[22/11/2008] Mow, Dicke Kartoffeln, Gipsy King X 2, Basari

Notre thématique trimestrielle ludophile s’est déroulée ce samedi 22 novembre à Villefranche sur Saône. Le thème retenu : « Peace & Love » était là pour nous inciter à jouer à des jeux bucoliques, paisibles, baignant dans l’agriculture et fleurant bon la campagne… En ce qui me concerne, c’est pas moins de 5 parties, de 4 jeux différents, qui ont occupé ma journée :
Mow : le nouveau petit jeu de Bruno Cathala, un jeu vache,
Dicke Kartoffeln : un ancêtre des jeux de gestion, créé en 1989 par le couple Doris Mathaus et Frank Nestel,
Gipsy King : le meilleur jeu de Corné Van Moorsel, et de loin, un petit bijou d’évidence, d’élégance et de fluidité (un Mac Gerdts en 30 minutes),
Basari : le jeu de commerce, de bluff et de négociation par excellence. Très bon !
Une excellente journée, que je vous relate ci-après…

MOW :

 


Dédicacée par l’illustratrice, ma boîte de Mow tient dans la poche et attire l’oeil (le jeu, hein, pas ma poche). Ce jeu, dans la lignée de 6 qui prend, demande de jouer une carte,
à son tour, soit plus petite que la plus petite du troupeau, soit plus grande que la plus grande. Lorsqu’on ne peut pas (ou ne veut pas, parce que des fois ça sert), on empoche le
troupeau…

L’idée est de se débarasser de ses cartes comportant le plus de mouches, tout en ramassant les troupeaux en ayant également le moins. Ici, ma main de départ de la première manche,
avec 3 cartes normales (1, 6 et 14) et 2 cartes spéciales (7 et 9). Ces dernières peuvent être placées sur des cartes de même valeur déjà jouées…

Oh, le magnifique troupeau constitué de 11 cartes vaches (l’une d’elles se trouve sous le 7 spécial) ! Pas moins de 25 mouches pour l’heureux bénéficiaire…

Et dans le rôle du chanceux de service, j’ai nommé Franck, qui empoche là un bien beau butin, sous les yeux de Marc…

Nouveau troupeau, court cette fois (avec seulement 6 cartes), mais encore une fois riche en mouches…

Il a la gagne en lui le père Franck… A moins que ce ne soit la guigne…

Bonne ambiance et jeu éminemment sympathique, invitant à de sacrés coups vicieux (notamment l’effet retour lorsqu’on une joue une carte spéciale et qu’on décide d’inverser l’ordre
du tour)…

Certaines cartes spéciales sont particulièrement dures à placer. Ici, avec mes deux cartes d’insertion, je couine un peu, puisque, pour les jouer, il faudra qu’il existe deux fois
un espace d’une carte entre deux cartes jouées. Sinon, je me les garderai et j’encaisserai 10 mouches…

Ca se marre, ça rigole, et c’est bien tendu ! Comme le jeu s’achèvera dès qu’un joueur totalisera 100 points, on tente d’éviter que ce soti Marc qui empoche lors de la 5ème manche,
car il est déjà à 93 et qu’à ce moment-là, Sylvain dispose de 26 points d’avance sur le second…

Oulhala que cette ultime manche est cruciale ! Sylvain encaisse la bagatelle de 39 points, alors que Marc empoche 16 poinst fatidiques. Contre toute attente, le vainqueur ne sera
finalement pas le père Sylvain…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le système de jeu, très simple et bigrement efficace,
– Le look des cartes, super mignon,
– Les coups vicieux que le jeu propose : inversion de l’ordre du tour, jeu de cartes très espacées, cartes spéciales variées mais prévisibles, …
– Le fun généré par le jeu, surtout pour un jeu qui tient dans la poche et qui semble plaire à tous
.

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

  Manche 1 Manche 2 Manche 3 Manche 4 Manche 5 Total
Charles 0 25 10 21 3 59
Lucarty 25 2 1 0 39 67
Marc 11 21 23 39 16 109
Franck 32 5 8 9 7 61
Ludo le gars 6 17 32 3 9 67

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

———————————————————————————————————————————————– 

 

DICKE KARTOFFELN :

 


Non joué de par chez nous depuis 5 grosses années, ce jeu de culture de pomme de terre, conçu il y a près de 20 ans par Doris & Frank, est ce qu’on peut appeler un gros jeu de
gestion et de bourse, qui n’a pas vieilli d’un iota, si l’on excepte le matériel un peu désuet et à l’ancienne (marqueurs cartonnés très nombreux et tableaux dans tous les sens)…

« Cool man ! J’suis cooooool !  » semble nous dire Sylvain qui a revêtu ses plus beaux apparats pour cette thématique très hippie. Ce jeu, nettement plus froid et calculatoire que
fun et relaxant, se marie à la thématique grâce à son thème. Ouf ! Pour un peu on tapait à côté…

Chacun d’entre nous possède une exploitation agricole dans laquelle il va gérer au mieux ses 5 champs, en y plantant des pommes de terre ou en les mettant en jachère. Beaucoup de
phases se déroulent de manière simultanée sur une fiche de gestion (que j’ai francisée ici) avec mise en
oeuvre dans la foulée sur nos exploitations…

Le début de partie est très très tendue et nous oblige à prendre emprunt sur emprunt pour pouvoir pallier l’ensemble des dépenses requises : compost, labours, plantation, engrais,
récolte, vente… Tiens, en parlant de vente, sacehz qu’il y a un système de bourse très sophistiquée qui nous est proposé ( target= »_blank »>francisé par mes soins ici)…

Petite vue générale alors que nous achevons notre première année agricole, sur les 6 que comporte la partie, et nous nous régalons en cultivant des Amalie, Biola et autre Chris (nos
3 variétés de patates)…

Nous attaquons la seconde année et nous faisons chauffer les neurones pour bien planifier ce que nous allons faire. A noter que notre première année aura présenté l’intérêt de nous
voir partir sur des bases assez différentes, Sylvain cultivant 5 champs, votre serviteur 3 et Franck 2…

Petite vue rapprochée de ma fiche de gestion alors que nous terminons notre deuxième année représentée par la 2ème « grosse » ligne sur ma fiche. On voit que j’ai déplacé un ver du
champ 1 et un ver du champ 2 vers mon tas de compost 1, puis que j’ai planté des Amalies dans mon champ 1 avec engrais et des Biolas dans mon champ 4 sans engrais. Ensuite, j’ai
récolté puis vendu en vente normale (jaune) 2 unités d’Amalie et 1 unité de Biola. Le montant de chaque vente est indiqué sur la droite sous la forme de 240X2 pour l’Amalie et 200X1
pour la Biola (les 240 et 200 étant les cours de bourse respectifs à ce moment-là). Enfin, j’ai déplacé 5 vers de mon tas de compost 2 vers mon champ 1 et 3 vers mon champ 4. Je
vous épargen le calcul des frais associés à tout ça ainsi que les diverses pertes de vers et autres marqueurs…

Voici donc mon exploitation, telle qu’elle apparaît juste avant que je déplace mes vers du tas de compost 2 vers mes champs 1 et 4. Vous n’aurez pas occulté de voir la présence
d’une splendide tête de mort sur mon champ 1, en raison de la présence d’engrais dans ce champ ce tour-ci. Pour revenir à une agriculture raisonnée et écologique, je vais ramer
pendant les 4 dernières années de cette partie sur ce seul champ 4. En revanche, avec la présence de 3 tournesols sur chacun des 4 autres champs, je vais d’ores et déjà pouvoir
proposer de la culture bio, laquelle permet, souvent mais pas toujours et cela dépend des choix des autres joueurs, de récolter de meilleurs profits (même si les productions sont
moindres sans engrais)…

Fin de deuxième année et nous faisons une pause de deux heures pour souper. Pour info, sachez que nous tournons à la vitesse assez correcte d’une année par demi-heure, ce qui nous
laisse penser qu’on en aura encore pour deux heures après le repas…

Ah, ça y est, je commence à démarrer au niveau rentrée d’argent : je cultive pas moins de 3 champs et réussis de très jolies ventes (12 unités de patates en tout) pour un gain de
2200…

Nous sommes donc à mi-partie et Franck nous atomise par son développement absolument parfait : il est à 5 vers et 3 tournesols dans chaque champ( le maximum absolu) et il a tous les
voyants au vert : il est le premier en économie (critère 1) et le premier en écologie (critère 2). Sincèrement, nous ne voyons pas comment revenir sur lui s’il ne commet aucune
erreur : on ne peut pas s’attaquer directement et seuls les cours de la bourse sont sujets à fluctuation…

Explication d’illustration : voici la bourse de la pomme de terre, variété par variété, avec le marqueur jaune pour les ventes normales et le bleu pour le bio. Par exemple, en
l’état, le cours de la Biola est de 200 en normal et de 220 en bio, mais si nous produisons plus de 2 unités normales, celle-ci dépasseront la demande (actuellement à 2), ce qui
fera baisser les cours. Pour la suite, la demande et le cour seront calqués sur l’offre précédente…

Pour tenter de revenir sur Franck, je prends le risque de ne cultiver qu’un seul champ à l’année 4 afin d’avoir un maximum de vers et des frais au plus bas pour attaquer les deux
dernières années. Ici, à l’année 5, on voit que je tente des productions de fou : 4 champs cultivés, dont 2 en Amalie et 2 en Biola. Reste à voir la production et les gains
financiers associés…

Je peux vous dire que là, je vais scorer avec mes 5 vers dans chaque champ cultivé. A noter qu’il manque 1 tournesol dans le champ n°1, lequel devrait in-extremis revenir à un champ
de qualité (2 tournesols + 3 vers minimum) juste avant le décompte final…

Là, c’est une vue de la fin de partie, une fois la 6ème année déroulée. Pour les gains emmagasinés lors des deux dernières années, j’ai effectivement tout fait péter : 2940 en fin
d’année 5 et 2220 en fin d’année 6. Ca va aider pour le score économique…

L’exploitation agricole de Franck, une fois la partie achevée : il n’a que des champs de qualité, un compost regorgeant de vers et possède un capital important…

L’exploitation de Sylvain, une fois la partie terminée. Comment dire… Je crois qu’il a laissé filer la partie en cours de 3ème année, se désintéressant du jeu, malheureusement,
et essayant de sabrer au mieux ses champs. Dommage. En même temps, c’est clair que la froideur de ce jeu et son sytème très sec et calculatoire ne pardonnent pas. On ne rigole pas
vraiment autour de Dicke Kartoffeln…


Mon exploitation une fois la partie achevée. J’ai beaucoup vendu de vers à la banque, issus de mon compost 2, afin de faire rentrer encore de l’argent frais, sachant que mes 5
champs sont tous de qualité. J’avais bien calculé mon coup : si je termine 1er de l’économie alors que je peux finir second en écologie, cela ne m’empêchera pas de remporter la
partie car l’économie est légèrement favorisée par rapport à l’écologie…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le rendu de cette simulation : on s’y croirait, voire même on a l’impression de travailler !
– Les choix simultanés obligeant à planifier et calculant et en essayant de deviner ce que feront les autres,
– Le rythme à trouver entre le compost
, les ventes et la jachère, pas si simple et si important pour optimiser ses gains,
– Le côté gestion qui n’a pas vieilli depuis toutes ces années…

On a moins aimé
– L’aspect sec et très froid du jeu,
– La martingale qu’on voit poindre (sans les cartes événements) car je reste persuadé que Franck n’aurait jamais dû être rejoint,
– L’impossibilité de cibler une attaque sur un joueur,
– Les retards qui semblent non compensables après un départ raté ou quelques erreurs intermédiaires.

Scores de la partie :

 

  Score économique Score écologique Points économiques Points écologiques Total
Franck 4160
2680 de fonds
200 de champs
1250 de vers
67
51 de vers
16 de compost
30 de tournesols
25 de champs
-55
4 (2ème) 4 (1er) 8
Lucarty -500
300 de fonds
-1000 de dettes
200 de vers
-73
12 de vers
-30 de champs
-55
3 (3ème) 0 (disq.) 3
Ludo le gars 4550
3500 de fonds
200 de champs
850 de vers
49
51 de vers
28 de tournesols
25 de champs
-55
6 (1er) 3 (2ème) 9

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 3 heures

———————————————————————————————————————————————– 

 

 

GIPSY KING X 2 :

 


Ah.. Ca c’est du jeu vers lequel je voulais revenir, après ma très prometteuse partie, quoique un peu rocambolesque, partie jouée lors du Festival des Jeux de Cannes au printemps
2008. Je l’ai acheté à Essen 2008 et je crois bien que je ne vais pas regretter mon achat. Ici, au premier plan, on voit l’ordre du tour pour la première phase de la partie : Ludo
(marron), puis Franck (jaune), puis Thibault (orange) et enfin Fabien (violet), alors que derrière, l’ordre inversé, sera celui de la phase 2….

Constitué de 15 tuiles aléatoirement placées, chacune comportant forcément une zone d’eau numérotée (de 1 à 15 donc) et 2 ou 3 cases de prairie, le plateau modulaire est on ne
peut plus séduisant : on doit pouvoir en faire des parties variées sur ce jeu…

D’une magistrale fluidité, le tour de jeu d’un joueur consiste en le placement d’une caravane sur le plateau, autour de la zone d’eau numérotée active (le plus bas numéro encore
accessible). Si le joueur préfère, il peut passer et ne posera plus aucune caravane autour de cette zone d’eau, mais il sera bien placé, dans l’ordre du tour, pour le numéro
suivant. Ici, par exemple, sur la droite, on voit que le marqueur jaune est légèrement décalé, indiquant que Franck a passé et qu’il se réserve donc pour le numéro suivant…

Ce qui est le plus séduisant dans ce jeu, c’est cette propension à faire cogiter en quelques secondes sur la pertinence ou non de passer. On hésite sans cesse, tiraillé entre
l’obligation de placer beaucoup de caravanes pour constituer de gros contingents et celle de pouvoir être premier pour occuper les meilleures places pour le numéro à venir. En plus,
avec les poissons présents dans certains lacs et qu’ils convient de surveiller avec ses caravanes adjacentes, on a affaire là à un aspect de majorité pas désagréable du tout…

Fin de la première phase et le premier décompte va avoir lieu. Quelques points seront accordés au(x) joueur(s) possédant le plus de caravanes autour des lacs à poissons, puis de
nombreux points seront accordés en fonction des groupes de caravanes constitués sur le plateau…

Petite vue des scores après ce décompte : j’ai 4 points d’avance sur jaune et violet et 8 sur orange. En bas, vous pouvez voir le mode de calcul des points pour les groupes de
caravanes…

Après que nous avons débarassé le plateau de nos caravanes, la seconde phase démarre à l’envers, tant au niveau de l’ordre du tour que des numéros : on part du 15 et on terminera
par le 1…

Une grosse partie de l’intérêt du jeu réside aussi, en tout cas à 4 joueurs, dans les échanges verbaux entre les joueurs, lesquels ont toujours envie que ce soit un autre qui se
sacrifie pour en gêner un « bien mieux placé, bien entendu ! »…

Fin de partie très très plaisante et extrêmement addictive : on tout de suite, tous les 4, envie de remettre le couvert ! Super ça…

Pour la seconde partie de la soirée, nous modifions la configuration du plateau et nous optons sur un grand lac contenant deux groupes de poissons. Autour de celui-ci, le joueur
majoritaire encaissera le plus gros groupe (4) et le second le plus petit (2)…

Oulhala que c’est tendu et que c’est bon ! Franchement, cela faisait bien longtemps que je n’étais pas autant tombé amoureux d’un jeu de moins de 30 minutes ! Un excellent jeu,
ultra-fluide et ultra-agréable, avec une règle qui tient en 3 lignes…

On prend tous un plaisir fou à pratiquer ce jeu, et si Thibault et Fabien semblent songeurs et / ou ricaneurs, c’est certainement parce qu’ils voient déjà les bons coups à
venir…

Oh la belle majorité inutile autour de ce lac : nous marquerons tous les points, à savoir 3 (car 3 poissons)…

Fin de la première phase de la seconde partie de la soirée. Là, je me prends une belle rouste, avec un retard de 6 points sur mes adversaires, tous regroupés sur la case 25…

Je tente un démarrage de folie lors du début de seconde phase, avec le placement direct d’une double-caravanes (seulement autorisé deux fois par joueur lors de cette phase), en
bordure du lac 15, espérant constituer un grand roupe de caravanes dans cette zone (ma seule solution pour revenir sur mes adversaires)…

Ah… Je vais y arriver avec mes caravanes dans cette zone : ma dernière double-caravanes contre le lac n°12, alors que nous venons de terminer le n°13. J’en suis à 5 caravanes
connectées et je sais que cela devrait me rapporter un max de points, surtout si je parviens à étendre tout ça au centre, vers le n°11 par exemple…

Là, ça négocie sec entre les joueurs, ou plutôt c’est à celui qui saura se dévouer le moins souvent pour la cause commune, et à ce petit jeu, juste sur ce coup-là, c’est bien Franck
qui est contraint de s’y coller, alors que Thibault jubile…

Fin de partie et mon fameux groupe de caravanes se terminera à 7 unités, ce qui me permet de marquer 28 points rien que par lui. Sera-ce suffisant ?
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’élégance et la fluidité hallucinante pour un jeu ultra-agréable : une certaine et si rare évidence !
– La modularité du plateau, proposant ainsi des configurations infinies,
– L’excellente ambiance autour de la table, avec son lot de discussions sans fin, que j’aime toujours autant,
– Le très probable aussi subtil équilibre à 2, 3 ou 5 joueurs qu’à 4. Miam de chez miam miam !

On a moins aimé
– L’avoir occulté à Essen 2007 et donc ne pas l’avoir primé dans mon Top Jeux 2007 🙂

Scores de la partie :

 

Manche 1 :

  Poissons phase 1 Groupes phase 1 Poissons phase 2 Groupes phase 2 Total
Thibault (orange) 6 13 1 25 45
Fabien (violet) 6 17 4 17 44
Franck (jaune) 3 20 7 19 49
Ludo le gars (marron) 8 19 10 19 56

 

Manche 2 :

  Poissons phase 1 Groupes phase 1 Poissons phase 2 Groupes phase 2 Total
Thibault (orange) 6 19 3 23 51
Fabien (violet) 9 16 8 21 54
Franck (jaune) 6 19 3 18 46
Ludo le gars (marron) 7 12 4 32 55

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 20 / 20


Durée de la partie : 30 minutes par manche

———————————————————————————————————————————————– 

 

 

 

BASARI :

 


Ultime partie de Basari, un jeu de commerce où chacun tente de maximiser son score, en tentant de réaliser ses actions tout seul, ou de bien négocier avec le joueur avec lequel il
est conflit…

Fin de première manche sur 4 et je vais empocher beaucoup de points grâce à mes majorités dans 3 couleurs de pierres sur 4…

C’est bien beau d’être majoritaire mais on y perd des pierres (défausse de 3 si tout seul, de 2 sinon). Bien plaisant, ce jeu nous permet de terminer tranquillement notre grande
journée…

Et vas-y que ça négocie pour la réalisation de l’action…

Fabien (noir) et moi (marron) ayons rejoint notre disque repère sur la piste de parcours, nous terminons donc la deuxième manche et empochons 10 points de bonus au passage…

A mon tour de négocier avec Franck pour la réaliser d’une action de collecte de pierres précieuses. Quelle est la vraie valeur d’une action ?

Blindé sur les rouges, je sais que cela me garantit 14 PV sur cette couleur, à moins que je la cède à Fabien, le moins dangereux au score, mais que je récupère, par le jeu des
négociations et des actions, l’une des majorités de Franck…

Fin de partie et je la remporte au prix d’une mémorable négociation avec Fabien, alors que Franck s’en mord les doigts de n’avoir pas pu en faire partie…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La très grande pureté du jeu, entre bluff et négociation, le tout matiné de coups vicieux à concocter aux petits copains,
– Le look du jeu, avec son plateau, ses pierreries et ses pions,
– La rapidité des parties.

 

On a moins aimé
– ?

Scores de la partie :

 

  Manche 1 Manche 2 Manche 3 Total
Fabien (noir) 21 28 33 82
Franck (beige) 21 49 31 101
Ludo le gars 51 35 29 115

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 45 minutes

———————————————–

3 commentaires à propos de “[22/11/2008] Mow, Dicke Kartoffeln, Gipsy King X 2, Basari”

  1. J’ai posé la question sur le forum, à priori ce serait une variante. C’est vrai que l’exemple donne l’impression d’être obligé de n’avoir qu’un écart d’une carte mais ce n’est pas le cas.

    En tout cas, bonne continuation avec ce blog que je prends toujours beaucoup de plaisir à lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


sept × 7 =