[19/12/2011] Pax

Les auteurs de jeux de société modernes proposent, et souvent de plus en plus fréquemment, des variantes de règles pour jouer en solo à leurs dernières productions. Ainsi, rien que sur le dernier salon d’Essen, on pouvait trouver une multitude de jeux jouables en solitaire : Walnut Grove, Freitag (le seul mode d’ailleurs), Onirim, Meltdown 2020 et bien sûr Pax, le jeu présenté ce jour, tous des jeux que j’ai rapportés.
Alors bien sûr, je me doute bien que découvrir un jeu dans sa version en solo n’est pas forcément la meilleure manière de l’aborder et d’en ressentir les qualités. Certes. Mais comme la boîte estampille clairement qu’il est jouable de 1 à 4, je me sens en droit d’en parler après l’avoir pratiqué dans cette configuration particulière. Ce n’est pas, à proprement parler, une variante de règle proposée par la suite, pour faire plaisir : c’est intégré, de base, à la version normale.
Alors, qu’a-t-il dans le ventre ce petit Pax du sieur Eisenstein, l’auteur de Peloponnes et de Carthago ?

 

PAX :

 


La petite boîte renferme un set de cartes de plusieurs types, afin de simuler la révolte des esclaves dans la Rome antique que chaque joueur tente d’orchestrer mieux que ses
partenaires. Et oui, on a affaire à un jeu semi-coopératif où il faut s’assurer d’avoir vaincu Rome (en étant plus fort qu’elle sur la moitié des catégories) et, ensuite, un
vainqueur sera désigné. Et même si Rome gagne, un vainqueur sera désigné quand même : le plus corrompu parmi les joueurs !!!

En solo, bien sûr, le seul but est de vaincre Rome, au moins en étant plus fort qu’elle dans 3 catégories (pour la première tentative). Sont étalées trois légions romaines, avec
une carte d’influence en-dessous de chacune et, au-dessus, un set de 3 cartes, face cachée, représentant la force initiale de Rome. En bas, ma main de départ contient 5 Aurei et
une carte d’influence (un soldat de valeur 2, comme l’indiquent les 2 symboles en haut à gauche)…

Le tour de jeu est ultra simple et ne laisse pas la place aux interrogations (enfin, surtout quand on a vérifié des points de règles sur le BGG, car la traduction française livrée
dans la boîte est truffée d’omissions et d’approximations). En premier, on doit piocher des cartes, selon un système d’affectation une par une très original. Ensuite, on peut
acheter un lot de cartes présent sous une légion (en payant le coût en Aurei indiqué en-dessous). Enfin, on peut poser des cartes devant soi (la première gratuitement, la 2ème pour
1 Aureus, la 3ème pour 2, etc…) et encaisser des revenus.

Petite vue en fin de premier tour. J’ai pioché une première carte (terrain) que j’ai choisi de mettre en-dessous de la 2ème légion, puis une 2ème que j’ai remise sous la pioche,
puis une 3ème (religion de valeur 2) que j’ai mise dans ma main. Ensuite, j’ai acheté la carte se trouvant sous la 3ème légion pour un coût de 2 Aurei et l’ai mise dans ma main.
Enfin, j’ai posé devant moi deux cartes de religion (en payant 1 Aureus). Puis, j’ai encaissé un revenu de 2 Aurei (taille de ma catégorie la plus grande dans laquelle j’ai joué ce
tour, voir la remarque de Corbax ici). Le plus gros lot sous une légion a ensuite rejoint Rome
(les deux cartes qui étaient sous la légion 2) et, enfin, une carte a été replacée sous les légions 2 et 3 puisqu’il n’y en avait plus…

Mes deux cartes religion, précédemment posées, m’octroient le droit de piocher deux cartes à la fois lors des phases 1 des tours à venir. Ainsi, je pioche un sénateur de valeur 1 et
un bateau de valeur 1 et je dois en placer un sous une légion et l’autre sous la pioche. Ce sera le sénateur sous une légion (pour l’acheter plus tard) et le bateau sous la pioche.
Ensuite, je dois en piocher une troisième qui rejoindra ma main…

Petite vue de ma zone de jeu après quelques tours : j’ai trois catégories ouvertes (la religion, les sénateurs et la richesse) sur les 7 que je me dois d’avoir au moins entamées
pour espérer vaincre Rome. Au premier plan, ma main actuelle, avec deux cartes que je ne peux pas poser (les soldats et le bateau) car il me faut des terrains ou des intrigues pour
cela…

La zone de Rome, en haut, est ouverte sur quatre catégories, sans oublier que les trois cartes cachées les rejoindront plus tard. Les cartes sous les légions sont chères si je veux
les acheter (surtout les 2 et 3), mais comme l’argent ne me paraît pas très tendu, je ne suis pas très contrarié…

J’ai posé deux cartes intrigues dans le même tour, en payant 1 Aureus, car je ne toucherai aucun revenu ce tour-ci (autant cumuler leur pose, donc). Comme je suis celui qui en
totalise le plus (normal, je joue tout seul !), j’ajoute la carte Primus Conspiratus à leur colonne…

Les sénateurs sont très lucratifs en terme dAurei collectés. Et oui, après vérification sur le BGG (ici
par l’auteur lui-même
), on peut empocher énormément d’argent en renforçant leur colonne. Ici, par exemple, je vais empocher 4 Aurei pour leur pose (colonne la plus grande où je
joue) + 2 Aurei de bonus (1 par carte sénateur jouée ce tour), soit 6 Aurei au total, pour un coût de pose de seulement 1 Aureus…

Le tour suivant, convaincu que celui-ci ne me fait pas prendre de grand risque (seules trois cartes de terrains sous les légions, donc une seule montera à Rome), j’opte pour passer
mon tour et consulter les 3 cartes secrètes de Rome (je les classerai avec les autres du coup). Ainsi, je sais précisément à quoi m’attendre pour les majorités. J’empoche quand même
un revenu de 2 Aurei…

Avec six symboles religieux, j’ai le droit, à partir de maintenant, de piocher mes trois cartes simultanément et d’en choisir la destination en toute connaissance de cause…

Comme en atteste ma zone individuelle, j’ai enfin attaqué les 7 catégories. De plus, je ne suis pas à plaindre au niveau de l’argent collecté (11 Aurei) et de mes 5 cartes à
poser…

Petite illustration de la puissance des sénateurs : j’empoche 9 Aurei ! Comme il ne reste plus qu’un tour, après que j’ai fini celui-ci, je vais tenter de poser un maximum de cartes
pour dépasser Rome dans un maximum de catégories…

Les trois légions à l’entame du dernier tour, avec un lot sous la troisième que je vais tôt fait d’acheter pour taquiner Rome sur les bateaux et augmenter ma pose possible de
soldats grâce à un 4ème symbole de terrain…

Là, je ne pose pas pour rien : pas moins de 10 Aurei que je liquide pour placer devant moi 5 cartes !

Et voici comment Rome termine la partie…

Je parviens à dépasser Rome dans 5 catégories et à l’égaliser dans une 6ème (et elle ne me domine que d’un point sur les terrains !). Clairement, alors que c’est ma première
tentative, je trouve que le jeu est trop facile en solo…

L’attribution des PV lorsqu’on joue à plusieurs, avec la simulation de ce que cela me donnerait : 7 fois 2PV pour mes catégories + 5 fois 3PV pour mes majorités + 7 fois 1PV pour
mes armées déployées + 1 PV pour la carte Primus + 4PV pour l’argent, d’où un total de 41PV…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’originalité de l’affectation des cartes une par une lors de la phase 1 : très sympa et bien stressant,
– La possiblité de victoire alternative, avec la carte Primus Conspiratus, lorsqu’on joue à plusieurs,
– La simplicité de l’iconographie qui se comprend et mémorise tout de suite,
– La possibilité de jouer tout seul.

 

On a moins aimé
– Les boulettes énormissimes de la version française des règles, m’ayant contraint à m’y reprendre à deux fois pour faire une partie correcte !
– La facilité du jeu en solo,
– Le manque d’engouement que ce jeu a suscité chez moi, peut-être parce que je ne suis pas hyper fan de ces jeux de pose de cartes…

 

Scores de la partie :

  

Ludo le gars : je domine Rome dans 5 catégories sur 7 

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 13 / 20


Durée de la partie : 45 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

7 commentaires à propos de “[19/12/2011] Pax”

  1. me viendrait jamais à l’idée de jouer à pax en solo

    en effet l’intérêt du jeu vient de la dimension semi coopérative pour lutter contre rome avant de basculer conspirateur…a jouer à 3 ou 4 et c’est une perle…

    je te reconseille donc de rééssayer à 3/4 et ta note remontera largement, car y a plein de bonnes idées (Rome, la conspiration , le semi coop, l’affectation immédiate des 3 cartes, des
    spécialisations différentes..) un chti bijou

  2. faut pas te fâcher mon ludo

     

    perso je suis agacé par cette mode (que les joueurs réclament) ou il faut absolument une variante solo (alors que c’est pas prévu pour au départ)…

  3. Bonjour Ludo et bravo pour ton site !

    Il me semble que l’ajout de 2 sénateurs durant un tour ne rapporte qu’un aurei de plus : only one comme dirait l’ami Bernd.

    A l’inverse des cartes Intrigue, il me semble qu’il vaut mieux placer un Sénateur par tour, plutôt que plusieurs au même tour.

     

    Bon Noël !

  4. faut pas te fâcher mon ludo

     

    perso je suis agacé par cette mode (que les joueurs réclament) ou il faut absolument une variante solo (alors que c’est pas prévu pour au départ)…

  5. Bonjour Ludo et bravo pour ton site !

    Il me semble que l’ajout de 2 sénateurs durant un tour ne rapporte qu’un aurei de plus : only one comme dirait l’ami Bernd.

    A l’inverse des cartes Intrigue, il me semble qu’il vaut mieux placer un Sénateur par tour, plutôt que plusieurs au même tour.

     

    Bon Noël !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− quatre = 4