[21/09/2002] Lumberjack

Participants
– JF, féru d’échecs et des jeux de réflexion abstraite,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Lorsque JF est arrivé ce soir, en notre salle dédiée aux plaisirs ludiques de notre demeure, il savait déjà qu’il ne repartirait pas sans avoir essayé un voire deux jeux de Ludo le gars.
Lumberjack, dans cette optique, correspond assez bien aux types de jeux susceptibles de plaire à cet homme-là :
– Réflexion basée sur un jeu abstrait,
– Simplicité des règles mais finesse des mécanismes,
– Possibilités de blocage importantes.


Lors des explications pré-partie, une fois
la tour, tendance Pise, construite…

J’expose donc à notre ami les principes de ce jeu,
en insistant surtout sur le fait que ce n’est pas un Badaboum bis, ni un jeu d’adresse. Que l’on ne s’y trompe pas, Lumberjack est avant tout un vrai jeu de réflexion, particulièrement subtil à 2 joueurs.


La configuration initiale de la tour de rondins…

Le début de partie est sympathique et assez tranquille, puisque
les décomptes lancés ne rapportent que quelques points par
ci par là. JF saisit très vite les mécanismes du
jeu et il se fait un plaisir de marquer sans me permettre de le faire.
Les tours s’enchaînent et les scores ont tendance à se différencier,
grâce à des constructions plus concentrées de ma part
(2 bâtiments seulement) et à des placements judicieux de
cimes.A la moitié de la partie, je possède environ 30 points
d’avance, ce qui est assez considérable, mais JF devrait pouvoir
refaire une partie de son retard grâce à de très lucratives
constructions qui se présentent au marquage…


La configuration finale du jeu, avec des rondins bleus à profusion…


La situation en milieu de partie m’est favorable,
mais attention à anticiper la prédominance bleue du bas
de la tour…

Lorsque la fin de partie se présente,
je mets tout en oeuvre pour construire des bâtiments à
forte connotation bleue.
Cette tactique s’avère payante, car même si JF réalise
un remontée impressionnante (son retard se resserre jusqu’à
10 points), il subit les derniers décomptes que je provoque.

Au final, l’écart n’est pas gigantesque.

Décompte final
Je remporte cette partie avec un total de 140 points contre
125 pour JF.

Débriefing
J’ai eu raison de proposer ce jeu à JF. En effet,
comme je le supposais, il a particulièrement aimé les phases de
réflexion et de blocage qui sont générées.

Lumberjack est un jeu léger, mais qui recèle de très nombreuses
finesses, qui le rendent très séduisant :
Placer une cime sur un bâtiment peut interdire à
votre adversaire un décompte qu’il envisageait et ce, même en cas
d’un marquage plus conséquent. En effet, si votre adversaire ambitionnait
de faire le trou grâce à ce décompte, vous ruinez ses espoirs
en doublant ne serait-ce que les points d’un bâtiment de hauteur 4…
– Lorsque l’on fait la course en tête, il peut être payant de marquer
le plus souvent possible, mais pour de petits gains, en espérant que
cela suffise,
– Si l’on n’a pas envie de prendre un rondin qui libérerait un rondin
intéressant pour votre adversaire, il est possible de temporiser en plaçant
une cime…

Bref, j’ai l’impression que l’on n’est pas prêt d’épuiser ce jeu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× six = 30