[20/05/2004] Goa

Participants
– Sylvain, qui s’avoue content de jouer à un « vrai » jeu de quelques heures,
– Romain, qui découvre semaine après semaine moult jeux très très récents,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Après avoir testé ce jeu une première fois à Vaugrigneuse lors des Rencontres Ludopathiques de Bruno Faidutti, je profite de la mini-affluence de ce soir aux Ludophiles pour le proposer aux adhérents présents. Nous y jouerons donc à 3, une fois que j’aurai expliqué les règles un poil longues de ce jeu de gestion qui n’est pas sans rappeler Puerto Rico (l’explication des règles aussi d’ailleurs…).
Chacun prend une couleur de marqueur : bleu pour Sylvain, jaune pour Romain et vert pour Ludo le gars, puis la partie débute avec le retournement de cartes expédition pour désigner le premier joueur (obtention d’un tigre). Ce sera donc votre serviteur qui commencera avec 7 ducats et le drapeau, alors que Sylvain et Romain commencent avec 10 ducats.
Attention : nous commettrons une erreur tout au long de la partie, à savoir que nous avons remis la carte d’action spéciale non pas au joueur qui achetait le drapeau, mais à celui qui le vendait. Cela nous a obligé, lors du dernier tour de jeu, à ce que le drapeau rapporte 4 ducats au joueur qui le vendait (Sylvain) afin de ne pas le pénaliser d’une vente impossible (personne ne l’aurait acheté).
Attention n°2 : je me suis aperçu ce matin (le 22) que nous avions loupé un autre point de règle fondamental : on paie toute enchère au possesseur du marqueur et non à la banque ! Incroyable que l’on ait manqué ça, surtout que je ne parviens pas à me souvenir si on a joué de cette manière à Vaugrigneuse ou pas…


La mise en place initiale des tuiles A…


Le placement de nos marqueurs, ce tour-ci, fait clairement apparaître
que l’on a besoin de plantations…


Une vue des tableaux jaunes de Romain, au même moment, où
l’on peut voir qu’il n’a pas encore beaucoup avancé sur son tableau
de développement, mais qu’il a commencé à amasser
carte sur carte (bateaux et colons), en jouant donc à plus long
terme…


Une vue du placement aléatoire des tuiles B : les tuiles les
plus courues (les bleues turquoises) sont regroupées dans le quart
sud-est du plateau et elles ne seront jamais vendues du tout !!! Un comble…


Cette photo permet de mesurer combien Romain est en avance sur nous
tous : un développement sérieux pour les récoltes
et les ducats, 3 colonies déjà fondées, des épices
sur ses tuiles plantation, des cartes bateaux régulièrement
piochées (au moins 5 bateaux ici-même), 4 cartes colons disponibles,
3 cartes d’action spéciale obtenues ce tour… Vous en voulez encore
?


Une vue des tableaux de Sylvain une fois la partie terminée
: réguliers pendant très longtemps, ses axes de développement
se sont accélérés sur 2 d’entre eux lors des derniers
tours, sans qu’il puisse pour autant récupérer toutes cartes
expéditions visées. Manquant cruellement d’argent, Sylvain
n’aura eu le drapeau que durant un tour, ce qui est certainement trop
peu…


Une vue des tableaux de Ludo le gars une fois la partie terminée
: assez marqué dans 2 ou 3 colonnes, mon développement n’aura
pas suffi pour revenir sur Romain, richissime et intouchable lors du dernier
tour. Mon plus grand regret reste d’avoir échoué dans la
fondation de ma 4ème colonie lors de l’ultime instant (il me manquait
5 colons et j’en ai tiré 3)…


Sylvain est obligé de consulter la règle, lors du premier
tour, afin de comprendre la signification de la carte expédition
qu’il vient de piocher. A noter que ce premier tour présente
l’originalité de n’offrir à personne de tuile de plantation,
d’où une grosse difficulté pour progresser dans son tableau
de développement (Sylvain et Romain, lors de leur 2ème
action créeront une colonie, afin de remédier à
ce problème)..


En haut les tableaux bleus de Sylvain, en bas
les miens. On constate que Sylvain mise sur les récoltes et les
colons, alors que je m’oriente sur la construction des bateaux et les
colons également…


Une vue générale à l’issue
de la première phase du jeu : seules 2 tuiles rouges sur 4 ont
été vendues (les bateaux pour Romain, la récolte
pour moi), la tuile Livraison n’a pas été prise, le drapeau
aura passé 3 tours chez moi et un chez Romain. A ce stade-là,
on peut penser que Romain est assez bien placé…


Séance détente à la sucette
pour Sylvain, qui hésite visiblement entre moult options. Il
est vrai que constamment à court d’argent il a du mal pour rivaliser
lors des enchères et que, du coup, il doit trouver un moyen différent
pour réagir…


Plus la partie approche de son terme, plus l’alliance
Sylvain-Ludo se soude, avec ici son point d’orgue : possesseur du drapeau
lors du dernier tour, Sylvain le place en bordure du plateau dans une
zone où Romain ne pourra pas atteindre les tuiles bleues turquoises
et où nous n’irons pas non plus (quitte à placer nos marqueurs
sur de misérables tuiles de plantation)…


Une vue des tableaux de Romain une fois la partie
terminée : puissant, son développement s’est accéléré
de manière grandiose lors de la seconnde phase, notamment lorsqu’il
monopolisait le drapeau. Ayant fondé miraculeusement sa 4ème
colonie lors de sa première action du dernier tour (il lui manquait
6 colons et il retourne deux cartes de valeur 3), il a pu bénéficié
des autres actions pour faire progresser ses marqueurs sur son tableau.
Une belle victoire pour lui…

 

Décompte final
Durée de la partie : 3 heures – Mise en place du
jeu : 10 minutes – Explication des règles : 45 minutes
Romain remporte cette partie avec un total de 37 points, devant Ludo le gars
avec 32 points et Sylvain avec 21 points.
Le détail est le suivant :

Marqueurs de développement
Colonies fondées
Cartes d’expédition
Ducats
Plantations bonifiées
Tuile de livraison
Tuile de mission
Total
Sylvain
19
1
1
0 (0)
0
0
0
21
Romain
20
10
4
3 (12)
0
0
0
37
Ludo le gars
21
6
4
0 (1)
1
0
0
32


Débriefing
Cette partie de Goa, un poil longue, aura confirmé ce que je pensais
du jeu à l’issue de ma partie de Vaugrigneuse : le jeu est très
riche, mais on peut partir dans tous les sens et marquer des points de victoire.
Il serait, donc, trop (?) équilibré. Si cela est possible…
Au niveau des enseignements de cette partie, j’ai envie de pester un peu sur
le hasard lié au tirage des colons. En effet, lors de l’ultime tour,
Romain et moi n’avons que 3 colonies fondées et nous allons essayer de
fonder la 4ème. Il lui manque 6 colons pour ça (cartes en main
comptées) et il m’en manque 5. Et bien, lui réussira dès
sa première action alors que j’échouerai lors de ma tentative.
Résultat : il marque 4 points de plus sur ce coup-là et peut utiliser
son résidu de points d’action pour faire autre chose. Comme il gagne
de 5 points, je n’en dirai pas plus… car je dois reconnaître que sur
la physionomie de la partie il était normal qu’il l’emporte. Mais bon,
n’empêche qu’il aurait mieux que nous réussissions ou rations tous
les 2 notre tentative de fondation ultime…

Goa est donc un très bon jeu de gestion, très (trop ?) riche
dans sa multiplicité de marquer des points de victoire et qui sortira
toujours avec plaisir. Maintenant, ce n’est pas, pour moi, le meilleur gros
jeu de cette année 2004.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


3 + un =