[22/08/2013] Le Lièvre et la Tortue

Parmi les jeux non joués depuis un grand moment et qui méritent d’être présentés à Tristan et Maitena, en tant que grands anciens des jeux incontournables à connaître, figure Le Lièvre et la Tortue, un jeu de course auquel j’ai beaucoup joué en 2002 surtout et qui était tombé un peu en désuétude depuis. La faute ? En partie à mon ami Jacques, lequel, à force de le sortir à tout bout de champ et de le faire jouer à n’importe quelle thématique, en avait fini par me dégoûter de le présenter à mon tour ! C’est chose faite ce soir, et plutôt bien fait, puisque Tristan notamment a adoré le jeu…

LE LIEVRE ET LA TORTUE :


Tous les lièvres sont sur la ligne de départ, prêts à en découdre sur une course où la carotte est le combustible utilisée, où 3 salades devront être consommées avant l’arrivée et où plus on avance vite d’un coup plus on paie de carottes. Tristan joue le jaune, Sophie l’orange, Maitena le bleu, Julie le rouge et moi-même le vert…

Voici le visuel de mes deux boîtes, sachant que ce soir nous jouons avec la version trotue et non hérisson. Au-delà de son look on ne peut plus enfantin, ce jeu est vraiment retors et oblige à d’incessants calculs, surtout en deuxième partie de course, pour terminer comme il faut, c’est-à-dire sans excéder le quota de carottes autorisées…

La partie est bien sympa et c’est un plaisir de revenir à ce jeu, notamment pour Sophie qui était plus jeune que Maitena aujourd’hui quand elle y jouait avec nous (exemple ici)…

Fin de premier tour et, déjà, on me chicane en m’empêchant d’être troisième au moment où je m’apprête à repartir…

Les tours s’enchaînent assez vite, ce qui est bien agréable, avec Maitena et Julie qui surfent comme des dingues sur les cases de lièvres…

Ecartement des positions, avec Julie qui semble bien installée en tête et moi-même à la traîne. Mais, bien sûr, tout le monde sait très bien que a ne veut rien dire et que l’essentiel est ailleurs, notamment dans sa consommation de salades et sa capacité à remonter rapidement les positions des autres joueurs…

Ah, pour une fois que je m’arrête sur une case lièvre (je ne pouvais que difficilement aller au-delà du pion orange comme en atteste la photo), je suis assez content : je récupère mes 45 carottes jouées…

Je me rapproche à grandes enjambées (de lièvre) de la case d’arrivée, sachant que je commence à compter mes carottes depuis un tour ou deux. Avant, je me la jouais fun…

Julie abat ses carottes, alors que son pion semble n’avoir pas beaucoup bougé depuis trois ou quatre tours. En panne de carottes Madame ?

Mon stock de carottes s’élève à 28 unités, ce qui, pour tout bon expert du jeu, correspond précisément à une progression possible de 7 cases. Et je suis à combien de cases de l’arrivée ?

7 cases ! Bingo, je termine la course premier avec un résidu de 0 carotte…

La lutte est âpre pour les places suivantes et Sophie et Julie se classent deuxième et troisième…

Tristan et Maitena en décousent pour ne pas finir dernier…

Mais comme il en faut un, ce sera Maitena…
Bilan synthétique :On a aimé
– Le système de course à base de carottes, avec une consommation qui croît en fonction du nombre de cases. Jouissif !
– Le fun généré par le jeu, même si on est obligé de calculer et que cela peut en freiner certains (pas ce soir je crois, sauf peut-être Julie),
– Les crasses qu’on peut se faire, avec les cases de rang surtout.
On a moins aimé
– La durée qui peut s’éterniser si on réfléchit trop, mais pas ce soir, ouf !
Scores de la partie :  

Position
Tristan (jaune) 4ème
Sophie (orange) 2ème
Maitena (bleu) 5ème
Julie (rouge) 3ème
Ludo le gars (vert) 1er

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 − = cinq