[22/07/2011] Toledo

Ces derniers jours, je me disais qu’il serait plutôt pas mal de ressortir les jeux de 2007, 2008 qui m’avaient plus mais auxquels je n’avais pas rejoué, surtout en raison de pléthores de jeux…
Parmi ceux-ci, un certain Toledo wallacien, un jeu que j’avais trouvé bien futé lors de ma première et unique partie et auquel j’avais particulièrement envie de revenir. En plus,
l’avantage énorme de ce jeu, c’est que sa règle se lit en deux cuillères à pot et qu’elle est limpide. Vraiment limpide. Du coup, enfin, en ce vendredi de vacances, je le propose à mes enfants, lesquels vont beaucoup l’apprécier. Je m’y attendais…. Et en plus, ils vont jouer à leur premier Wallace !

 

TOLEDO :

 

 


On ne peut pas dire que la boîte soit très esthétique, avec son forgeron pour le moins horrible. Heureusement que le contenu de la boîte est de toute beauté et que le jeu s’avère
très bon…

Nos personnages sont tous regroupés à la Cathédrale, parés pour rallier le palais de l’Alcazar après avoir sinué dans les rues de Tolède, à la recherche de métal pour forger de
belles épées et de pierres précieuses pour les sertir…

A son tour, on ne réalise qu’une seule action : poser une boutique, faire avancer des personnages, prendre deux cartes d’argent ou replacer un de ses pions à la Cathédrale. Après le
premier tour, on voit que Maitena a fait avancer un personnage sur la boutique verte que je viens de poser (elle m’a payé 1 pièce pour avoir le droit de récolter un métal), alors
que Tristan a avancé un de ses pions jusqu’à la première taverne (en payant 1 pièce à la banque) et qu’il a pris 3 cartes d’argent de la pioche…

Petit exemple d’enchaînement de coups. Je joue une carte 1 pour faire avancer un pion sur ma première boutique et récupérer la tuile de déplacement (celle-ci me permet de jouer une
carte de valeur différente et une seule en plus d’une série de même valeur). Ensuite, je joue une carte de valeur 4 pour faire avancer ce même pion jusqu’à la taverne et je paie 1
pièce à la banque pour piocher 3 cartes. Enfin, je rejoue une carte de valeur 1 pour placer un autre pion sur ma première boutique et prendre la tuile de duel marron…

C’est assez étonnant de voir que l’on ne place pas tellement de boutiques que ça dès les premiers tours de jeu…

Tristan forge la première épée de cette partie, de valeur potentielle 4 PV, en défaussant 1 barre de métal et 1 pierre précieuse…

A ce moment du jeu, Maitena a placé 4 boutiques, Tristan 5 et moi-même 4. A noter que j’ai accéléré le mouvement pour récupérer la peinture de plus forte valeur (3 PV) auprès de
l’artiste de la deuxième ligne. Quel jeu de course !

Tristan livre son épée au palais et est certain, maintenant, d’avoir acquis ses fameux 4 PV qu’il espérait. A noter que Maitena et moi attendons avant de forger car plus nous
utiliserons de métal et de pierres précieuses, plus l’épée sera belle et rapportera de PV…

Les trois derniers emplacements de boutiques ont été remplis par Maitena et moi-même (X2). Une action de moins de disponible à son tour de jeu…

Après que j’ai forgé une épée de 8 PV (2 métaux + 2 pierres), Maitena a réalisé le plus ouvrage de la partie sous la forme de cette splendide épée de valeur potentielle 15 PV…

Maitena nous gratifie d’une vue de sa main de cartes alors qu’elle savoure d’avoir obtenu pas moins de quatre cartes 1 successives, bien pratiques pour en jouer plusieurs à son tour
de jeu…

Je réalise cette photo car je sais que je vais clôturer la partie sur ce tour de jeu, au nez et à la barbe de mes gones, lesquels ne voyaient pas forcément le coup venir (je n’ai,
pour le moment, qu’une seule épée livrée au palais)…

Je joue une carte 6 pour rallier le palais avec ma deuxième épée de valeur 8 PV. Ensuite, je joue une carte 1 pour rallier le palais avec un troisième personnage mais sans épée !
Enfin, je rejoue une carte de valeur 1 pour faire avancer un personnage de la cathédrale sur ma première boutique et échanger, ainsi, ma tuile de déplacement (qui m’aurait fait
perdre 2 PV) contre une tuile jaune…

Vue générale des positions de chacun après que j’ai clôt cette partie mais avant que Tristan et Maitena aient pris leur dernier tour de jeu, lors duquel ils ne pourront pas faire
grand chose (Maitena réussira à grapiller 1 PV en forgeant une ultime épée de valeur 2 PV sans pouvoir la livrer, Tristan piochera deux cartes)…

Et la vue générale finale…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’incroyable fluidité
et rapidité des tours de jeu, que je ne retrouve vraiment que dans un Mac Gerdts avec sa fameuse roue,
– Le système très original de la pose de boutiques à son tour, créant ainsi collectivement le plateau,
– La rapidité de la partie, sans pour autant que le jeu soit uniquement tactique,
– Le système de combat, bien trouvé, avec un petit côté escarmouche qui convient bien,
– Le look des composants du jeu (excepté la boîte).

 

On a moins aimé
– ?

 

Scores de la partie : 

 

Epées livrées Epées non livrées Pierres Peintures Tuile de dép. Total
Maitena (bleu) 15 1 0 0 0 16
Tristan (jaune) 7 0 0 2 0 9
Ludo le gars (vert) 16 0 0 5 0 21

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 1 heure et 10 minutes

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ quatre = 7