[20/10/2021] La Marche du Crabe

Dans la série jeux minimalistes, avec une boîte de 9 cm par 9 cm par 3 cm, soit un volume record de 243 cm3, on a quand même tout l’océan et les animaux de la mer dans un si petit espace ! Ça fait rêver…
Quand, en plus, on sait que ce jeu est basé sur la série de BD éponyme (lien ici), dans un format jeu coopératif pour deux joueurs uniquement, oui, forcément, on se dit « Waouh ! Essayons ça vite !!! ».

J’ai attendu cet automne pour m’y lancer, malgré le froid, et j’en suis bien ravi, ça fait encore penser à l’été écoulé, au sable chaud et à la faune marine que je chéris tant…
Voici donc le premier compte-rendu de La Marche du Crabe, un de ces jeux qu’il me tardait tant de découvrir…

LA MARCHE DU CRABE

Ça c’est un jeu du top du top, à la base, pour Leila et moi, grands amoureux de la mer…
Vous pouvez voir que, sur ce registre, Leila est bien équipée !!! 😉
Voici un superbe jeu coopératif, pour deux joueurs exclusivement, avec un terrain de jeu sous la forme d’une plage composée de 6 rangées plus ou moins éloignés de la mer, chacune composée de 6 cartes. Parmi ces cartes, 2 par rangées sont de sales déchets pourris abandonnés par les humains ! Et, en-dessous de 8 sur les 12, se trouvent nos compagnons crabes comme nous que nous devons libérer… Voilà le but du jeu en somme (et pas en Baie de Somme, non, nous sommes en Gironde) !
Chaque joueur récupère au départ deux cartes d’objets sous lesquelles il sait qu’il n’y aura pas nos amis crabes mais plutôt nos ennemis tourteaux et autres homards ! Et là, attention, parce qu’il vaut mieux éviter d’aller les déloger, sous peine de de voir dépenser de la crevette (5 au départ) ou même notre propre vie (oui, ça ne pardonne pas la vie sur l’estran !)…
Comme Leila joue le crabe Bateau, elle a commencé la partie et a dû placer la première carte de son deck d’ennemis, à savoir ce homard, sur une ligne correspondant à l’arrière-plan. Pour le coup, ça m’arrange bien, moi qui voulait éviter qu’on aille sur le pneu, ça va peut-être limiter nos envies d’y aller puisque, à chaque fois qu’on passe sur au moins un ennemi en déplaçant notre, on doit dépenser une précieuse crevette…
Ensuite, Leila a pu (mais ce n’était pas une obligation) déplacer notre pion crabe commun selon un déplacement uniquement vertical. Et, clairement, c’est là l’idée tout bonnement géniale du jeu : combiner les déplacements des deux joueurs, mais seulement en vertical pour l’un (Leila) et en horizontal pour l’autre (moi) ! Bravo Julien Prothière pour cette si belle idée !!! 😉
A mon tour, j’ai fait à peu près de même, en plaçant obligatoirement la première carte de mon deck, enfin au mieux que j’ai pu, puis en déplaçant si je le souhaitais notre pion crabe, ce que je viens de faire de manière horizontale, juste sur la case adjacente où l’avait laissé Leila : une sorte de bonne indication ? Certainement…
Du coup, l’ayant placé sur la guitare abandonnée, on se dit mutuellement si cet objet était interdit ou non (ouf, ce n’est pas le cas) puis je vais libérer (délivrer !!!) notre compagnon crabos qui s’y trouvait…
Yes ! Première réussite dans ce jeu franchement sympathique et très fluide…
La partie progresse ainsi, petit à petit, en fonction de la marche du crabe, et on en a déjà libéré 3 sur 8, sachant que les tourteaux et autres homards commencent aussi à bien se répandre sur la plage…
La réflexion peut monter d’un cran : on se rend compte qu’il ne faut pas trop tergiverser, sans pour autant faire n’importe quoi, mais attention à ne pas se retrouver acculés, vers la fin, à devoir aller sur un objet sans certitude…
Aïe, comme c’est la dernière carte de la ligne correspondante (fond de la carte), je suis contraint de la poser en-dessous de notre pions crabe, sachant qu’on ne peut pas recouvrir un autre ennemi, un crabe libéré ou un objet non retiré… Il va falloir payer une crevette pour le contenter ce vilain tourteau !
Le système de cartes de crevettes est vraiment bien fichu : en retournant la carte avec 5 crevettes visibles, on se retrouve avec la carte de 4 crevettes visibles et la dépouille de notre crevette sacrifiée… Paix sur elle…
Oui, ça chauffe et devient bien tendu… En effet, il ne nous reste guère de munitions (un ennemi chacun en stock, 3 crevettes en tout et encore 5 objets susceptibles de cacher notre huitième et dernier crabe à libérer… Ah oui, là, clairement, ça vaut son pesant de bigorneaux (si je puis m’exprimer ainsi) !
Yes ! Leila a fait le bon choix finalement, me plaçant le pion crabe en position d’aller chercher le jerrican d’essence au lieu du sale pneu que je ne voulais surtout pas retourner ! Il faut être vachement observateur pour le coup. pas simple. Mais tellement plaisant et malin !!!

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Bilan
Leila (Bateau) + Ludo le gars (Soleil) Victoire avec 0 crevette restante

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le déplacement du crabe en deux temps : vertical pour l’un des joueurs, horizontal pour son partenaire,
– Le thème du jeu, si bien retranscrit en si peu de matériel !!!
– La tension palpable qui monte en puissance, avec ce plaisir de ne pas pouvoir parler, un peu comme avec Hanabi, juste en trouvant le moyen de donner des infos (jouissif !),
– Les scénarios prévus dans la boîte, ce côté jeu à campagne même dans ce format de jeu,
– Les valeurs écologiques de l’éditeur : cooooool !
– Le côté ultra-compact de la boîte, typiquement à emporter partout

On a moins aimé
– L’impression de ne pas y avoir assez goûté en une seule partie, donc une sorte de frustration qui va disparaître sous peu (à la prochaine, non, aux prochaines parties !) 😉

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × = 30