[20/12/2003] Puerto Rico

Participants
– Gilbert, de passage aux Ludophiles pour goûter aux plaisirs des jeux à l’allemande,
– Marie-Christine, sa femme, qui va découvrir le must des jeux « modernes »,
– Elise, qui n’avait pas encore eu l’opportunité de tester le célèbre Puerto Rico,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette fichue thématique : « Noël les pieds dans l’eau » génère, comme toujours, des jeux à la limite du thème choisi. Puerto Rico symbolise-t-il vraiment la thématique en question ? On peut se poser la question maintes et maintes fois, sans pouvoir trancher. Au lieu de ça, nous avons décidé d’y jouer…
Pas bête, non ?
Gilbert et sa femme, des amis de l’un de nos adhérents, joueur régulier du jeudi soir, sont venus nous rendre visite aujourd’hui, aussi, afin de les recevoir comme il se doit, je leur propose, ni une ni deux, de s’attaquer au meilleur jeu de plateau de tous les temps (n’ayons pas peur des mots 😉
Chacun se munit donc d’un plateau individuel, on se partage le lourd travail de mise en place et j’en profite pour expliquer la règle de ce jeu. Après une vingtaine de minutes, nous sommes parés pour embarquer pour l’île de Puerto Rico…


Alors que Marie-Christine a été désignée
première joueuse au premier tour, elle joue ici son deuxième
tour et hésite à choisir le rôle du capitaine…


La partie se déroule avec plaisir pour tous les joueurs, avec
de grands moments ludiques. Ici, Gilbert choisit l’une des plantations
exposées, suite à mon choix de carrière avec le
planteur…


La partie s’achemine vers sa fin et il faut garder le cap. Elise
est très bien placée avec un engrangement régulier
de points de victoire grâce à des exportations incroyables
(6 à la fois régulièrement !), mais je ne désespère
pas de revenir sur elle, en misant à fond sur les bâtiments
mauves (2 grands achetés en 2 tours consécutifs). Gilbert
n’est pas mal placé, mais il semble un peu en retrait…


Les plantations proposées sont assez étonnantes : de
tout, surtout du café, mais pas un seul indigo ! Cette denrée
sera d’ailleurs la plus rare de la première moitié de
la partie…


Une vue générale des plateaux de chacun, au moment
où chacun sait à peu près où il va. Gilbert
se concentre sur la vente au marché (petit et grand marché)
tout en produisant avec monopole au début le café ; Marie-Christine
joue l’indigo et le tabac ; Elise exporte à outrance son indigo,
son maïs et son café ; Ludo le gars vend beaucoup au marché
tout en produisant une denrée de 3 types (maïs, indigo et
sucre) afin de bonifier ses exportations (manufacture) , dans l’unique
but d’acheter moult bâtiments mauves…


La configuration finale du jeu : la partie s’est arrêtée
suite au remplissage de ma zone de bâtiments. Les calculs peuvent
avoir lieu…

Décompte final
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de 46 points
de victoire, devant Gilbert avec 43 points (3 doublons – 0 denrée), Elise
avec 43 points (2 doublons – 0 denrée) et Marie-Christine avec 30 points.
Le détail est le suivant :

Points de victoire
Bâtiments
Bonus bâtiments
Total
Gilbert
18
20
5
43
Marie-Christine
12
15
3
30
Elise
35
8
0
43
Ludo le gars
12
21
13 (8+5)
46

Débriefing
Ouf ! Le coup est passé près… Elise n’a pas gagné cette
partie alors qu’elle a accumulé le total extravagant de 35 points de
victoire durant la partie ! Il faut dire que Marie-Christine l’a privée
du grand bâtiment qui lui aurait convenu à merveille : la douane
(gains en fonction des points de victoire acquis pendant la partie).
En ce qui me concerne, je gagne cette partie au finish, en ayant réussi
quelque chose d’assez difficile et de longue haleine : gagner sans développer
un jeu très extrême et en misant sur le très long terme.
En effet, ma stratégie aura précisément consisté
en l’acquisition d’argent pour acheter des bâtiments mauves, ce qui s’est
traduit par l’achat de carrières, de petit et grand marché, d’un
petit entrepôt et de la mise en culture de 3 types de denrées mais
en un seul exemplaire. L’achat de l’hospice (pour avoir automatiquement un colon
sur mes nouvelles plantations) et de la manufacture (gains de 2 doublons à
chaque production de mes 3 denrées) s’inscrivent pleinement dans ma stratégie.
Mais cette manière de jouer aurait pu être contrariée si
l’un des joueurs (Gilbert en l’occurrence), assez riche, avait acheté
avant moi le grand bâtiment qui rapporte des points selon le nombre de
bâtiments mauves… Ou encore celui qui rapporte des points en fonction
du nombre de colons présents sur l’île…
Ouf, c’est vraiment passé juste…

Au niveau du plaisir ludique, je crois pouvoir dire que tous les joueurs ont
trouvé le jeu exceptionnel, avec une profondeur et une diversité
de manières de l’appréhender assez déconcertantes. Chacun
a appris à utiliser le système de jeu et la seule réelle
difficulté, comme toujours, a été de visualiser à
quoi pouvaient bien servir les fameux bâtiments mauves. C’est vrai que
pour des novices, ce point est particulièrement difficile, mais cela
n’altère en rien le plaisir ressenti. Heureusement…

Un grand jeu, décidément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 × = soixante quatre