[20/04/2008] Chabyrinthe, Portobello Market, Mont Saint-Michel

Deuxième journée du week-end jeux à Marchampt, attaquée plutôt sur le coup de midi pour raison de coucher tardif… Trois jeux au programme, sans compter les parties informelles qui se sont déroulées également : Chabyrinthe, tout d’abord, un petit jeu de chats et de coins du feu qui plait beaucoup à Tristan, puis Portobello Market, un jeu incisif et malin que j’affectionne particulièrement, enfin Mont Saint-Michel, un jeu d’une heure environ qui  faisait peur à Maitena, mais qui semble s’être rangée à l’idée qu’un jeu long n’est pas forcément un jeu ennuyeux …

CHABYRINTHE :

 

Le jeu des matous
de gouttière sort sur la table dominicale, pour le plus grand bonheur de Tristan. Maitena explique la règle à Sylvain (une première !) et nous entamons notre petite partie de
dérouillage de cerveau après le fameux Imperial de la veille
L’ambiance est
assez studieuse car, il faut bien le dire, il est obligatoire de bien calculer son coup si on veut réussir à récupérer 1 chat, voire 2 ou même 3 lors de son tour. A défaut,
Chabyrinthe peut même tourner au jeu où l’on tente de gêner au maximum son voisin si on ne parvient pas soi-même à engranger suffisament de profit…
Maitena va bientôt
se voir descerner la palme de l’analysis paralysis la plus forte : c’est qu’elle réfléchit la bougresse ! Au niveau des chats collectés, je réalise deux jolis tours (le emier et le
troisième), ce qui me donne une confortable avance…
La partie s’achève
sur cette configuration, après 20 minutes d’un jeu pas si reposant pour nos neurones fatiguées. En même temps, il les aura stimulées, ce qui n’est pas si mal accompagnées du café
🙂
Bilan synthétique :On a aimé
– La quasi-obligation, quand on la joue un tantinet compétitif, de gêner un maximum son voisin si on ne parvient pas à faire un joli coup soi-même,
– Le look très mignon du matériel de jeu (chats, tunnels).

On a moins aimé
– La relative trop courte durée du jeu : on aurait bien aimé qu’il y ait plus de 4 tours chacun,
– Les prises de chats qui s’enchaînent toutes seules alors qu’on ne les avait pas calculées (c’est plus fréquent qu’on ne l’imagine).

Scores de la partie :Lucarty : 11
Maitena : 13
Tristan : 13
Ludo le gars : 23

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

Durée de la partie : 20 minutes

———————————————————————————————————————————————–

PORTOBELLO MARKET :

Portobello
Market : voilà un jeu que j’aime beaucoup, qui se joue en une petite demi-heure et qui est tendu tendu tendu. Thibault et Sylvain, qui y ont déjà joué, sont eux aussi adeptes de ce
petit jeu de placement, tout fin et si élégant, dans lequel on joue vite et où on passe son temps à gêner ses petits camarades par une place peu avantageuse du
Bobby …
Fin de
premier tour de jeu, initié par Sylvain avec les boutiques rouges. La configuration semble à mon avantage (vert) mais elle est flatteuse : en effet, je me suis retrouvé coincé
dans la zone du bas et j’ai dû placer 2 boutiques vertes pour déplacer le Bobby plus haut sans donner de point de victoire à mes 2 acolytes…
Les choses se
clarifient, et franchement pas à mon avantage : Sylvain possède une avance de 11 points sur Thibault, qui lui-même en a 11 sur moi ! Ouille ouille ouille…
Même si nous
prenons du plaisir sur cette partie, je souffre pas mal de ma position de dernier joueur du tour et je me sens obligé de jouer différemment de mes camarades (j’ai par exemple
dépensé très tôt ma tuile X2 afin de récupérer une tuile de 3 actions à la place, ce qui ne m’a pas obligé à déplacer le Bobby alors qu’il était clairement mal positionné pour
moi)…
La partie
progresse encore et je couine en me rendant compte qu’en plus je suis en retard sur le nombre de boutiques placées. Il ne reste guère plus de 2 ou 3 tours à jouer si Sylvain et
Thibault continuent à se concentrer sur les boutiques au détriment de la pioche de personnages …
Oulhalha, le
dernier tour s’amorce avec Sylvain qui va placer ses 3 dernières boutiques et déclencher ainsi la fin de partie. Thiabult suivra avec le positionnement de son X2 dans un
district où il engrange 10 points. Ce dernier totalise alors 60 points d’avance sur moi !!! Soit je réalise un coup de Trafalgar, soit je peux aller me recoucher…
Et ce sera… le coup de Trafalgar !!! Un de ceux qu’on imagine pouvoir fonctionner mais dont on n’est pas complètement certain. En fait, je décide de placer une première boutique toute simple en
enfilade d’une des miennes dans une ruelle non décomptée. Mais ensuite… je ne place pas les autres ! Non, je décide de piocher les 3 derniers personnages du sac et de les placer comme suit : les gris, excentrés et inutiles à gauche, et le rose à une intersection où aboutissent 3 boutiques de ma couleur et 2 de Sylvain. Mais surtout, ce faisant, je place le fameux Lord noir sur la dernière intersection libre du jeu, occasionnant les décomptes des ruelles aboutissant à sa position (même incomplètes). Et si vous regardez bien la photo ci-dessus, vous verrez que mes gains vont devenir substantiels et que je vais être le seul à les prendre…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le matériel de jeu, somptueux, très tactile, immersif et propice à de belles empoignades,
– La tension tout au long de la partie : un
condensé de bonnes choses en 30 minutes chrono (un peu plus aujourd’hui, mais entre la fatigue et le barbecue, on a pris notre temps),
– Les gros coups possibles à tenter si les autres joueurs ne se méfient pas assez.

On a moins aimé
– ?.

Scores de la partie :Lucarty (rouge) : 97
Thibault (jaune) : 117
Ludo le gars (vert) : 119

Note du jeu (sur cette partie) : 17 / 20

Durée de la partie : 45 minutes

———————————————————————————————————————————————–

MONT SAINT-MICHEL :

Embrouilles au
Mont Saint-Michel : un précieux manuscrit a été dérobé et des fragments ont été éparpillés un peu partout sur le Mont. Le but n’est pas de savoir qui a fait le coup mais d’être le
moine qui saura récupérer un maximum des fragments disséminés, sachant qu’on ne sait pas qui est qui…
La bonne
trouvaille du jeu : chaque joueur a son nom dans l’un des moines mais il ne sait pas dans lequel et l’un des 6 moines est neutre (papier marqué d’un X, sinon nom du joueur). Ici,
Maitena consulte le moine bleu car elle a pioché une carte d’identité lui permettant, maximum 3 fois dans la partie, de regarder l’identité d’un moine…
Le jeu est pour
le moins chaotique en début de partie car à chaque fois qu’on déplace un moine sur un lieu renfermant un fragment source de points, on donne des points, certes, mais à qui ? Pas
déplaisant mais un peu frustrant surtout quand on ne tire aucune carte d’identité pendant plusieurs tours…
Tristan, trop
jeune pour jouer à ce jeu, observe comment sa soeur s’y prend pour déplacer le moine noir. N’ayant aucune info sur personne, je me contente pour l’instant de bribes de convictions :
Maitena semble attacher de l’importance au moine bleu et comme elle l’a consulté, peut-être est-ce sa couleur ?
Thibault se
colle au déplacement du moine jaune et, sans vraiment plus d’info que moi (il a 1 carte d’identité contre toujours 0 pour votre serviteur), il se dit que c’est quand même pas mal de
répartir les gains entre les moines. Je le suis dans sa démarche lorsque je le peux…
Le matériel est
de toute beauté et c’est un vrai plaisir que de visiter le Mont Saint-Michel de la sorte, en compagnie de moines mystérieux et en usant de voies maritimes supplémentaires à marée
haute ou de voies terrestres supplémentaires à marée basse (on ne le fera qu’en toute fin de partie, mais ce doit être dû à notre méconnaissance du jeu)…
En respectant
la règle originale, on est censé obtenir chacun 3 cartes d’identité sur l’ensemble de la partie, et si on pioche d’autre on doit les donner au joueur à sa gauche. A ce jeu, Sylvain
en a rapidement 3, puis Maitena, avant que Julie n’en totalise 3 à son tour. Thibault et moi, nous couinons, privés d’informations pendant fort longtemps. En même temps, je me dis
que cela peut être un avantage car, au lieu de consulter un moine à l’aveuglette, plus tard dans la partie on peut au moins se baser sur la manière de jouer des autres et consulter
les moines, soit les moins vérifiés, soit les moins favorisés dans le jeu. Du coup, cela ne constitue pas un défaut pour moi…
L’un des
défauts du jeu est clairement sa durée : notre partie a tendance à s’éterniser, d’autant plus que personne ne veut céder un iota lorsqu’un fragment intéressant se présente et qu’on
devine à peu près les intentions de chacun avec les moines proches. L’une des idées sympas du jeu, mais qui fait mal à la tête car elle oblige à anticiper, est que les cartes Lieux
sortent dans le même ordre lors de chaque passage (il y en a 16 et on peut donc savoir que l’église va sortir après les jardins et se préparer à en rapprocher son moine)…
Exemple de la
situation de quasi-blocage énoncée plus avant : le lieu à rejoindre est la Tour Boucle (n°7 en haut) et le moine blanc (que je sais à Sylvain), le moine jaune (que j’estime
à Maitena), le moine noir (que j’estime à Julie) et le moine rouge (le mien) se chamaillent pour y aller en premier. Il me semble que le moine vert soit le neutre, et je
ne dois pas être le seul, du coup Thibault l’envoie ramasser le morceau de livre qui s’y trouve…
Fin de partie
bien tendue, avec des quasi-certitudes sur les identités des adversaires (alors qu’on n’en a vues que 3 sur 6 chacun rappelons-le). Je fais couiner Thiabault, sur le dernier tour,
en faisant ramasser au moine bleu un fragment partiellement brûlé (-1 point). Et oui, le bleu était le seul moine avec autant de points que le rouge. Le meilleur truc de cette
partie : Maitena a adoré son jeu et elle aurait voulu lancer une revanche dans la foulée ! Je suis ravi pour elle…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le matériel du jeu, très adapté au thème et qui nous plonge dans l’ambiance,

– La quasi-absence d’informations pendant bien longtemps : on doit s’adapter à la non-connaissance et cela est assez intéressant,
– Les nombreuses petites trouvailles attachantes du jeu : le papier dans les moines, le système de déplacement par poussées successives, la gestion de la marée haute et de la
marée basse, les lieux qui reviennent dans le même ordre, …

On a moins aimé
– La durée de la partie pour un jeu quand même fort chaotique et où on ne fait pas grand-chose lors de son tour (parfois même le hasard du tirage fait qu’on ne déplace aucun
moine),
– Les situations de quasi-blocages entre adultes lorsque personne ne cède,
– L’attribution du fragment de livre au moine éjà présent sur le lieu lorsqu’il est pioché : avec des valeurs de -4 à +4, l’amplitude est trop importante (d’où une variante ci-dessous),
– La difficulté, ce soir seulement peut-être, de savoir quand jouer avec intérêt ses cartes Marées.

Variante
Lorsqu’un lieu est pioché et qu’un moine s’y trouve déjà, au lieu de lui attribuer d’office le fragment, le joueur actif peut le déplacer (ce sera l’action de son tour).

Scores de la partie :Lucarty (moine blanc) : 9
Maitena (moine jaune) : 8
Julie (moine noir) : 6
Thibault (moine bleu) : 9
Ludo le gars (moine rouge) : 10

Note du jeu (sur cette partie) : 12 / 20

Durée de la partie : 1 heure 30 minutes

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + 1 =