[19/11/2011] Submarine, Tikal

Journée thématique à Saint Just d’Avray ce samedi, autour des jeux où l’on explore et où l’on fouille : « En quête de trésors !« .
L’occasion est donc assez belle de découvrir une vieille nouveauté (pour moi !), avec l’exploration des fonds marins à l’aide de batyscaphes : Submarine, et de ressortir le bon
vieux Tikal, qui n’a pas pris autant de rides que je l’aurais crû avec ses 10 points d’action à utiliser à son tour (analysis paralysis finalement assez bien gérée)…

 

SUBMARINE :

 


Un jeu de Colovini, auteur on ne peut plus contreversé, ça se savoure, ça se déguste ! Du coup, j’avais pris soin de bien lire la règle avant cette journée, historie d’être fin prêt
pour découvrir ce qu’il a encore pu inventer ce génial auteur plein d’originalité…

Bien, le plateau est assez austère, avec ses marqueurs de trésors bordés de couleur répartis à raison de 1 sur le niveau 1, 2 au niveau 2, 3 au niveau 3 et 4 au niveau 4 de
profondeur. Comme on peut le deviner, il faudra collecter certains trésors pour remporter cette partie… En haut, on peut voir que chacun dispose d’un bateau (en dehors du
plateu, à gauche) et de quatre batyscaphes (au niveau 1)…

A mon premier tour de jeu, je déplace mon bateau dans la 1ère colonne (parce que j’y ai au moins un batyscaphe), puis je récupère le trésor vert du niveau 1 (où se trouve mon
batyscaphe rose) en défaussant une carte verte. Mais, comme figurent également deux batyscaphes adverses dans ce niveai ou au-dessus, je paie également une carte par batyscaphe
depuis ma pioche cachée aux joueurs concernés (ici deux fois le marron, c’est-à-dire Vincent)…

Lorsque chacun a joué un tour plein, on en est là. Précisons qu’à son tour on doit forcément avancer son bateau et qu’on réalise une action par batyscaphe à soi dans la colonne
d’arrivée. Cette action peut être de récupérer un trésor (moyennant le paiement précisé juste avant), ou de déplacer son batyscaphe au même niveau ou d’un niveau inférieur ou
supérieur du nombre de cases de son choix. Une grande part de l’art stratégique du jeu se trouve dans cette dernière option…

Vincent, avec que je rejoue enfin après un très long moment sans partie avec lui, a assez vite perçu comment jouer efficacement, amassant des cartes et regroupant ses batyscaphes
pour en récupérer plusieurs…

De mon côté, on voit que mon plateau individuel de collecte de trésors ne se remplit guère (une seule yourte verte, quelle drôle d’idée d’ailleurs !!!), mais que je mise sur la
collecte de jokers (3 à l’extérieur) car ceux-ci me paraissent très puissants…

Petite vue de la situation alors que les bateaux de chaque joueur ont atteint le bord droit du plateau. Ils vont repartir à l’extrême gauche comme précédemment…

On le voit vite et on le voit bien : c’est un jeu où l’on réfélchit plus que l’on rigole…

Deuxième arrivée des bateaux à l’extrême droite du plateau, alors que j’ai dépensé mes nombreuses yourtes jokers (deux en plus de celle de mon plateau, ce qui a mis une certaine
pénurie sur le jeu). A noter que l’utilisation de ces jokers est quand même très forte : on prend le trésor de son choix, avec un batyscaphe actif, sans jouer de carte de la bonne
couleur et sans dédommager personne !

Il ne me manque plus que trois trésors pour remporter la partie en ayant amassé les fameux 12 trésors différents. Mais, comme on peut aussi remporter le jeu en en totalisant le plus
lorsque l’une des colonnes est vide (sans compter les jokers), j’hésite à prendre des risques pour gagner de façon totale… Je mise entre les deux : je sacrifie mes deux dernières
cartes pour prendre un trésor que je n’ai pas (une pour le prendre, l’autre de dédommagement) mais je garde mon joker pour épuiser une colonne…

Les quatre bateaux sont arrivés au bout et il ne reste plus qu’un tour de jeu : je vais finir la partie en prenant le dernier trésor de la deuxième colonne…

Et voilà, la partie s’est achevée, non sans un magnifique baroud de Jean-Luc (ah, celui-là !), qui collecte pas moins de trois trésors en un coup et finit sur mes talons…
Bilan synthétique :On a aimé
– L’impression bien rendue de descendre par paliers dans ce jeu d’exploration sous-marine,
– L’originalité du système de dédommagement, incitant à ne pas le faire trop souvent,
– Le grand sérieux autour du jeu, couplé à un bon contrôle sur celui-ci,
– La possiblité de vider carrément sa main de cartes, en prenant certes de gros risques, mais on a envie de voir ce que cela peut donner (jeu très ouvert)…

 

On a moins aimé
– La relative austérité générale dégagée par le jeu,
– Les situations de semi-blocage que l’on suppose vers la fin de partie,
– Le regret qu’il semble bien difficile de terminer aux 12 trésors acquis…

Scores de la partie :  

Vincent (marron) : 8 trésors acquis
Jean-Luc (beige) : 9 trésors acquis
Quentin (naturel) : 8 trésors acquis + 1 joker
Ludo le gars (rose) : 10 trésors acquis + 1 joker

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

TIKAL :

 


Pas ressorti depuis février 2003, il y a donc plus de 8 ans et 1/2 !!!, Tikal va enfin retrouver les honneurs de notre table ludique. Incroyable, avec de telles qualités, que ce jeu
ne soit pas plus ressorti ces dernières années… Du coup, c’est Lucarty qui se colle à l’explication de la règle, lui qui y a rejoué davantage que moi !

La zone de départ, par où entreront les pions explorateurs de chaque joueur, du moins tant qu’ils n’auront pas construit de camp pour entrer directement à un autre endroit du
plateau…

Fin de premier tour, avec un premier camp rouge déjà construit par Lucarty. Fabrice joue les éléments oranges, Vincent les noirs et moi-même les naturels…

La partie est belle, tendue à souhait, malgré le fait que nous avons renoncé à jouer avec la variante enchères (ayant un peu peur que cela allonge la partie)…

Lucarty pioche la première tuile de volcan, ce qui occasionnera le premier décompte de la partie…

Vue de la situation, une fois que chacun a joué ses 10 points d’action avant de bénéficier de son décompte…

J’installe mon premier camp non loin de deux jolis temples, sachant que je protège bien le premier avec mon marqueur de chef et un autre (masqué sur la photo)…

La deuxième tuile de volcan est piochée par Fabrice, ce qui va nous conduire à un deuxième décompte. A noter que j’ai de plus en plus l’impression que l’on blinde nos temples, alors
que j’avais le souvenir de tensions palpables pour maintenir ses positions lors des décomptes. Bizarre…

Ca, ça me plaît : je viens de dégager le niveau 10 de l’ancien temple 7 que je protégeais depuis quelques tours et je viens d’en prendre définitivement possession. Ca, c’est fait…

Vue générale après le second décompte. Les scores nous paraissent hyper serrés (ce qui est un bien), puisque nous nous tenons en 5 points…

La partie est très plaisante même si je demeure de plus en plus sceptique concernant cette main-mise de chacun sur les temples. Et là, c’est le drame : Lucarty se trouve traversé
d’un éclair de lucidité, se souvenant d’un coup que l’on a le droit de ne protéger qu’un maximum de deux temples chacun ! Aïe, aïe, aïe, il sera maudit jusqu’à sa 1000ème
génération…

Nous poursuivons la partie de la même manière, ce qui reste le plus logique, et nous arrivons au 3ème décompte lorsque je pioche la dernière tuile volcan. Je commence à m’inquiéter
de mon manque de trésors (je n’en ai qu’un seul !), même si j’ai bien profité des temples du plateau. Cela suffira-t-il ?

La situation une fois le décompte effectué : Vincent vient de me dépasser d’un point et il possède 5 points d’avance sur Fabrice et 11 sur Lucarty…

Une fois placées les 6 dernières tuiles, la situation n’a guère évolué, même si j’ai réussi à glaner un temple de plus (contre partie du temple perdu en haut à gauche du plateau)…

L’ultime décompte individuel a eu lieu et je ne parviens pas à relever la tête, la faute à mon unique misérable trésor, pour remporter cette partie. Il y a donc une erreur sur la
position de mon marqueur de score sur la photo, puisque je suis à 105 et non à 115… Bravo Fabrice (et vive le couinage chez Vincent 😉
Bilan synthétique :On a aimé
– Le matériel du jeu, splendide, offrant des vues magnifiques plus le jeu progresse,
– Le système de 10 points d’action, qui n’a finalement pas tant vieilli que ça, et qui offre énormément de liberté à son tour,
– Les zones que l’on peut plus ou moins se réserver sur le plateau, avec des accès rendus difficiles par le coût ou le positionnement des volcans,
– La durée de la partie, deux heures, idéale pour passer un excellent moment très immersif et hyper tendu…

 

On a moins aimé
– L’erreur de règle commise ce soir, portant préjudice au jeu car cela limite les tensions au moment des décomptes,
– La place du hasard dans la pioche des tuiles, car entre une tuile temple de valeur 6 (en fin de partie) et une tuile vide, on ne boxe pas dans la même catégorie et on n’a pas
les mêmes espérances de gain…

Scores de la partie :  

 

Décompte 1 Décompte 2 Décompte 3 Décompte 4 Total
Lucarty (rouge) 7 26 29 36 98
Fabrice (orange) 11 21 36 44 112
Vincent (noir) 12 24 37 38 111
Ludo le gars (naturel) 14 23 35 33 105

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20


Durée de la partie : 2 heures

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


huit × = 48