[21/08/2004] Igel Ärgern

Participants
– Lolive, présentateur du jeu en chef, lui qui le classe parmi ses incontournables 😉
– Romain, toujours partant pour une partie de plus,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Voici l’un des jeux les plus touchants de ma ludothèque, avec ses petits hérissons tout partout, un thème sympa et des règles variées ultra-simples. S’il n’était pas encore sorti,
c’était vraiment un mystère, que la soirée-jeux de ce soir allait dissiper…
Lolive nous explique la règle de base du jeu, puis nous attaquons une première partie dans cette configuration, avant de repartir pour une course avec l’adjonction de quelques variantes choisies par Lolive.
Lolive jouera les hérissons violets, Romain les rouges et Ludo le gars les verts.

Partie 1 :
Règle de base


La mise en place de départ doit être homogène au
maximum en hauteur…


Pas de faux départ et nos hérissons sont lancés,
avec 3 rouges, 3 violets et 2 verts dans les deux premières lignes…


On dirait que j’explique à Romain comment il faut lancer le
dé pour avoir des résultats en accord avec sa stratégie
! N’importe quoi…


Dernier tour, dernier lancer de dé de ma part : 4 ! Je vais
donc pouvoir décaler mon hérisson placé dans la colonne
5 pour le mettre en colonne 4 et le faire avancer…


Pas compliqué le jeu, n’empêche que Lolive se sent obligé
de consulter le règlement de la course, comme quoi…


Romain vient de faire avancer le hérisson
violet, étonnament si l’on se base sur sa couleur de jeu (le
rouge et il aurait pu en libérer un en faisant progresser l’un
des deux autres pions, vert ou violet, de la colonne 4)…


Vue plane du plateau, alors que nos hérissons
sont vraiment répartis sur le sol et qu’un violet et un vert
sont déjà arrivés à destination…


Ouf ! Voilà qui est fait, portant mon
total à 3 hérissons au bout, après avoir peiné
comme un fou pour faire arriver le 3ème (au moins 5 tours sans
résultat heureux et malgré un hérisson en avant
dernière case)…

Partie 2 :
Variantes n°11, 13 et 23


Seconde partie avec plusieurs ajouts de règles : le placement
de départ n’est plus homogène mais tiré au dé
(on voit le résultat !), on peut déplacer latéralement
les hérissons de n’importe qui et, cerise sur le gâteau,
on ne s’empile pas sur les hérissons placés devant soi mais
on les pousse en ligne droite…


Fataliste, Lolive se rend bien compte que ce qui devait arriver arrive
: une grosse majorité de pions se retrouve empilée sur une
case embûche proche du départ…


Les derniers instants de la partie sont assez tendus enre Romain et
moi. En effet, Lolive semble out avec ses 2 pions violets placés
à la base de la dernière case embûche et qui ne pourront
être libérés qu’à la fin…


Avec de tels aménagements de règles chaotiques, la
situation ne peut qu’être rocambolesque. Le but du jeu, quasiment,
devient de se ralentir soi-même pour ne pas tomber dans les embûches
placées trop en avant (on y reste jusqu’à ce que tous
les pions nous aient atteint)…


Et cela continue, avec des cases embûches
qui recueillent nos pauvres hérissons envoyés en éclaireurs…


Finalement, bénéficiant d’un tirage
cohérent plus tôt, je réussis à faire triompher
à nouveau l’équipe verte : Hérissons verts, l’hymne
va retentir !

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure (soit 30 minutes par
partie) – Mise en place du jeu : 5 minutes – Explication des règles :
5 minutes
Ludo le gars remporte les 2 parties, avec 6 hérissons au total, devant
Lolive et Romain, tous les deux avec 4 hérissons cumulés.

Débriefing
Tout bête mais diablement prenant, Igel Ärgern est vraiment un jeu
sympa. Tout au plus peut-on déplorer que la série de variantes
suggérées par Lolive ait générée un jeu aussi
chaotique. Mais bon, vu le nombre de variantes disponibles, il devrait y en
avoir pour tout le monde ! Et c’est bien là l’essentiel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− 5 = deux