[19/12/2015] Les Poilus + set allemand, Isaribi, OctoDice, Antarctica

Ce n’est pas une journée thématique aujourd’hui, mais quand même une sacrément bonne (et longue !) soirée jeux ! En ce qui me concerne, pas moins de quatre parties au programme :
Les Poilus + set allemand : sorties pour Essen 2015, les cartes de poilus allemands constituent un hommage non négligeable à l’amitié franco-allemande et une sorte de pied de nez à l’Histoire que Tignous aurait certainement appréciée… Chaque personnage allemand a été dessiné par un illustrateur différent et le résultat est bien sympathique.
Isaribi : ah que voilà un jeu japonais d’une rareté assez exceptionnelle et que j’avais eu le droit d’acheter à Essen 2014 en raison d’un tirage au sort qui m’a souri parmi les acheteurs potentiels (une boîte pour plus de 40 postulants !!!). Il me tardait d’y jouer : c’est fait !
OctoDice : basé sur le thème d’Aquasphère (thème et look), qu’est-ce que ce petit jeu de dé de chez Pegasus a dans le ventre ?
Antartica : la sortie annuelle de l’éditeur Argentum Verlag, qui a pour moi une connotation assez particulière puisque leur projet initial de sortie pour Essen 2015 était un de mes protos, finalement recalé pour des raisons qui me tendent un poil…
Allez, hop, je vous raconte tout ça !

LES POILUS + SET ALLEMAND

Rejouer aux Poilus, c'est forcément un grand moment en perspective... Le jeu est tellement immersif, tellement excitant, qu'on se sent transporté au sein d'une tranchée ! Et là, pour le coup, avec nos quatre poilus allemands, on va se le faire façon boche ce soir...
Rejouer aux Poilus, c’est forcément un grand moment en perspective… Le jeu est tellement immersif, tellement excitant, qu’on se sent transporté au sein d’une tranchée ! Et là, pour le coup, avec nos quatre poilus allemands, on va se le faire façon boche ce soir…
La première mission est un succès, assez facile, même si j'ai dû conserver deux cartes en main. Yohel, en tant que chef de mission, avait quand même tablé sur une mission à 3 cartes chacun...
La première mission est un succès, assez facile, même si j’ai dû conserver deux cartes en main. Yohel, en tant que chef de mission, avait quand même tablé sur une mission à 3 cartes chacun…
Ayant la fameuse carte "Joyeux Noël", quasiment d'actualité, je la lui offre pour qu'il élimine sa carte "Mutisme" et qu'il puisse prononcer les discours à venir, Quentin ayant joué la carte qui le place en chef de mission jusqu'à nouvel ordre...
Ayant la fameuse carte « Joyeux Noël », quasiment d’actualité, je la lui offre pour qu’il élimine sa carte « Mutisme » et qu’il puisse prononcer les discours à venir, Quentin ayant joué la carte qui le place en chef de mission jusqu’à nouvel ordre…
Mes camarades me soutiennent lors de la quatrième mission de la soirée et je peux donc éliminer ma phobie des obus et mon côté étourdi.
Mes camarades me soutiennent lors de la quatrième mission de la soirée et je peux donc éliminer ma phobie des obus et mon côté étourdi.
Nous attaquons notre partie à 4 joueurs, Yohel, Damien (Alendar) et Quentin, accompagnant leur président d'association, moi-même donc :-) La partie s'annonce passionnante et on s'attend à vraiment passer un excellent moment...
Nous attaquons notre partie à 4 joueurs, Yohel, Damien (Alendar) et Quentin, accompagnant leur président d’association, moi-même donc 🙂 La partie s’annonce passionnante et on s’attend à vraiment passer un excellent moment…
Damien est de loin le plus amoché de nos amis boches : pas moins de 3 niveaux de blessure, dont une carte "Blessé" qui en vaut deux ! Heureusement qu'on le soutient très rapidement, histoire de lui permettre de s'en débarrasser...
Damien est de loin le plus amoché de nos amis boches : pas moins de 3 niveaux de blessure, dont une carte « Blessé » qui en vaut deux ! Heureusement qu’on le soutient très rapidement, histoire de lui permettre de s’en débarrasser…
La partie est très plaisante, mais, pour une fois, presque trop facile à jouer : on n'est déjà pas loin de gagner la guerre alors qu'on a joué que 3 missions ! La prochaine fois nous jouerons avec la version complète, en appliquant les effets des cartes entourées d'une bordure rouge (une carte menace ajoutée)...
La partie est très plaisante, mais, pour une fois, presque trop facile à jouer : on n’est déjà pas loin de gagner la guerre alors qu’on a joué que 3 missions ! La prochaine fois nous jouerons avec la version complète, en appliquant les effets des cartes entourées d’une bordure rouge (une carte menace ajoutée)…
La colombe de la paix est apparue et plus personne n'a de cartes en main : c'est la victoire mes amis !!!
La colombe de la paix est apparue et plus personne n’a de cartes en main : c’est la victoire mes amis !!!

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 18 / 20

Scores :

Bilan
Yohel (Siegfried Linke) Victoire
Alendar (Ernst Stresow) en 4 missions
Quentin (Willi Shulz) avec un résidu
Ludo le gars (Max Landauer) de 25 cartes de moral

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le thème, toujours aussi immersif !
– Les illustrations de Tignous…
– Le set de cartes de poilus allemands, parce qu’il fallait oser, surtout à Essen 2015…

On a moins aimé
– La trop grande facilité pour remporter cette guerre ce soir : 4 missions seulement !

————————————————————————————————————
ISARIBI

Au delà du côté rarissime de l'objet, est-ce que cet Isaribi est aussi intéressant à jouer que la règle me le laisse présager ? En tout cas, le look est magnifique...
Au delà du côté rarissime de l’objet, est-ce que cet Isaribi est aussi intéressant à jouer que la règle me le laisse présager ? En tout cas, le look est magnifique…
Au début de chacune des 5 manches, on place son bateau soit au port (comme ci-dessus) soit en mer (sur l'un des lieux de pêche). Puis, à tour de rôle, chacun utilise ses PA pour réaliser des actions parmi les suivantes : déplacer son bateau d'une case, pêcher au filet ou à la main (une seule fois par tour), vendre en gros ou au détail (une seule fois par tour) ou retourner une carte client. Cela va donc assez vite et on n'attend pas. Par contre, on va vite être confronté au problème de manquer non pas de PA mais d'actions utiles à son tour...
Au début de chacune des 5 manches, on place son bateau soit au port (comme ci-dessus) soit en mer (sur l’un des lieux de pêche). Puis, à tour de rôle, chacun utilise ses PA pour réaliser des actions parmi les suivantes : déplacer son bateau d’une case, pêcher au filet ou à la main (une seule fois par tour), vendre en gros ou au détail (une seule fois par tour) ou retourner une carte client. Cela va donc assez vite et on n’attend pas. Par contre, on va vite être confronté au problème de manquer non pas de PA mais d’actions utiles à son tour…
Voici la situation en fin de première manche, avec nos quatre bateaux réunis au port et tous les clients servis au maximum de la pêche qui était disponible en mer.
Voici la situation en fin de première manche, avec nos quatre bateaux réunis au port et tous les clients servis au maximum de la pêche qui était disponible en mer.
Quand on passe, on choisit un collaborateur pour nous aider : comme j'ai pris le spéculateur, je vais pouvoir au début de la deuxième manche regarder le recto de 3 cartes de clients (ce qui donne de bonnes indications de ce qu'il faudrait pêcher en priorité). A gauche, vous pouvez voir un client personnel que j'ai acquis pour 3 pièces, lequel accepte de recevoir 1 cube par manche contre 4 ryo (la monnaie du jeu).
Quand on passe, on choisit un collaborateur pour nous aider : comme j’ai pris le spéculateur, je vais pouvoir au début de la deuxième manche regarder le recto de 3 cartes de clients (ce qui donne de bonnes indications de ce qu’il faudrait pêcher en priorité). A gauche, vous pouvez voir un client personnel que j’ai acquis pour 3 pièces, lequel accepte de recevoir 1 cube par manche contre 4 ryo (la monnaie du jeu).
La situation en fin de seconde manche, avec des clients assez peu demandeurs en cubes finalement...
La situation en fin de seconde manche, avec des clients assez peu demandeurs en cubes finalement…
Cette fois, j'ai investi dans un fumoir, histoire de conserver 3 cubes supplémentaires entre chaque manche... Et puis, à droite, comme personne ne le prend, je me charge de recruter à nouveau le spéculateur...
Cette fois, j’ai investi dans un fumoir, histoire de conserver 3 cubes supplémentaires entre chaque manche… Et puis, à droite, comme personne ne le prend, je me charge de recruter à nouveau le spéculateur…
Et les scores, en fin de troisième manche, avec seulement 2 PV d'avance...
Et les scores, en fin de troisième manche, avec seulement 2 PV d’avance…
Les scores en fin de quatrième manche avec à nouveau une grosse avance pour votre serviteur (normal, je n'ai plus besoin d'investir pour me développer) !
Les scores en fin de quatrième manche avec à nouveau une grosse avance pour votre serviteur (normal, je n’ai plus besoin d’investir pour me développer) !
Les ultimes positionnements de cette partie...
Les ultimes positionnements de cette partie…
Chacun de nous est un pêcheur qui veut s'enrichir un maximum en pêchant et vendant les poissons les plus lucratifs au marché local. On dispose d'un bateau individuel qui débute avec 1.5 PA (oui, oui, le 0.5 pique un peu au départ) et un filet assez grossier (on récupère 2 crevettes ou maquereaux, ou 1 brème de mer) sur chaque lieu de pêche. Bien sûr, ces deux paramètres pourront évoluer jusqu'à des totaux qui devraient bien booster le développement...
Chacun de nous est un pêcheur qui veut s’enrichir un maximum en pêchant et vendant les poissons les plus lucratifs au marché local. On dispose d’un bateau individuel qui débute avec 1.5 PA (oui, oui, le 0.5 pique un peu au départ) et un filet assez grossier (on récupère 2 crevettes ou maquereaux, ou 1 brème de mer) sur chaque lieu de pêche. Bien sûr, ces deux paramètres pourront évoluer jusqu’à des totaux qui devraient bien booster le développement…
Aucun des quatre joueurs attablés (Damien / Alendar, Quentin, Didier et moi-même) ne connaissait le jeu et il semble qu'ils critiquent déjà pas mal le fait que le premier joueur soit un tantinet avantagé : passant en premier partout, il peut pêcher avant, vendre avant, s'enrichir avant et, de fait, se développer avant ! Oui, c'est possible, mais il y a plusieurs zones de pêche, plusieurs clients, et je suis le premier joueur, alors ça les arrange bien ! :-)
Aucun des quatre joueurs attablés (Damien / Alendar, Quentin, Didier et moi-même) ne connaissait le jeu et il semble qu’ils critiquent déjà pas mal le fait que le premier joueur soit un tantinet avantagé : passant en premier partout, il peut pêcher avant, vendre avant, s’enrichir avant et, de fait, se développer avant ! Oui, c’est possible, mais il y a plusieurs zones de pêche, plusieurs clients, et je suis le premier joueur, alors ça les arrange bien ! 🙂
La piste de score semble donner raison à mes adversaires : je possède une sympathique avance...
La piste de score semble donner raison à mes adversaires : je possède une sympathique avance…
Voici comment nous plaçons nos bateaux en début de seconde manche. La valeur inscrite sur les cartes de pêche indique le nombre de cubes de fruits de mer (palourdes jaunes), ou de poissons (crevettes noires, maquereaux bleus et brèmes rouges), qu'il faut y placer. Ce sera la seule pêche disponible pour la manche...
Voici comment nous plaçons nos bateaux en début de seconde manche. La valeur inscrite sur les cartes de pêche indique le nombre de cubes de fruits de mer (palourdes jaunes), ou de poissons (crevettes noires, maquereaux bleus et brèmes rouges), qu’il faut y placer. Ce sera la seule pêche disponible pour la manche…
Les scores au même moment, avec une avance qui a fondu pour moi, mais c'est aussi parce que j'ai payé assez cher pour développer mon bateau et mes filets...
Les scores au même moment, avec une avance qui a fondu pour moi, mais c’est aussi parce que j’ai payé assez cher pour développer mon bateau et mes filets…
Fin de la troisième manche, avec de très jolis profits pour moi qui ai vu trois cartes de clients avant les autres (notamment le client qui voulait 2 brèmes pour 4 ryo chacune)...
Fin de la troisième manche, avec de très jolis profits pour moi qui ai vu trois cartes de clients avant les autres (notamment le client qui voulait 2 brèmes pour 4 ryo chacune)…
Les manches vont de plus en plus vite, les actions étant de moins en moins pertinentes (je suis par exemple au max de mes bateaux, le temps de vendre ce que j'avais en cale, il n'y a plus rien à pêcher, ...). Au final, en fin de quatrième manche, je deviens dubitatif sur le jeu, mais pas forcément pour les mêmes raisons que les autres joueurs (mais ils y viendront)...
Les manches vont de plus en plus vite, les actions étant de moins en moins pertinentes (je suis par exemple au max de mes bateaux, le temps de vendre ce que j’avais en cale, il n’y a plus rien à pêcher, …). Au final, en fin de quatrième manche, je deviens dubitatif sur le jeu, mais pas forcément pour les mêmes raisons que les autres joueurs (mais ils y viendront)…
Là, je fais couiner mes petits camarades : je vends 2 cubes bleus pour 8 ryo et 1 palourde pour 3 ! Merci le spéculateur encore une fois ! Mais pourquoi les autres joueurs ne l'ont-ils pas plus pris ?
Là, je fais couiner mes petits camarades : je vends 2 cubes bleus pour 8 ryo et 1 palourde pour 3 ! Merci le spéculateur encore une fois ! Mais pourquoi les autres joueurs ne l’ont-ils pas plus pris ?
Et les scores finaux...
Et les scores finaux…

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes – Note de cette partie : 12 / 20

Scores :

Total
Alendar (rose) 29
Quentin (violet) 39
Didier (orange) 33
Ludo le gars (vert) 54

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look aux tons pastels et au tracés bien nets qui mettent dans le thème de ce jeu japonnais,
– Le thème du jeu,
– Les deux possibilités de pêche (à la main ou au filet) et de vente (en gros ou au détail), plongeant dans le thème et offrant quelques possibilités tactiques…

On a moins aimé
– L’impression qu’on se développe trop vite et que le choix des actions devient vite limité,
– La place du hasard : on ne peut pas trop savoir ce qui va arriver comme clients (et encore, en ce qui me concerne, j’étais devenu l’ami du spéculateur),
– Le manque d’adéquation, souvent, entre les poissons pêchés et les demandes des clients (hasard pur encore une fois),
– Une trop grande simplicité, finalement, laissant clairement sur notre faim.

————————————————————————————————————
OCTODICE

OctoDice, basé sur l'univers d'Aquasphere, est un jeu de dés avec des combinaisons à réaliser pour marquer un maximum de points de victoire, sachant que les manières de scorer sont pour le moins alambiquées...
OctoDice, basé sur l’univers d’Aquasphere, est un jeu de dés avec des combinaisons à réaliser pour marquer un maximum de points de victoire, sachant que les manières de scorer sont pour le moins alambiquées…
Chaque joueur dispose d'une impressionnantes feuille de score individuelle sur laquelle il reporte ses PV. Par exemple, ci-dessus, je viens de pointer mes PV acquis lors mon action 1 réalisée lors du tour d'un adversaire et mon action A réalisée lors de mon 1er tour. Comme vous le voyez, il y a 6 manières de scorer : les diamants, les engrenages, les ordinateurs, les robots, les sous-marins et les octopodes...
Chaque joueur dispose d’une impressionnantes feuille de score individuelle sur laquelle il reporte ses PV. Par exemple, ci-dessus, je viens de pointer mes PV acquis lors mon action 1 réalisée lors du tour d’un adversaire et mon action A réalisée lors de mon 1er tour. Comme vous le voyez, il y a 6 manières de scorer : les diamants, les engrenages, les ordinateurs, les robots, les sous-marins et les octopodes…
Ce petit plateau reprend la facette ordinateurs des dés avec le développement qui s'organise sur trois colonnes. Ce n'est pas mauvais, certes, mais on a tendance à oublier les petits pouvoirs ainsi acquis... Et leur logique est franchement absconse...
Ce petit plateau reprend la facette ordinateurs des dés avec le développement qui s’organise sur trois colonnes. Ce n’est pas mauvais, certes, mais on a tendance à oublier les petits pouvoirs ainsi acquis… Et leur logique est franchement absconse…
On essaie le jeu à 3 joueurs, Yannick, Tristan et moi. Une partie dure 6 tours, lors de chacun desquels le joueur actif lance les 6 dés,en conserve 2 et relance les 4 autres, en conserve 2 de plus et relance les 2 derniers. Puis il les place par paires de 2 pour réaliser 2 actions (ne faisant rien avec la 3ème paire). Les autres joueurs peuvent copier deux actions adverses tous les deux tours (ça, c'est sympa).
On essaie le jeu à 3 joueurs, Yannick, Tristan et moi. Une partie dure 6 tours, lors de chacun desquels le joueur actif lance les 6 dés,en conserve 2 et relance les 4 autres, en conserve 2 de plus et relance les 2 derniers. Puis il les place par paires de 2 pour réaliser 2 actions (ne faisant rien avec la 3ème paire). Les autres joueurs peuvent copier deux actions adverses tous les deux tours (ça, c’est sympa).
Le jeu est assez fluide mais on souffre pas mal du hasard, forcément. Tristan a l'air de bien apprécier mais ce n'est pas franchement mon cas, trouvant le jeu compliqué pour pas grand chose au final et un contrôle franchement limité. Dans le même genre, franchement, Râ the Dice Game est largement meilleur !
Le jeu est assez fluide mais on souffre pas mal du hasard, forcément. Tristan a l’air de bien apprécier mais ce n’est pas franchement mon cas, trouvant le jeu compliqué pour pas grand chose au final et un contrôle franchement limité. Dans le même genre, franchement, Râ the Dice Game est largement meilleur !
Fin de partie avec une victoire assez facile de Yannick, sachant que je n'ai jamais eu le sentiment de pouvoir mener ma barque comme je l'entendais. J'avais envie de jouer sur les sous-marins et les les robots mais les dés en ont décidé autrement, du coup je me suis rabattu, au coup par coup, sur d'autres choix, sans véritable cohérence. C'est assez frustrant de ne pas pouvoir essayer ce que l'on veut...
Fin de partie avec une victoire assez facile de Yannick, sachant que je n’ai jamais eu le sentiment de pouvoir mener ma barque comme je l’entendais. J’avais envie de jouer sur les sous-marins et les les robots mais les dés en ont décidé autrement, du coup je me suis rabattu, au coup par coup, sur d’autres choix, sans véritable cohérence. C’est assez frustrant de ne pas pouvoir essayer ce que l’on veut…

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 12 / 20

Scores :

Total
Yannick (rouge) 40
Tristan (jaune) 30
Ludo le gars (blanc) 28

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le thème du jeu et ses illustrations,
– La durée de la partie,
– Le fait de pouvoir copier quelques actions adverses.

On a moins aimé
– La complexité des manières de scorer, en regard du manque de contrôle qu’on peut avoir,
– Le tout ça pour ça ressenti au final…

————————————————————————————————————
ANTARCTICA

Antartica se déroule sur la banquise avec un groupe d'explorateurs par joueur lesquels vont tenter de construire des bâtiments de recherche de différents types dans des zones différentes (un seul de chaque type par zone)...
Antartica se déroule sur la banquise avec un groupe d’explorateurs par joueur lesquels vont tenter de construire des bâtiments de recherche de différents types dans des zones différentes (un seul de chaque type par zone)…
Nous jouons à 4, avec Yannick qui s'est gentiment collé à l'explication des règles, Alendar / Damien et Lissandre / Stéphanie, en plus de votre serviteur bien sûr ! :-)
Nous jouons à 4, avec Yannick qui s’est gentiment collé à l’explication des règles, Alendar / Damien et Lissandre / Stéphanie, en plus de votre serviteur bien sûr ! 🙂
Les pistes de progrès sont affectées à un type de bâtiment (ou deux) pour savoir sur laquelle progresser quand on décide de réaliser cette action dans une zone. A noter qu'on ne compte pas les cases occupées par d'autres marqueurs (ce qui revient à profiter de ceux-ci, ce qui accélère son propre développement). Certaines cases contiennent un petit bonus, individuel si la case est rouge, collectif si la case est bleue.
Les pistes de progrès sont affectées à un type de bâtiment (ou deux) pour savoir sur laquelle progresser quand on décide de réaliser cette action dans une zone. A noter qu’on ne compte pas les cases occupées par d’autres marqueurs (ce qui revient à profiter de ceux-ci, ce qui accélère son propre développement). Certaines cases contiennent un petit bonus, individuel si la case est rouge, collectif si la case est bleue.
La bagarre fait rage sur les pistes de progrès, notamment sur celle du milieu où je suis au coude à coude avec Yannick. Pourquoi une telle bataille ? Tout simplement parce que le décompte est absolument terrible et injuste : seul le premier marquera beaucoup de points : les siens + ceux des autres joueurs, alors que second ne marquera que les points du premier, le troisième que les points du deuxième, etc... Ce système, déjà vu dans Kardinal & König, est terriblement risqué pour celui qui échouera à la seconde place...
La bagarre fait rage sur les pistes de progrès, notamment sur celle du milieu où je suis au coude à coude avec Yannick. Pourquoi une telle bataille ? Tout simplement parce que le décompte est absolument terrible et injuste : seul le premier marquera beaucoup de points : les siens + ceux des autres joueurs, alors que second ne marquera que les points du premier, le troisième que les points du deuxième, etc… Ce système, déjà vu dans Kardinal & König, est terriblement risqué pour celui qui échouera à la seconde place…
Et voilà comment je me fais bananer par Yannick sur la piste du milieu : il me double grâce à une carte +3 qu'il avait gagné précédemment grâce à un bateau qu'un autre joueur que lui avait construit (sorte de dédommagement). Il n'est donc plus rattrapable et va scorer nettement plus que moi, qui ne sert qu'à lui rapporter un max de points... Pour le moment, il marque 15 PV contre 7 pour moi... :-(
Et voilà comment je me fais bananer par Yannick sur la piste du milieu : il me double grâce à une carte +3 qu’il avait gagné précédemment grâce à un bateau qu’un autre joueur que lui avait construit (sorte de dédommagement). Il n’est donc plus rattrapable et va scorer nettement plus que moi, qui ne sert qu’à lui rapporter un max de points… Pour le moment, il marque 15 PV contre 7 pour moi… 🙁
La partie vient de s'achever, suite à la pose du dernier scientifique rouge. On va pouvoir procéder au décompte final, avec tous les couinement qui vont bien, surtout les miens...
La partie vient de s’achever, suite à la pose du dernier scientifique rouge. On va pouvoir procéder au décompte final, avec tous les couinement qui vont bien, surtout les miens…
Le plateau représente le pôle sud, divisé en 8 zones, chacune d'elles pouvant accueillir des bâtiments de recherche, trois embarcations (bateaux aux couleurs des joueurs) et des scientifiques (meeples). Au centre figurent 5 pistes de de progrès sur lesquelles chacun essaie de terminer premier car c'est vraiment la seule position qui compte (on y reviendra)...
Le plateau représente le pôle sud, divisé en 8 zones, chacune d’elles pouvant accueillir des bâtiments de recherche, trois embarcations (bateaux aux couleurs des joueurs) et des scientifiques (meeples). Au centre figurent 5 pistes de de progrès sur lesquelles chacun essaie de terminer premier car c’est vraiment la seule position qui compte (on y reviendra)…
Petit exemple de tour de jeu : je viens de faire déplacer le soleil sur la zone suivante où figurait un de mes bateaux contre la case soleil, du coup j'ai déplacé mon bateau jusqu'à la zone de mon choix pour y réaliser une action, en l'occurrence construire un Chantier Naval grâce à la présence du bâtiment beige ci-dessus. Ensuite, j'ai ajouté un scientifique depuis ma réserve personnelle dans la zone et fais progresser un marqueur de 3 cases sur une piste de progrès.
Petit exemple de tour de jeu : je viens de faire déplacer le soleil sur la zone suivante où figurait un de mes bateaux contre la case soleil, du coup j’ai déplacé mon bateau jusqu’à la zone de mon choix pour y réaliser une action, en l’occurrence construire un Chantier Naval grâce à la présence du bâtiment beige ci-dessus. Ensuite, j’ai ajouté un scientifique depuis ma réserve personnelle dans la zone et fais progresser un marqueur de 3 cases sur une piste de progrès.
Un peu plus tard, je profite que le soleil m'autorise à faire une action pour envoyer mon bateau sur la zone où j'ai construit précédemment un chantier naval : résultat j'en obtiens un autre ! Une naissance en quelque sorte...
Un peu plus tard, je profite que le soleil m’autorise à faire une action pour envoyer mon bateau sur la zone où j’ai construit précédemment un chantier naval : résultat j’en obtiens un autre ! Une naissance en quelque sorte…
Alendar n'arrête pas de pester contre ces décomptes à venir, en total décalage avec le système de jeu (notamment le plus que très élégant tour de jeu avec le soleil, même si faisant penser à Helios ou au Secret de Monte-Cristo). Je suis tout à fait d'accord avec lui, surtout que nous avons mal compris comment cela allait se passer : on croyait que le second allait scorer tous les points sauf celui du 1er, etc... En fait non. Et ajoutons que ce système s'appliquant à tous les décomptes (pistes, zones, ...), on va être servi en frustration et en opportunisme...
Alendar n’arrête pas de pester contre ces décomptes à venir, en total décalage avec le système de jeu (notamment le plus que très élégant tour de jeu avec le soleil, même si faisant penser à Helios ou au Secret de Monte-Cristo). Je suis tout à fait d’accord avec lui, surtout que nous avons mal compris comment cela allait se passer : on croyait que le second allait scorer tous les points sauf celui du 1er, etc… En fait non. Et ajoutons que ce système s’appliquant à tous les décomptes (pistes, zones, …), on va être servi en frustration et en opportunisme…
Ah oui, il peut être content le bougre, il m'a bien eu ! Vilain va... Sinon, on peste aussi contre le manque d'homogénéité des bâtiments : pourquoi certains sont-ils en bois, d'autres en carton 3D, d'autres en carton 2D ? En plus, les illustrations des cartes n'aident pas à les reconnaître (ceux en 3D surtout). C'est un choix éditorial étonnant...
Ah oui, il peut être content le bougre, il m’a bien eu ! Vilain va… Sinon, on peste aussi contre le manque d’homogénéité des bâtiments : pourquoi certains sont-ils en bois, d’autres en carton 3D, d’autres en carton 2D ? En plus, les illustrations des cartes n’aident pas à les reconnaître (ceux en 3D surtout). C’est un choix éditorial étonnant…
Voilà un exemple de décompte qui va me faire hurler : le fait qu'ils soient tous les trois présents à égalité du nombre de scientifiques dans la zone ci-dessus leur rapporte à tous le total des points de la zone (soit scientifiques + bâtiments présents) !!! Au final, ils marquent chacun 19 PV !!! Franchement, ça abuse... Si un seul joueur avait eu un scientifique en plus, le décompte aurait été : 20 PV pour le premier et seulement 4 PV pour les deux autres. Quelle aberration de scoring !
Voilà un exemple de décompte qui va me faire hurler : le fait qu’ils soient tous les trois présents à égalité du nombre de scientifiques dans la zone ci-dessus leur rapporte à tous le total des points de la zone (soit scientifiques + bâtiments présents) !!! Au final, ils marquent chacun 19 PV !!! Franchement, ça abuse… Si un seul joueur avait eu un scientifique en plus, le décompte aurait été : 20 PV pour le premier et seulement 4 PV pour les deux autres. Quelle aberration de scoring !

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 14 / 20

Scores :

Zones Pistes Cartes étoilées Défausse Total
Yannick (rouge) 52 22 10 0 84
Alendar (blanc) 35 26 2 0 63
Lysandre (jaune) 56 19 2 0 77
Ludo le gars (vert) 28 20 6 0 54

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le système de tour de jeu pas linéaire mais basé sur la position du soleil : géniallissime !!! J’ai eu le même sentiment que pour Le Secret de Monte-Cristo (même auteur),
– Les coups qu’on peut tenter en se replaçant au plus près du soleil pour rejouer plus vite, même si les actions ne sont pas celles qu’on souhaitait vraiment,
– La réserve personnelle de scientifiques à se constituer,
– L’élégance et la fluidité des tours de jeu, sans artifices inutiles,
– Le matériel en bois des joueurs : superbe et bien clinquant (on voit bien les éléments sur le plateau),
– L’envie de redonner une chance à ce jeu car il faut y avoir joué au moins une fois pour bien percevoir les enjeux des décomptes (j’ai plutôt aimé et je veux revoir tout ça !)…

On a moins aimé
– Les écarts délirants entre le premier et le deuxième lors d’un décompte, surtout lorsque le second double le premier par opportunisme pur !
– Le manque d’homogénéité des bâtiments,
– L’impression d’être très contraint par moments : on ne peut pas construire de bâtiments parce qu’il en manque un autre pré-requis sur le plateau, du coup l’étalage des 3 bâtiments stagne,
– L’oubli, très fréquent ce soir, qu’il ne faut pas avoir les bâtiments pré-requis sur la zone d’arrivée mais simplement dans des zones où figurent ses bateaux (manque de logique et de lisibilité globale)…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[19/12/2015] Les Poilus + set allemand, Isaribi, OctoDice, Antarctica”

  1. Merci pour tes compte-rendus qui illustrent fidèlement le déroulement des parties.

    Pour ma part, j’avais eu un coup de coeur sur le thème du jeu « Les Poilus », mais craignais sur le côté aléatoire orientant la partie vers un long chemin de croix ou vers une promenade de santé: finalement, la guerre c’est facile!
    Pour cette partie découverte, j’ai adoré l’ambiance à la tablée, qui se rapprocherait presque d’une session de jeu de rôle. Malheureusement, j’ai également été refroidi par la tranquillité dans le déroulé de celle-ci… Dommage! A refaire probablement en amplifiant la difficulté, bien que je soupçonne que cette fois-ci, ce soit le drame (Put*in de guerre!).

    Découverte collégiale de (attendez, je remonte le fil) « Isaribi »:
    Je me suis rapidement montré sceptique sur le jeu, le trouvant beaucoup trop aléatoire pour un jeu que je pensais plus orienté gestion et tactique. Finalement, celui-ci est plutôt opportuniste… J’ai très rapidement lâché la partie (au tour trois), mais j’ai tout de même bien rigolé (gros fou rire en cours de jeu avec Quentin). J’ai confondu les personnages à la fin du tour 2, souhaitant m’emparer du spéculateur (que je trouve surpuissant d’ailleurs…), et me retrouvant avec le petit vieux! oups pardon, l’homme d’un âge respectable! Définitivement largué, je suis resté fidèle au choix du petit vieux jusqu’au bout: pas très utile, mais rigolo. Ce personnage m’attendait au port à chaque fois que mon bateau revenait de la pêche, comme une conquête délaissée! Je divague!
    Je te rejoints Ludo sur les limitations des développements (on a vite fait le tour), et leur intérêt.
    Je regrette également le fait de ne jamais parvenir réellement à bloquer quelqu’un sur la pêche, pour charger son bateau et lui faire prendre des sous de pénalités (fumoir et client privé permettant facilement de ne pas avoir de pertes sur ses prises).
    Bref, pas une réussite que ce jeu….

    De mon côté, je découvre « Manhattan », de l’auteur de Puerto Rico (dixit Ludo, car ma culture ludique n’est pas assez poussée): quel p*tain de bon jeu! Super simple, mais mettant une telle ambiance autour de la tablée! Il est certain qu’il ne faut pas être mauvais joueur, mais qu’est-ce que j’ai rigolé pendant la partie! Tout simplement une tuerie: je ne demandais qu’à remettre le couvert, même en étant loin au score!

    Découverte de « Mahé », un petit jeu de stop ou encore sans prétention, rapide à mettre en place et à jouer: sympathique entre deux jeux de plus gros gabarits.

    Pour finir, on se lance tardivement dans « Antarctica », un jeu qui fut pendant quelques temps sur ma whishing list (mis de côté par la nécessité de faire des choix dans mes achats). Tout d’abord, je commencerai par le fait que je referai volontiers une partie, malgré tout le mal que j’ai pu dire sur le jeu sur le moment (le debrief, ça sert à ça!).
    Quelques erreurs et mauvaises interprétations de règles ont un peu terni la partie: les décomptes, le fait qu’un bateau pouvait charger plusieurs ressources qui se trouvent dans sa baie (mauvaise interprétation de ma part, car j’avais simplifié par 1 bateau = 1 ressource), et le sacrifice de ses pièces qui permet d’obtenir un scientifique (et le scientifique est parfois frileux à l’idée de partir au pôle!).
    On a très clairement tous adoré l’idée de déclencher les actions par le déplacement progressif du soleil, mais j’ai eu l’impression de ne pas maîtriser grand chose dans la partie: on se place pour anticiper la construction de bâtiments, et pfioouuuuuuuuuuu, il est acheté par quelqu’un d’autre… frustrant!
    Pourtant, ce n’est pas le manque de possibilité à son tour, et d’axes stratégiques qui manquent. On regrettera donc la grande part d’opportunisme qui fait basculer des majorités: quand on voit le parti pris de l’auteur sur la valorisation du joueur majoritaire, on ne peut que regretter que celle-ci soit aussi fragile.
    Dommage également que le choix des couleurs et formes des bâtiments soit aussi peu tranché: on confond parfois les différentes constructions… même si des couleurs plus vives ne seraient pas forcément très bien ressorties sur un plateau qui l’est tout autant (et je trouve ce plateau très agréable!).
    Bref, la nécessité d’une nouvelle partie me semble couler de source!

    Bravo à celles et ceux qui seront allés au bout de mon pavé! (trop long pour le relire et corriger les fautes!)
    Passez de bonnes fêtes ludiques!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × = quatorze