[20/06/2009] Keltis – Extension

Après avoir été pratiqué en version de base voici quelques mois, je propose à Julie, et à mon padre présent en notre maisonnée ce soir, de découvrir l’extension de ce jeu de Knizia, récompensé par le prix du Jeu de l’Année allemand en 2008. Cette extension pour Keltis, éditée par Kosmos dans le même boitage que celle des Piliers de la Terre, apporte son lot de nouveautés, principalement autour de deux axes :
– Un nouveau plateau, sur lequel possibilité est offerte de passer d’une couleur à l’autre,
– De nouvelles tuiles sur le sentier, dont l’une d’elles qui offre la possibilité de se défausser d’une carte déjà jouée ou de sa main.
Je vous relate la partie de ce soir ci-après. Bonne lecture…


KELTIS – EXTENSION :

 


Même look que la boîte de base, même thème complètement surfait, mais nouveau plateau dans la boîte et nouvelles tuiles de sentier. On a juste besoin des cartes et des pions issus
de la boîte de base…

Après explication de la règle et prise d’une main de 8 cartes, nous attaquons la partie, assez sceptiques en ce qui concerne les nombreuses ramifications du plateau, rendant la
lecture pour le moins délicate…

La mise en place des tuiles est pseudo-aléatoire, avec des piles de 5 tuiles orangées sur 5 cases déterminées (quand on s’arrête dessu, on en prend une) et les autres tuiles placées
vraiment au hasard. On notera que les chemins ne sont pas monocolores et que 4 cases peuvent être atteintes avec n’importe quelle couleur de cartes…

Après un tour de jeu, Gérard a joué une carte pour aller placer un pion marron sur une case joker, j’ai avancé mon gros pion gris sur la piste rouge (visant, dès le prochain coup,
l’acquisition d’une pierre rouge), et Julie a fait avancer son gros pion noir sur la piste bleue, visant probablement la même chose que moi, mais en bleu bien sûr…

Je suis jaloux des cartes de Julie : pas moins de 3 cartes de valeur 10 pour entamer paisiblement 3 séries colorées…

Je suis également fort jaloux des cartes de mon père étalées devant lui : 2 cartes 0 et 1 carte 1, et dans la foulée il en rajoute une rose de valeur 0 !


Julie peste comme une dingue, ceci dit, car elle ne parvient plus à vraiment faire progresser ses séries colorées. En même temps, je ne vais pas la plaindre, moi qui ai dû ramer
pour les faire progresser à partir de cartes vraiment moyennes (genre 4, 7, …). Bon, j’ai par contre bien réussi à utiliser les tuiles de défausse de cartes (très utiles et bien
vues)…

Petite illustration de ma stratégie de jeu sur cette partie : glaner 3 pierres rouges à gauche, avec 3 marqueurs gris sur cette piste, car une série de 3 rapporte 10 PV quand même.
Ensuite, je viserai les pierres vertes situées un peu plus haut, même si je crains d’avoir du mal car je n’ai carrément aucune carte verte depuis le début de partie…

Un peu plus tard, en usant judicieusement des cartes vertes défaussées par mon paternel et des tuiles de trèfles, je parviens à glaner les fameuses pierres vertes. A noter que
j’ai mes 5 marqueurs gris en jeu, tous placés sur la partie gauche du plateau…


Mon père a un peu de mal avec la réflexion nécessaire sur ce jeu, clairement plus complexe et alambiqué que la version de base. Précisons qu’en plus cette nouvelle complexité, si
elle tend à limiter les effets du hasard de la pioche, n’apporte pour autant pas plus de plaisir de jeu…

La partie est terminée suite à l’atteinte de 5 marqueurs au-dessus de la zone de valeur 8 (j’ai sacrifié 1 PV pour clore le jeu). Ce qui est sympa, c’est que les valeurs ne
croissent pas toujours, avec la ligne au-dessus de 8 qui redescend à 7, puis à 6, avant de finalement passer à 10. C’est de la prise de risque sympa…

Petite vue de mes collectes de pierres, extrêmement lucratives : je gagne 3 PV parce que j’ai 3 couleurs de pierres sur les 5 que le jeu propose, et, surtout, 2 fois 20 PV parce que
j’ai deux séries de 3 pierres identiques. Ca, c’est très très rentable…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Les valeurs qui ne sont pas forcément croissantes sur les lignes de progression,
– Les tuiles de défausse de cartes, apportant un timing nouveau dans le jeu, et permettant de mieux contrôler la pioche et de créer des « trous » temporaires dans ses séries,
– L’utilisation, comme dans le jeu de base, de tuiles de trèfles, qui, bien utilisées, permettent de progresser sur des couleurs dont on souffre de manques.

 

On a moins aimé
– L’extrême complexité de lecture du plateau, avec ses ramifications franchement laides et pas toujours anticipables,
– La perte de tension liée au fait qu’on n’a pas de chemins à parcourir dans une seule couleur du bas vers le haut. Je vois bien que la volonté était de réduire le hasard, mais je
ne trouve pas que cela soit un plus de le faire de cette manière (les tuiles de défausse me semble bien meilleures).

 

Scores de la partie :

 

 

  Piste Marqueurs Pierres Total
Julie (noir) 10 30 3 + 0
43
Gérard (marron) 6 24 10 + 0
40
Ludo le gars (gris) 12 39 3 + 20
74

Note du jeu (sur cette partie) : 14 / 20


Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

 

———————————————————————————————————————————————–

3 commentaires à propos de “[20/06/2009] Keltis – Extension”

  1. Bonjour Ludo,

    d’après ton commentaire négatif en fin de compte rendu, je crois que vous avez fait une erreur. Quand on pose une carte dans une série de couleur, il faut toujours respecter un ordre croissant ou décroissant comme dans le jeu de base. Cette règle n’a pas changé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq × 1 =