[20/03/2021] Auf Heller und Pfennig

Après un an sans y avoir rejoué, c’était pendant le premier confinement, en mars 2020, voici le jeu de Knizia, Auf Heller und Pfennig, qui ressort sur la table du Paradis Jeux en ce samedi écourté au niveau ludique.
On passe un excellent moment…

AUF HELLER UND PFENNIG

Le thème, on le sait, est totalement absent du jeu, mais on s’en fiche ! Par contre, Leila et moi aimons beaucoup le look de la boîte…
Début de notre partie, en 3 manches…
Je m’étonne que Leila ne place aucun disque à sa couleur… En même temps, ça lui laisse tout le loisir de me pourrir mes positions !
On arrive en fin de manche et c’est plutôt vicieux de devoir tout remplir : Leila est contrainte de placer un disque à sa couleur même si elle ne le voulait pas !
Voici les positions en fin de première manche. Pour rappel, seuls les disques de valeur 1 seront récupérés pour la manche suivante, les autres seront définitivement défaussés.
La deuxième manche débute par la pose de deux tuiles négatives…
Et, à nouveau, Leila ne place quasiment pas de disques ! Je m’en étonne car c’est la seule manière de scorer et, en les gardant, elle prend certes moins de risques mais ce n’est pas comme ça qu’elle pourra remonter aux scores…
Fin de la deuxième manche…
La troisième manche débute et Leila positionne d’emblée la tuile de sacs d’or doublant les PV de la ligne et de la colonne où elle est placée…
Le jeu devient rigolo et je pourris bien les lignes et colonnes vides (avec la quadruple tête en bas), sachant que toutes les tuiles spéciales ont été posées et que je n’ai pas besoin de beaucoup scorer, juste empêcher que Leila ne le fasse…
Fin de la dernière manche… et donc de la partie !

Durée de cette partie : 1 heure – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Départ Fin manche 1 Fin manche 2 Fin manche 3
Leila (bleu) 50 78 138 180
Ludo le gars (vert) 50 148 206 301

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le jeu aussi plaisant qu’il y a un an, sans prise de tête, juste un peu taquin,
– Le fait de devoir défausser ses disques 2, 3 et 4 une fois joués,
– Nos scores finaux à la mode jeux de fléchettes ! 😉

On a moins aimé
– Le hasard de la pioche qui pourrait bien faire pester certains joueurs…

————————————————————————————————————

6 commentaires à propos de “[20/03/2021] Auf Heller und Pfennig”

  1. Quelle bonne idée de reparler de ce jeu génial. Tu connais birdsongs ? C’est assez proche pour les calculs de sommes sur un quadrillage, mais suffisamment différent car on ne connait pas les camps (seule la dernière carte de chaque joueur l’indique).
    Concernant le hasarf dans Auf heller, bah moi je place toutes les tuiles visibles sur la ville autour du marché, il y a pile la place, on dirait que c’est fait pour ça. Et dans les regles ajoutées je donne aussi une utilité à ces pièces de monnaie: elles permettent de racheter les gros jetons entre chaque manche (mais ils sont chers !).

    • Bonsoir grotesk,

      Je te remercie de ton commentaire mais, je suis désolé, je n’ai pas tout compris :
      – Quel est ce jeu « birdsongs » ? Introuvable sur la toile…
      – Pour les tuiles que tu places autour du plateau, tu fais comment : on prend celle qu’on veut à son tour ? Jamais essayé ! Il y en a qui l’ont fait ?
      – Pour les pièces, encore une fois désolé, desquelles parles-tu ?

      Merci de ton retour !

      Ludo

  2. Oups j’ai vraiment pas dû être clair!!!
    Alors point par point:
    -LES PIECES: Dans Auf heller und pfennig on peut compter le score avec les jolies pièces fournies, mais comme ça ne sert à rien on les laisse dans la boîte et on prend un bon vieux calepin/crayon. MAIS comme je trouvais ça dommage, je me suis dit que j’allais réutiliser les pièce et leur trouver une légitimité: entre les manches on peut racheter les jetons supérieurs à un. Pour que ça ne favorise pas ceux qui gagnent déjà, il faut qu’il y ait un risque, donc qu’ils soient chers. Le prix en est donc de 15 fois le numéro du jeton. Ainsi, un jeton « II » vaut déjà 30 pièces, etc… On peut encore faire beaucoup plus de points avec, mais le côté « nouveau riche qui frime en rachetant ses jetons » ligue les autres joueurs contre soi.
    – Dans les règles il est déjà spécifié qu’on peut jouer avec les tuiles visibles pour gommer le hasard. Et comme il y a cet espace avec des décors autour du marché qui ne sert à rien, je place les tuiles alignées sur le décor autour du quadrillage et c’est impeccable. Ca marche bien je trouve, contrairement à d’autres jeux à pioche de tuile qui deviennent plats quand on gomme ce côté hasardeux (par exemple dans Entdecker je ne fais jamais la règle des 4 tuiles retournées).
    -Birdsongs, en fait c’est Songbirds. J’ignore si son auteur japonais a joué à Kingdoms ou à Auf Heller, mais ça ressemble (il y a d’autres jeux comme ça cela dit). Il est génial à emporter en voyage, et pour gagner c’est un peu comme chez Knizia: soit vous êtes un génie des maths, soit vous y allez à l’instinct et souvent ça marche.

  3. La variante de mon cru avec pieces servant à racheter les jetons fonctionne en fait beaucoup mieux avec la variante officielle où l’on ne tient pas compte des 3 tours obligatoires et l’on retire TOUS les jetons après chaque decompte (le jeu se termine ainsi: quand le dernier jeton est posé, on termine de poser les tuiles et basta: décompte final) . Ainsi, ma règle du rachat sert notamment à celui qui a depensé trop vite et peut racheter même ses jetons 1, et un joueur peut même racheter un jeton en cours de tour juste avant de jouer, ça ouvre encore les possibilités.

  4. Bon, 3 parties de plus, je crois que c’est quand même pas mal de garder les 3 journées avec les joueurs qui ne maîtrisent pas déjà parfaitement le jeu. Par contre les tuiles toutes visibles réparties sur le decor ça marche nickel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


4 + trois =