[22/01/2023] Peter Pan

Grande découverte aujourd’hui avec la venue de Maitena et Joris en notre demeure : Peter Pan édité par Matagot et reçu très récemment pour le plus grand bonheur de Maitena, fan absolue de ce héros et de sa ribambelle d’enfants !
Nous allons avoir affaire à un jeu coopératif de déduction, dans la droite ligne de l’Île au Trésor, du même auteur Marc Paquien, toujours chez Matagot et sorti en fin d’année 2018. Là, si on devine très aisément la filiation, force est de reconnaître que ce n’est pas du tout un reboot du jeu initial, mais bel et bien un tout nouveau jeu avec des mécanismes très différents.
Pas de semi-coop ici, pas de joueur qui doit gagner un contre tous, non non…
Mais place à de l’interaction assez géniale et incroyable entre les voisins de table, sans que cela ne rappelle du tout le draft de 7 Wonders par exemple. Non, non, rien de tout ça…

Le mieux, en fait, c’est de lire mon compte-rendu pour vous faire une idée et, pourquoi pas, tenter de l’essayer à votre tour ?

PETER PAN

Voilà un jeu PARFAIT pour Maitena qui a toujours été super méga hyper fan de Peter Pan et de son univers ! Là, avec ce jeu, elle va réaliser un de ses rêves les plus fous : se prendre pour Peter Pan !!!
Tellement accroc que c’est elle qui s’est collée à la lecture et à l’explication de la règle aujourd’hui !
Nous allons jouer à ce jeu coopératif à 5 : Maitena, Joris, Julie, Leila et moi.
Le plan de jeu représente l’Île des Enfants perdus dans laquelle 5 enfants perdus vont devoir être recherchés par nous les joueurs (on incarne chacun un personnage phare de la bande à Peter). Le Capitaine Crochet sera bel et bien présent, également, mais sous la forme de rencontres qu’on fera si l’on n’est pas assez prudent.
Pour gagner, il faudra avoir délivré 4 enfants perdus mais si nous rencontrons Crochet 5 fois nous perdons !
Chaque joueur dispose d’un plateau individuel (le mien est celui de Lily la tigresse), sur lequel est rappelé son pouvoir spécial (récupérer une carte de vision dans la défausse au lieu de la pioche une fois par tour). On y trouve aussi une jauge (en haut) en fonction de la fiabilité des visions placées là par son voisin de gauche, et, en bas une autre jauge, celle des risques de croiser Crochet si le personnage est déplacé comme attendu par le voisin de gauche. Pourquoi parle-je ainsi de son voisin de gauche ? Un peu de patience, j’y reviens de suite…
Vue rapprochée de ma carte d’aide de jeu, sachant que le pouvoir du bas ne m’est pas accessible dans la version de base des règles…
Alors, premier trip vraiment sympa : chacun pioche un étui ajouré et une carte représentant le plateau de jeu. C’est sur cet étui qu’il va indiquer, par une croix au feutre, l’endroit où il a placé l’enfant perdu qu’il va tenter de faire retrouver à son voisin de droite… Assez diabolique comme vous allez le constater !
Petite vue de mon étui ajouré : les zones noires sont inutilisables, tout comme les disques noirs, par contre les trous avec un morceau du plateau de visible indiquent que Crochet s’y trouve si ma joueuse de droite (Leila) s’y déplace ! Les zones visibles, non présentes dans les trous, permettent d’y cacher son enfant perdu ! Ça n’en fait pas beaucoup… Je vais choisir de faire ma croix dans la zone de dolmens près de mon pouce.
Chacun, en début de partie, pioche deux cartes de vision de distance et deux cartes de vision de lieu. A noter que, par la suite, les deux cartes piochées pourront être prises dans l’une ou l’autre des pioches.
Puis, chacun, simultanément, va jouer deux cartes au-dessus du plateau de son voisin de droite pour lui donner une première série d’indications de déplacement pour son personnage. Vous pouvez voir que j’aimerais que Leila déplace la Fée Clochette en direction du bateau échoué, un peu orienté en direction de la falaise. Comme je n’ai pas posé ces cartes au-dessus de la pleine main noire, ça veut aussi dire que ces informations ne sont pas parfaites…
La Fée Clochette, à droite, va-t-elle se diriger vers l’enfant perdu symbolisé par la petite croix rouge sur mon étui ? On verra bien…
Je suis premier joueur, le doyen comme ils disent dans la règle (bouhhhh…), et je déplace ma figurine de Lily la tigresse en utilisant, au départ de mon personnage, une sorte de règle de déplacement avec une fente dans laquelle j’ai glissé mon feutre effaçable pour écrire directement sur le plateau.
Voilà la position finale de ma figurine après ce premier déplacement. Si je le souhaite, je peux explorer la zone. Mais mes petits camarades, sauf Maitena puisque c’est elle qui essaie de me faire trouver son enfant perdu, m’en dissuadent… Oui, effectivement, peut-être ne pas brûler les étapes et observer un peu mieux avant de se retrouver bêtement nez à nez avec Crochet…
Au tour de Maitena de se déplacer mais, elle, elle n’hésite pas et explore ! Comme ça, sans certitude… Je crois repérer que Joris bouillonne (c’est lui qui tente de lui faire découvrir la cache de son enfant perdu)…
Ah la la… Dans le cercle tracé par Maitena autour de sa figurine de Peter Pan, il y a Crochet ! D’où la croix sur la petite piste dédiée à gauche… Et pas d’enfant perdu ! Pfff… Ça commence bien !
Joris et Julie prennent leur tour dans la foulée et c’est Leila qui termine le tour de table… Va-t-elle utiliser correctement les informations que j’ai tenté de lui transmettre ?
Fin du premier grand tour et vous pouvez voir que le personnage orange de Leila s’est considérablement rapproché de la zone des dolmens ! Sauf coup de théâtre, elle devrait trouver mon enfant perdu au tour suivant…
Le jeu est vraiment réussi et diablement original : faire chercher quelque chose à son voisin de droite n’est vraiment pas courant dans les jeux coopératifs à ma connaissance… Et ça marche super bien !
Le premier enfant perdu, que Julie avait caché sur la tête de l’oiseau, a été trouvé par Joris ! Et de un !
On fait donc une première croix sur la petite piste des enfants perdus. Ensuite, Julie va en cacher un nouveau et Joris efface tout son parcours et défausse les cartes au-dessus de son plateau. Cela veut dire qu’il va repartir en chasse et qu’un même joueur peut donc en délivrer plus d’un !
Première tentative de construction d’un campement autour du personnage noir de Joris. On a droit à deux campements pour toute la partie et Crochet est rendu inactif à l’intérieur de la zone tracée. Donc autant s’en servir dans des endroits assez fréquentés sur le plateau, non ?
Oh la la… Ça va être chaud me semble-t-il… Nous avons rencontré Crochet 3 fois et il ne nous reste plus qu’une seule fois autorisée sinon ce sera perdu ! A moins que l’on délivre encore deux enfants…
Il faut noter que, de manière assez incroyable, Leila a rencontré deux fois Crochet non loin de la zone des dolmens et que cela nous plombe… Je n’en reviens pas !
Aïe aïe aïe… Les cartes dites de tempête, qui se trouvent en-dessous des autres dans les deux pioches, sortent ! Et voici une nouvelle rencontre avec Crochet…
Si Joris pioche une nouvelle Crochet, ce sera perdu…
Mais il ne le fait pas ! Ouf…
Nous allons donc avoir droit à un dernier tour… Le plus important est que soit explorée la zone la plus propice pour délivrer un enfant perdu. C’est Julie qui commence et elle a l’air bien sûre d’elle… On n’aurait pas besoin d’attendre un autre joueur ?
Elle explore…
Et c’est gagné ! Nous avons remporté cette première partie de manière pas trop difficile reconnaissons-le, surtout si l’on n’avait pas commis quelques grossières erreurs d’explorations antérieures…
Vue finale et débriefing obligatoire en famille !
Avec les diverses règles supplémentaires, l’ajout de l’extension, la configuration à deux joueurs qui m’interpelle, … il semble qu’il va y avoir de quoi faire lors de parties futures ! Maitena et Joris devraient nous en reparler dans quelques temps. Je vous dirai…

Durée de cette partie : 2 heures – Note de cette partie : 16 / 20

Scores de cette partie :

Enfants perdus délivrés Crochet Bilan
Maitena + Joris + Julie + Leila + Ludo le gars 4/4 4/5 Victoire !

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le système jouissif de faire deviner une localisation à son voisin de droite en usant de deux jauges : une de type chaud/froid avec distance et lieux, et l’autre en fonction du risque estimé de rencontrer Crochet si son partenaire déplace sa figurine comme escompté,
– Devoir se taire et ruminer en silence quand le joueur que vous essayez de piloter semble ne rien faire comme il faudrait… 😉
– Le fait de dessiner sur le plateau, déjà présent dans l’Île au Trésor, c’est juste excellent…

– La qualité des composants proposés et les nombreux ajouts possibles pour étoffer les possibilité du jeu et le rendre plus difficile.

On a moins aimé
– Avec la règle jouée aujourd’hui, n’était-ce pas un peu trop facile ?
– Une certaine crainte que la règle ne reste pas si facilement que ça dans la tête après une pause de quelques temps…

————————————————————————————————————

2 commentaires à propos de “[22/01/2023] Peter Pan”

  1. Le plus dur c’est de se taire… de ne rien dire jusqu’à la fin de la partie, pour ne pas influencer notre joueur de droite (et ses/nos coéquipiers).

    Peter Pan, chez nous c’est tout une histoire 😉 et OUF on a vaincu Capitain’ Crochet au son du « tic tac…tic tac… » du crocodile 🐊

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


9 − = un