[21/05/2003] Formula Dé mini

Participants
– Jérôme, vroum vroum, le chauffard de service 😉
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Reçu deux jours auparavant, la petite boîte de ce Formule Dé new look ne fait pas de vieux os sur la table de jeu de la maison. Jérôme, de passage ce soir, par hasard si, si, va donc me permettre de tester ce jeu, dont je connais très bien la version classique, que j’apprécie d’ailleurs particulièrement pour la détente.


Un hallucinant début de partie : nos 4 voitures calent au démarrage
en réalisant à tour de rôle une valeur de 1, 1, 4
et 1 au dé 20 ! Incroyable, mais bien dans l’esprit du jeu finalement…


« Un, deux, trois, quatre, vais-je arriver dans ce satané
virage ? »

Le premier tour de piste se terminent bientôt
et l’une de mes voitures (la J/R) sera contrainte de s’arrêter au
stand pour se ressourcer, alors que Jérôme se comporte en
parfait gestionnaire, en ayant économisé ses points de vie
avec brio.

Le second tour marque un tournant dans la
partie, puisque ma voiture qui rivalise pour la tête (la J/B) commence
à souffrir de nombreux dégats, alors que celle de Jérôme
(la V/R) sort indemne de pratiquement toutes les situations et creuse
progressivement une avance tranquille (une ligne droite, puis un virage,
puis une autre ligne droite, …).
Ce second tour est particulièrement difficile pour moi et à
l’entame de la zone des stands, ma voiture J/B ne dispose plus que de
2 points de vie. Cruel dilmene : soit je m’arrête au stand (choix
logique vu l’état des troupes), soit je tente le tout pour le tout
en poursuivant mon effort pour rattraper la voiture de Jérôme
en tête de la course en espérant une faiblesse de sa part.
Je retiens cette seconde oportunité, certes de folie, car, en m’arrêtant,
j’aurais laissé une victoire évidente à la voiture
de Jérôme.
Ménageons un semblant de suspense et faisons preuve de bravoure
!!!


La voiture V/R de Jérôme tient un rythme insoutenable
et bénéficie de tirages insolents, mais que dire de sa voiture
V/B qui réussit à négocier des virages en cinquième
sans encombre…


Ma dernière voiture en course tente un baroud de folie et se
rapproche joliment de la voiture de tête : un petit virage d’écart…

Ma voiture poursuit son effort, courageusement,
mais les casse-moteur, très nombreux affaiblissent les troupes
et, à terme, vont certainement provoquer une nouvelle élimination,
si ce n’est pas une véritable hécatombe dans les rangs des
pilotes : la voiture V/R commence à émettre des signes de
faiblesse elle aussi.


La configuration finale du jeu : seules 2 voitures ont terminé
la course mais leur état général n’est pas glorieux
(quelques points de vie de rab, tout au plus)

Nous préparons le matériel
pour la première partie et décidons de croiser les ailerons
arrières selon les couleurs. Comme nous sommes deux à
jouer et que nous prenons 2 voitures chacun (une même écurie)
nous plaçons des ailerons de la même couleur. Jérôme
se retrouve donc avec les voitures vertes et moi les jaunes, avec des
ailerons rouges et bleus.
Je lis rapidement les règles du jeu, en m’extasiant devant la
simplification du système de dégats : seuls des jetons
de points de vie permettront de mesurer l’état des voitures.
Certainement excellent et fluide.


Jérôme découvre les affres du rétrogradage
poussé dans les virages…

Nos pilotes sont dans les starting blocks
et Jérôme est en pôle position avec sa voiture verte-rouge
(V/R), devant ma voiture jaune-bleue (J/B), sa voiture verte-bleue (V/B)
et ma voiture jaune-rouge (J/R).
4 faux-départs et enfin la partie débute vraiment avec
un ordre de classement qui ne se modifiera pas tout de suite, ce qui
est logique vu la phase nécessaire de montée en charge
des voitures. Le premier virage se négocie en seconde puis nous
enclenchons simultanément la troisième sur chacun de nos
véhicules, avant d’aborder le second virage en quatrième
pour la plupart mais en cinquième pour les plus téméraires…
A la sortie de cette courbe, ma voiture J/B vire en tête.


Deux groupes de voitures se sont constitués : la V/R de Jérôme
la J/B de Ludo le gars devant, et les deux autres en retrait à
un virage et une ligne droite de retard…


Commencer un tour de circuit dans ces conditions relève soit
de l’inconscience, soit du génie, la fin de course donnera son
verdict…

Les casse-moteur (de 1 à 4 sur un
dé 20 lorsque l’un des joueurs lance un 12 alors qu’il est en
4ème ou un 20 alors qu’il est en 5ème) se multiplient
dangereusement et j’avoue que je n’avais besoin de ce type de mésaventures
pour éprouver des difficultés à maintenir mes voitures
en course…
Ma voiture J/B va très certainement y laisser sa peau, surtout
après la perte d’un précieux point de vie lors d’un virage.

Un casse-moteur intempestif élimine
effectivement ma courageuse voiture, et je suis frustré de me
voir éjecté de la sorte. Quand même, une si belle
course-poursuite…
Dans le même temps, ma voiture J/R, ragaillardie par ses points
de vie collectés le tour précédent, entame une
remontée fantastique, allant même jusqu’à prendre
les virages en cinquième et à les dépasser de,
excusez du peu, 8 cases !
A l’aube des derniers virages du circuit, le pari paraît possible
: rattraper et coiffer sur le fil la voiture V/R de Jérôme
qui a perdu un peu de temps en voulant trop en faire (trop vite, donc
perte de points de vie, obligation de rétrograder en catastrophe
et faux rythme).


Un casse-moteur fatal qui anéantit une chevauchée mémorable
mais vaine…

Alors que la course tire à sa fin,
l’inévitable se produit : ma dernière voiture est éliminée
et Jérôme gagne la partie avec sa voiture V/R, devant sa
voiture V/B, sans pour autant que l’on joue la course jusqu’à
son terme.
Une belle course et des jets de dés incroyables !

Décompte final
Jérôme remporte cette course en cumulant 10
points (6 + 4), devant Ludo le gars avec 0 points (0 + 0).

Débriefing
Formule Dé rserve toujours des parties endiablées et cette version
allégée du jeu ne déroge pas à la règle :
– Jets de dés incroyables (4 faux-départs sur 4 quand même
!),
– Virages négociés allègrement en 5ème,
– Remontées spectaculaires,
– Prises de risques maximales (dépasser un virage de 8 cases me semblent
une marque de bravoure exemplaire…).

Le système de jetons pour les points de vie est très convaincant,
car il rend le jeu très fluide, le simplifie dans le bon sens et favorise
les coups d’éclat (il aurait été impossible de dépasser
un virage de 8 cases si les dégâts étaient localisés).

Les quelques bémols que je formulerais se situent au niveau de :
– La pauvreté tactique liée aux virages : un seul type de virage
(de valeur 1, donc un seul arrêt),
– La non-rencontre de situations dites de « blocage », avec perte de
points de vie (peut-être faut-il plus de voitures en course),
– L’impossibilité d’avoir bénéficié de l’aspiration
par manque de voitures en course certainement.

A rejouer, avec les 8 voitures prévus par la règle,
et à ressortir souvent, car… qu’est-ce qu’on se marre !!!

Une réponse à “[21/05/2003] Formula Dé mini”

  1. Bonjour,
    Grace à vous, je découvre le jeu Formula D mini et ce qui me fascine d’autant plus, c’est la possibilité de jouer avec mes enfants grâce aux points de vie simplifiés. Pourriez vous SVP me faire parvenir la règle du jeu mini car je ne la trouve nulle part.

    Je vous en serai très reconnaissant,
    Je vous remercie par avance,
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


quatre × 9 =