[22/11/2002] Mimikry

Participants
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Julie n’étant pas trop d’attaque en ce moment pour pratiquer les jeux de société, je me résous à jouer seul, et il est clair que tester Mimikry peut, dès lors, se révéler un choix judicieux : jouable en solitaire et parties courtes.

Je lis les règles en quelques minutes (2 courtes pages !) et je
procède à la mise en place initiale de ce petit jeu qui
fait irrésistiblement penser au bien connu Solitaire. Il est intéressant de savoir que les 3 emplacements libres au départ le sont au choix du joueur, et qu’à priori cela peut influer sur le déroulement du jeu. En ce qui me concerne, je décide de laisser libres 3 cases assez distantes et hors bord du plateau.


La configuration initiale du plateau (on distingue les 3 cases laissées
libres) …


Une vue rapprochée du plateau de jeu (les pièces retournées
sont éliminées)…

La partie est sympathique avec des instants d’anticipation
assez remarquables : je dois déplacer cette pièce car elle
n’a plus qu’une possibilité, mais pour ce faire je dois d’abord
déplacer celle-ci, qui elle-même ne pourra le faire qu’après
mouvement de telle autre, etc, etc…
Cela s’avère plaisant et la partie se déroule assez vite.
Je me prends au jeu et je ne suis pas loin de clore la partie avec un
résidu nul de pièces…


La configuration finale du plateau : une seule pièce n’aura
pas été retournée !


Le jeu Mimikry en cours de mise en place…

Avant même le début de cette
partie, je m’interroge sur l’éventuelle richesse de ce jeu, car
je soupçonne qu’un simple enchaînement logique de déplacements doit mener à l’élimination de toutes ses pièces.
Par exemple, les pièces situées sur la ligne 1 du haut
ne peuvent mourir que sur la ligne juste en dessous. La ligne 4 ne peut mourir que sur la dernière ligne du plateau. Je commence donc à me constituer un petit tableau résumant cette situation lorsque… je me rends compte de la possibilité de faire mourir ses pièces sur leur ligne de départ ! Damned, cela complique les choses, et, en même temps, rend le jeu plus tactique…


La situation en milieu de partie (en haut, on aperçoit ma
feuille de réflexion)…


La situation du plateau où l’on se rend bien compte de l’impossibilité
mathématique d’éliminer toutes ses pièces…

Décompte final
Je termine la partie avec un résidu d’une seule pièce
: peu et beaucoup à la fois !

Débriefing
Cette partie de Mimikry m’a permis de découvrir une variante du Solitaire plus originale, mais qui ne va pas beaucoup plus loin que son illustre ancêtre.

J’ai apprécié le côté anticipation et gestion de ses déplacements, mais j’ai souffert du côté froid du jeu et de la répétitivité des actions.
Le thème, quant à lui, est parfaitement hors jeu : en quoi des
coquillages doivent-ils se faire retourner pour mener à la victoire ???
Certes, le matériel en bois est joli et les pièces sont très
agréables à manipuler, mais pourquoi plaquer un thème pareil
sur un jeu éminemment abstrait ?

Un jeu sympa, sans plus,
que je devrais ressortir de temps à autre, non pas forcément pour
jouer, mais peut-être pour en analyser les possibilités mathématiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 5 = cinq