[20/04/2005] Les Aventuriers du Rail – Europe

Participants
– Sophie, joueuse jaune, qui découvre cette version après avoir bien aimé la première,
– Julie, joueuse noire, ravie de se lancer en Europe elle qui avait adoré la partie américaine jouée à Toulouse il y a un an.
– Ludo le gars, joueur vert, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Évidemment quand on a aimé la première mouture des Aventuriers du Rail et qu’on sait qu’une nouvelle version est sortie, on a envie irrésistiblement de la découvrir.
C’est ce qui est arrivé à Julie et Sophie qui insistent donc ce soir pour jouer à ce jeu plutôt qu’aux excellents Tikal ou autre Java.
Pas de souci pour moi, le jeu étant très bon, aussi j’explique rapidement les nouveautés de règles, puis la partie débute vite.


Les premières liaisons construites sont l’oeuvre de Sophie (tunnel
sous la Manche) et Julie (Scandinavie et Belgique), alors que je garde
mes cartes…


La ville de Paris semble être une nouvelle fois au milieu de
nos trajets d’objectifs, ce qui explique cet agglutinement de wagons aux
abord de la capitale française…


La partie est fort sympathique, avec une manière de jouer assez
particulière : le fait que la très grande majorité
de nos objectifs soit à l’ouest rend le jeu très latéralisé
et, suite aux pioches répétées de cartes objectifs
de la part de Julie (4 fois quand même…), on se sent obligé
de venir taquinner ses voies avec Sophie…


Heureusement que je réussis quand même à m’adjuger
la voie de 8 tronçons, il m’en faudra cependant plus pour espérer
rivaliser avec mes deux redoutables adversaires du soir…


N’ayant pas conservé mon grand objectif de 20 et disposant de
2 petits objectifs peu rapporchés, je vais tenter d’amasser plein
de cartes identiques dans l’optique de réussir la liaison de 8
wagons et de jouer le pirate un peu partout en prenant les grandes liaisons
et les voies qui me semblent intéresser mes adversaires. Mon paquet
de cartes est assez éloquent si vous voyez ce que je veux dire…


Une illustration, à mes dépens, de ce que peuvent réserver
les tunnels : je joue deux cartes jaunes pour parcourir un tunnel long
de deux tronçons, je retourne 3 cartes de la pioche qui se trouvent
être 2 jaunes et une loco, ce qui m’oblige, sous peine de perdre
mon tour, à rajouter 3 cartes jaunes ! Coûteuse cette histoire…


Une vue générale de la situation, mettant en évidence
le très long chemin noir, l’assez long chemin jaune et les petits
bouts pitoyables verts (me permettant quand même de réussir
mes 2+1 misérables objectifs à 8 points)…


Julie rajoute encore des wagons, comme si elle n’en avait pas assez
placé …

Cliquez pour agrandir !
Une vue de la situation en fin de partie, après que Sophie a
déclenché le dernier tour, au nez et à la barbe de
Julie qui s’est montré un tout petit peu trop gourmande avec ses
cartes d’objectifs prises en plus…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure et 15 minutes – Mise
en place du jeu : 5 minutes – Explication des règles : 10 minutes
Sophie remporte cette partie avec un total de 136 points, devant Julie avec
113 points et Ludo le gars avec 102 points.
Le détail est le suivant :

Points acquis dans le jeu
Points des objectifs secrets
Points pour la plus grande chaîne
Points des gares non placées
Total
Sophie (jaune)
70
7+8+8+21 = 44
10 (long : 37)
12
136
Julie (noir)
56
5+7+7+7+8+21-10 = 45
0
12
113
Ludo le gars (noir)
66
8+8+8 = 24
0
12
102

Débriefing
Cette nouvelle partie, jouée sur un rythme assez lent, aura été
sympathique bien qu’elle ait mis en évidence certains défauts
du jeu, pourtant combattus par les aménagements des règles :
– Il y a des gares, certes, mais à 3 joueurs, on n’a pas eu besoin de
les construire (peut-être en raison d’un oubli, mais plus surement en
raison d’une impossibilité de les utiliser car toutes les liaisons étaient
loin d’être faites, ce qui incitent plutôt à construire une
voie au lieu d’une gare),
– Le hasard de la pioche des cartes d’objectifs, bien que plus raisonné
que dans le jeu original, se trouve quand même trop marqué si celui-ci
fait des siennes : Julie a obtenu tous ses objectifs (7 quand même) dans
la même zone géographique, ce qui aide franchement au moment de
créer son réseau (surtout que cela permet aussi de se battre pour
le chemin le plus long).

Ah, si, une dernière remarque à l’attention de ceux qui pensent
que construire la liaison de 8 mène à la victoire : je suis l’exemple
vivant que non, et cela me rassure sur l’équilibre du jeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ 9 = treize