera dans l’obligation de défausser
des cartes présentes au pied de ses arbres (1 à chaque tour
: perte de temps) afin de se constituer une nouvelle main.
Malheureusement, je commets une impardonnable erreur en convertissant
trop tôt son arbre où se trouve son duide violet : cela va
lui permettre de récupérer toutes les cartes d’esprit dans
sa défausse !!!.


Plus qu’un marqueur de Soleil et l’arbre où
se trouve le druide violet de Julie sera converti…

Julie revient alors
très fort dans la partie, car elle menace 3 de mes 4 arbres et que
je ne parviens pas à marquer suffisamment les siens.Les marqueurs
Lune pleuvent sur mes végétaux qui, à ce rythme, vont
bientôt plier…


Julie contemple son arbre converti en Soleil et prépare sa cinglante
comtre-attaque…


La configuration finale du jeu, avec 2 des arbres
Soleil convertis en Lune et les 2 autres guère mieux lôtis…

Décompte final
Julie remporte cette partie de découverte, après
avoir converti mes arbres de valeur 2 et 4, tandis qu’elle n’a subi que la conversion
de son arbre de valeur 3.

Débriefing
Cette partie de Druiden Walzer nous a profondément
interloqué : système bizarre, impression de ne pas contrôler
grand chose, grosse mobilisation pour visualiser ce qu’il va se passer en fonction
de la carte que l’on s’apprête à jouer, …

Sur le plan des enseignements,
je retiendrai que :
– Il semble important de se constituer une défausse avec des cartes variées
mais de grande valeur et en nombre important. Pour ce faire, on peut tenter
de faire danser les esprits et en faire s’arrêter sur sa carte de défausse,
– Le jeu n’est pas immuable et les positions jamais figés. Il convient
cependant de se garantir des possibilités à chaque tour en variant
les valeurs des cartes esprits présentes sous ses arbres,
– Faut-il tenter d’avoir les plus grandes valeurs de cartes d’esprit à
tout moment sous ses arbres ? Je n’en suis pas sûr, d’autant plus que
si les cartes 5 y sont, elles ne peuvent pas être dans votre main et si
elles se font recouvrir vous n’aurez pas la possibilité d’en rajouter.
Il me semble utile d’en avoir dans sa défausse.

On le voit bien, les mécanismes
sont trop déroutants pour permettre une analyse immédiate et sûre
des axes de jeu.
A revoir, donc..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + = 8