[19/11/2016] Freak Shop

L’éditeur lyonnais, Catch Up Games, nous concocte de bons jeux depuis un an 1/2, avec Sapiens, puis Sol, deux jeux très réussis et qui sont assez originaux (surtout Sol). Cette fois, ils font dans la « petite » boîte, avec un jeu baptisé Freak Shop. Vous voulez en savoir plus ? Offrez-vous la lecture du compte-rendu de partie qui suit…

FREAK SHOP

Freak Shop est plutôt bien entouré au Festival Ludix ! Va y avoir de la concurrence...
Freak Shop est plutôt bien entouré au Festival Ludix ! Va y avoir de la concurrence…
Devant soi, on a chacun une série de 4 cartes, le but étant de la faire fructifier en faisant des échanges avec l'étalage : soit un total de même valeur que les cartes posées, soit autant de cartes que les cartes posées. Tout simple, bien élégant, avec des dessins très originaux (j'adore la pieuvre qui prend sa douche dans les toilettes avec la brosse à chiotte par exemple !)...
Devant soi, on a chacun une série de 4 cartes, le but étant de la faire fructifier en faisant des échanges avec l’étalage : soit un total de même valeur que les cartes posées, soit autant de cartes que les cartes posées. Tout simple, bien élégant, avec des dessins très originaux (j’adore la pieuvre qui prend sa douche dans les toilettes avec la brosse à chiotte par exemple !)…
A chaque partie, on tire trois tuiles d'objectifs de PV, ce qui renouvellera considérablement les parties. Ce soir, on marquera 3 PV par type de cartes possédées, 5 PV si on totalise le plus de cartes type par type et, enfin, 10 PV si on est le joueur avec le plus de symboles Soldes, 6 PV si on est deuxième, 3 PV si on est troisième.
A chaque partie, on tire trois tuiles d’objectifs de PV, ce qui renouvellera considérablement les parties. Ce soir, on marquera 3 PV par type de cartes possédées, 5 PV si on totalise le plus de cartes type par type et, enfin, 10 PV si on est le joueur avec le plus de symboles Soldes, 6 PV si on est deuxième, 3 PV si on est troisième.
Cette petite partie à 4 joueurs se déroule en compagnie de deux vauclusiens fort sympathiques et croisés régulièrement sur les salons (notamment Essen), à savoir Jean-Michel et Delphine.
Cette petite partie à 4 joueurs se déroule en compagnie de deux vauclusiens fort sympathiques et croisés régulièrement sur les salons (notamment Essen), à savoir Jean-Michel et Delphine.
Tristan a été le premier joueur au premier tour et nous voici au début du deuxième. Il a quand même été considérablement avantagé par le fait qu'il y avait une des deux cartes 10 à l'étalage et qu'il a pu la prendre très facilement en posant une carte 1 à la place... Oui, le hasard n'est pas négligeable. De mon côté, j'ai posé deux cartes, un 1 et un 3 pour prendre deux cartes 2.
Tristan a été le premier joueur au premier tour et nous voici au début du deuxième. Il a quand même été considérablement avantagé par le fait qu’il y avait une des deux cartes 10 à l’étalage et qu’il a pu la prendre très facilement en posant une carte 1 à la place… Oui, le hasard n’est pas négligeable. De mon côté, j’ai posé deux cartes, un 1 et un 3 pour prendre deux cartes 2.
Le hasard initial dépassé, nous passons un bon petit moment à mesurer s'il vaut mieux avoir de grosses cartes pour les échanger plus tard, s'il faut s'attaquer tôt aux majorités, si on peut se montrer juste opportuniste, ... C'est bien sympa, oui. Et le fait que la répartition des cartes soit aussi drastique (la même d'ailleurs que dans Fuji Flush), avec deux cartes 10, trois de 9, quatre de 8, etc..., rend les choses pas franchement équivalentes en terme d'échanges et d'intérêts. Par exemple, deux cartes 9 mènent automatiquement à une majorité, alors que deux cartes 3, bof, bof...
Le hasard initial dépassé, nous passons un bon petit moment à mesurer s’il vaut mieux avoir de grosses cartes pour les échanger plus tard, s’il faut s’attaquer tôt aux majorités, si on peut se montrer juste opportuniste, … C’est bien sympa, oui. Et le fait que la répartition des cartes soit aussi drastique (la même d’ailleurs que dans Fuji Flush), avec deux cartes 10, trois de 9, quatre de 8, etc…, rend les choses pas franchement équivalentes en terme d’échanges et d’intérêts. Par exemple, deux cartes 9 mènent automatiquement à une majorité, alors que deux cartes 3, bof, bof…
Devant moi, je commence à avoir un joli éventail des cartes du jeu : une de 1, trois de 4, une de 5, une de 6, deux de 7, une de 8 et une de 9. Mais laquelle, ou lesquelles, dépenser à chaque tour ?
Devant moi, je commence à avoir un joli éventail des cartes du jeu : une de 1, trois de 4, une de 5, une de 6, deux de 7, une de 8 et une de 9. Mais laquelle, ou lesquelles, dépenser à chaque tour ?
Oui, je sais, ma tenue est détonante ! Il faut dire que je présente à Ludix mon proto Loup Glacé et que ce jeu se déroule dans une cour d'école... Donc, je suis une sorte de vieux maître à l'ancienne ! :-) Sur le plan du jeu, Freak Shop nous plaît bien, même si on commence à craindre que le côté très volatile des majorités puisse être un souci en fin de partie avec le hasard lié à la carte fin qui est cachée dans les six dernières cartes...
Oui, je sais, ma tenue est détonante ! Il faut dire que je présente à Ludix mon proto Loup Glacé et que ce jeu se déroule dans une cour d’école… Donc, je suis une sorte de vieux maître à l’ancienne ! 🙂 Sur le plan du jeu, Freak Shop nous plaît bien, même si on commence à craindre que le côté très volatile des majorités puisse être un souci en fin de partie avec le hasard lié à la carte fin qui est cachée dans les six dernières cartes…
Et la voilà la fatidique carte, en toute fin du tas, qui implique que la partie s'achève juste après que Tristan puis Jean-Michel ont joué. Ils ont eu plutôt les derniers coups faciles pour l'acquisition de majorités avec certitude...
Et la voilà la fatidique carte, en toute fin du tas, qui implique que la partie s’achève juste après que Tristan puis Jean-Michel ont joué. Ils ont eu plutôt les derniers coups faciles pour l’acquisition de majorités avec certitude…
Ça en fait du matos étalé sur la table à la fin ! Au final, le jeu est plaisant, élégant et bien illustré, mais le hasard initial et, surtout, final, nous a un peu plombé le plaisir... Bon, comme il ne dure que 20 minutes, ça va, c'est plutôt globalement sympa ;-)
Ça en fait du matos étalé sur la table à la fin ! Au final, le jeu est plaisant, élégant et bien illustré, mais le hasard initial et, surtout, final, nous a un peu plombé le plaisir… Bon, comme il ne dure que 20 minutes, ça va, c’est plutôt globalement sympa 😉

Durée de la partie : 25 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores de la partie :

Objectif 1 Objectif 2 Objectif 3 Total
Tristan 27 5+5+5+5+5+5 6 63
Jean-Michel 27 5+5+5+5+5+5 3 60
Delphine 24 5+5 10 44
Ludo le gars 27 5+5+5 0 42

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look des cartes

– L’élégance, de par sa simplicité, du système d’échange de cartes,
– La logique interne que l’on apprend à appréhender : lâcher une grosse carte, pour sa valeur, pour en prendre plein de petites, lesquelles seront redépensées, pour leur nombre pour en reprendre plusieurs grosses (par exemple),
– Les dilemmes liés à l’opportunisme (une grosse carte sort de la pioche !) car on avait peut-être prévu autre chose,
– Les cartes d’objectifs variés, renouvelant bien les parties,
– Le feeling bien agréable au fur et à mesure de la partie.

On a moins aimé
– Le hasard de fou lorsque l’on arrive vers la fin du paquet pour la garantie de telle ou telle majorité,
– La pile de cartes un peu épaisse (la partie ne dure qu’une vingtaine de minutes, mais c’est très répétitif quand même)…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 6 = vingt quatre