[21/03/2002] La Guerre des Moutons

Participants
– Julie, pauvre bergère à la merci du grand méchant loup,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Cette partie de découverte de La guerre des moutons doit nous permettre de nous habituer aux mécanismes et au graphisme relativement fouillé de François Bruel.
Tirage aléatoire d’une couleur de mouton pour débuter, placement du centre du village, pioche de 4 tuiles chacun, et hop, hop, en route pour une promenade dans la forêt…

Le début de partie est lent et laborieux : interprétation des dessins, possibilités de placement, gestion du recto-verso…
Au bout de 3 tours, on se rend compte qu’un espace ne pourra jamais être rempli (forêt et village voisins). Cependant, je commets une erreur idiote que de vouloir étendre mon enclos jaune juste à côté, ce qui le condamne. Je corrige mon placement mais je me doute que Julie a deviné ma couleur… Argh…

La suite de la partie est plus rapide mais toujours aussi ardue car le nombre de tuiles disponibles est de plus en plus grand et qu’un paravent est vraiment nécessaire pour faire des essais (le creux de la main me semble absolument trop restreint pour envisager jouer sérieusement).

Je place un loup vers un enclos noir, car je pense que Julie est noir et aussi parce que je suis saturé en tuiles loups et chasseurs : 6 en 5 tours ! Il ne restera que peu de surprise pour la fin de partie…
Julie ferme alors un champ rouge avec 10 moutons, et je la soupçonne donc d’être rouge. A moins qu’elle soit bleu, puisqu’un grand enclos semble se dessiner à proximité des tuiles qu’elle joue…
Julie joue très bien car je n’ai vraiment aucune idée de sa couleur.

La fin de partie m’est fatale car je ne parviens à fermer aucun enclos jaune (Julie se chargeant de m’en empêcher), tandis que Julie se déclare bleu et qu’elle ferme un enclos bleu contenant 10 moutons. Elle abandonne dans la foulée, récupérant 6 points supplémentaires.
Il me reste environ 10 tuiles, que je vais pouvoir jouer tout seul pour tenter de faire mieux. Mais, Ô désastre, je ne pourrai pas aller très loin…

Décompte final
Julie remporte la partie avec un total de 16 points (10+6), quant à moi, je termine avec 7 points (4+3).

Débriefing
Cette partie nous a séduit. Soyons clair, il nous faudra rejouer pour bien intégrer les principes de jeux, et envisager des tactiques payantes.
En effet, j’ai eu la désagréable impression de subir le tirage des tuiles (beaucoup de loups et de chasseurs en début de partie, jamais les tuiles nécessaires pour connecter convenablement).
De plus, j’ai dû me tromper sur la configuration à construire : j’ai essayé de réaliser un enclos très large, et je m’aperçois, après en avoir discuté avec Julie, qu’il vaut mieux probablement mieux en faire un en escalier.

Je conseille ce jeu aux amateurs de Carcassonne, car même si la pose de tuiles est similaire, le jeu est fondamentalement différent : plus de difficultés pour connecter ses tuiles, mais plus de simplicité sur le calcul des points. Un jeu différent, très ludique, accessible, mais peut-être pas aux enfants de 7 ans comme indiqué sur la boîte (10 ans me semblent un minimum, ou alors ce n’est plus vraiment le même jeu : objectif secret, jouer le loup au bon moment, blocage de connexion, …).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


2 + quatre =