[22/12/2009] Last Train to Wensleydale, Palais Royal

L’un des derniers jeux de Martin Wallace est enfin sorti sur notre table ludique à l’occasion de deux journées ludiques passées chez Franck. Le jeu, Last Train to Wensleydale, est celui qui a reçu le meilleur accueil parmi ses pléthores de nouveaux jeux, tous plus réussis les uns que les autres. Ici, la règle est touffue, le matériel attractif (j’adore le look un peu spécial du plateau) et les mécanismes assez novateurs (quatre pistes d’influence différentes pour 3 ordres du tour différents !). Attention, c’est un gros jeu…
Ensuite, pour se reposer les neurones, nous avons terminé la soirée autour d’un Palais Royal, un jeu bien dynamique et bien tendu, dans lequel il faut faire preuve de finesse tactique, au contraire du premier jeu où c’était la stratégie qui était requise…

LAST TRAIN TO WENSLEYDALE :


Du pur jeu de train à la Wallace… Sans rails, ceci dit, juste avec des bâtonnets de bois en guise de tronçons et des cubes de marchandises (blancs pour la pierre, orange pour le
fromage) à livrer, ainsi que des passagers rouges ou verts, désireux de rallier une ville de la même couleur. A noter la présence d’opposants au développement du réseau ferroviaire,
matérialisée par les personnages blancs…

Pour la mise en place, on commence par déposer deux cubes par région, aléatoirement, puis on va retirer ceux qui ne doivent pas s’y trouver : les cubes blancs dans les plaines et
les oranges dans les collines. Ensuite, on placera des passagers (verts ou rouges) ou des opposants, sur chaque ville du plateau (disques ou carrés noirs). C’est donc un jeu à
information complète auquel nous allons avoir affaire…

Voici donc la mise en place réelle, une fois terminée cette phase de pose d’éléments variés. A noter la zone en bas à gauche, constituée de 8 cases avec des jetons colorés dessus (3
dessinés + 1 ajouté sur la ligne supérieure, 2 + 1 sur la ligne inférieure). Ces jetons seront acquis aux enchères, comme nous le verrons, et permettrons de modifier la position des
joueurs sur les pistes d’influence du dessus et les 3 ordres du tour associés…

Voici ce que cela donne après la phase d’enchères du premier tour (sur les 4 constituant la partie). Chacun a acquis le contenu d’une case par ligne (classique mais non imposé) et
on a reporté les jetons sur les pistes du dessus (une case par jeton). Le truc, c’est que les cases sont décomptées de la 1 à la 8 et qu’il vaut mieux être en haut des piles (ordre
du tour lié à cette position). Donc on mise parfois plus pour le n° de la case que pour le contenu…

Je viens de réaliser mes constructions (noir), juste après que Lucarty a fait les siennes (bleu) dans une zone très convoitée car rentable d’ores et déjà et probablement lucrative à
moyen terme et gage d’avenir…

Nous avons tous construits et on voit que Franck, en jaune, est déjà en train de me chicaner au sud, alors que Jacques, en violet, s’est installé plus paisiblement au sud-ouest…

Belle partie avec des joueurs motivés en plein après-midi pour ce gros jeu. Nous sommes en train (ah, ah, ah…) de procéder à la location de trains pour convoyer nos marchandises
et passagers, ce qui ne semble pas si ardu que ça sur cette partie…

Voici comment se sont déroulés les convoiements, avec la couleur des locomotives correspondant aux joueurs et les marchandises et passagers installés dans les wagons. Un seul
conflit avec Franck pour un morceau de fromage. Rien de bien terrible…

Ensuite, on calcule les pertes (-1 point par tronçon de voie) et les profits de chaque joueur, à raison de 2 points par cube de pierre livré et 1 point par cube de fromage et
passager. On voit que tous mes petits amis ont réalisé de jolis gains, alors que je n’ai progressé que de deux cases… Lucarty s’est même payé le luxe d’atteindre 12 points ! (mais
le score est borné à 5)…

Voici la vue générale en fin de la dernière phase du premier tour, à savoir la revente de tronçons non rentables aux compagnies verte et rouge. Le truc est vicieux à 3 niveaux :
premièrement cela ne rapporte rien (mais coûtera moins cher en fin de tour suivant), deuxièmement cela élimine des marchandises et des passagers selon les cas, et surtout,
troisièmement cela rapproche les villes rouges et vertes du centre, offrant des possibilités d’accès aux autres joueurs…

Deuxième tour engagé et phase d’enchères + reports sur les pistes d’influence et d’ordres du tour réalisés. A noter que Jacques a acquis deux cases de la première ligne et
Lucarty  deux du bas. De mon côté, je mise à fond sur les jetons blancs et marrons, voulant avoir l’initative de construction et la possiblité d’acquérir des trains costauds…

Cette vue rapprochée de la situation indique que je change complètement de zone du plateau pour me positionner au nord, juste au-dessus des positions de Lucarty, lequel va pénétrer
entre les deux collines pour atteindre rapidement les passagers qui s’y trouvent et les pierres si lucratives, nombreuses au centre du plateau …

Les constructions sont terminées et on remarque que Lucarty n’a pas fait les choses à moitié…

Le nombre de cubes de pierre, au centre, est hallucinant ! Pour les convoyer, il suffit qu’une de ses voies se trouve sur une ville adjacente…

Les trains utilisés pour convoyer lors de ce second tour, avec un seul pour Franck (qui rale beaucoup, pensant avoir déjà perdu) et Jacques (silencieux malgré un petit retard,
certainement tout à fait rattrapable)…

Vue générale après la revente de nos voies les moins intéressantes. Les hésitations commencent à poindre car il faut veiller à ne pas offrir des accès gênants aux autres. Lucarty et
Jacques excellent dans cet art…

Le troisième tour débute avec l’ajout de jetons dans les cases d’enchères. Les positions sont claire sur la piste de pertes et profits, à savoir que Lucarty mène
redoutablement le bal (même s’il est égalité avec Jacques), que Jacques est en embuscade, et que Franck et moi-même commençont à être détachés (même si je n’y crois pas du tout,
optimiste que je suis)…


Les enchères du troisième tour ressemblent à celles du deuxième, avec Lucarty qui achète deux cases de la ligne du bas et qui, malgré le faible nombre de jetons ainsi acquis,
continue d’imposer sa loi. Sur les pistes d’influence, je mène toujours sur les constructions et suis deuxième sur les trains. Pour faire quoi ? Franchement, au vu de mon résultat,
je ne sais guère …

Les nouvelles constructions, et la situation en générale, mettent en évidence que les marchandises et les passagers s’épuisent… Va-t-on courir à une pénurie ? Va-t-on se battre
plus pour les convoiements ? Va-t-on reculer sur la piste de pertes et profits ? Enfin, à part moi je veux dire ;-)…

Les train utilisés ce tour-ci sont de moins en moins pleins, avec seulement Jacques pour deux trains. A noter que Lucarty me fait couiner violemment, lui qui déplace le seul cube de
pierre qui m’était accessible (il en a déjà pleins en stock et comme il est bon de daire des séries, sur le moment, je ne comprends pas très bien et rale)…

La vue générale une fois les tronçons revendus. On remarque que Jacques et Lucarty sont franchement passés maîtres dans l’art de ne pas vendre des tronçons qui ouvriraient des axes
de développement aux autres (les passagers verts de droite sont « contrôlés » par Jacques mais non acheminables, de même pour les rouges à droite « contrôlés » par Lucarty)…

Le tableau des enchères du quatrième tour et les pistes d’ordres du tour associées. Il est fou de constater que je suis tout en haut de la piste blanche mais que cela ne me sert pas
pour autant à revenir dans le jeu ! Je suis largué de chez largué au niveau des pertes et profits, avec un terrible -3 actuellement. Heureusement que ça ne correspond pas exactement
au score final…

Je bugge complètement à ce moment-là, croyant avoir encore une carte à jouer dans cette partie et espérant ne pas me planter dans mon ultime construction. Je pèse tout et son
contraire durant de longues minutes, pour rien… Je voudrais essayer de gêner l’accès de Lucarty à la dernière pierre du jeu, tout en me demandant si je ne vais pas aller taquiner
du passager rouge en les acheminant à gauche…

Ca y est, j’ai réussi à jouer mon coup après de vraiment très longues minutes et Jacques peut donc s’y coller aussi, lui le seul ayant vraiment un coup à jouer pour aller chercher
Lucarty…

Qu’espérais-je, franchement ? Je  me le demande aujourd’hui…

Les dernières constructions sont faites…

Les dernières livraisons, masterisées par Lucarty et Jacques…

Les dernières reventes et le décompte va avoir lieu…

La confiiguration finale et les éléments convoyés devant chaque joueur (assemblés par série lorsque c’est le cas…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel du jeu (j’adore le plateau, si, si),
– Le système d’influence à 4 niveaux,
– L’information complète donnée par le plateau, permettant un vrai développement progressif,
– Les scores qui sont bien clairs : on n’a pas de surprise et c’est mérité
.

 

On a moins aimé
– Un manque de plaisir ludique unaniment constaté pour cette partie de découverte,
– Une prise de tête trop marquée, avec l’impression de ne pas pouvoir intégrer toute cette information complète justement,
– La crainte que le jeu soit trop routé par l’accès au centre des collines via la droite : une sorte de boulevard pseudo-synonyme de victoire ? (ne me jetez pas de pierre, je me
trompe sûrement, mais cette idée a été plus qu’envisagée par mes comparses une fois la partie terminée).

Scores de la partie :

Eléments Séries
Pertes / Profits Tronçons Total
Jacques (violet) 23 0 +4 -5 22
Lucarty (bleu) 27 6 +1 -7 27
Franck (jaune) 17 4 -7 0 14
Ludo le gars (noir) 18 4 -10 -7 5

 

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20

 

Durée de la partie : 4 heures

 

 

———————————————————————————————————————————————– 

 

PALAIS ROYAL :


Deuxième partie pour moi sur ce jeu primé à Boulogne il y a quelques années et qui s’avère être très plaisant à jouer, avec de jolies phases de gestion opportuniste…

Les jardins en début de cette partie, avec des tuiles de nobles franchement attractives en bordure de ceux-ci, qui plus est dans les angles et les zones X2…

Le palais royal et l’organisation spécifique de cette partie : aléatoire et donc très renouvelante pour le jeu…

L’aide de jeu qui va bien, en français s’il vous plaît, puisque ce soir on joue avec une boîte Filosofia…

Les tours de jeu s’enchaînent assez vite même si, d’après Franck, la partie n’est pas très rapide. Ici, Pierre (rouge) récupère de l’or depuis la réserve, alors que nous nous
chamaillons tous les deux pour être majoritaire dans la salle du Cardinal…

Vue générale en fin de premier tour. On remarque que Franck (jaune) est le seul à avoir recruté un noble (zone X2) et qu’il part donc avec un poil d’avance (cela ne veut pas dire
grand-chose, soyons clair, mais ce recrutement précoce va engager beaucoup de choses sur cette partie)…

Mon premier recrutement de noble est l’un de ceux qui permet de se déplacer en diagonale pour les tours suivants. Très utile et stratégiquement placé puisque la tuile était dans
l’angle inférieur droit des jardins (influençant donc deux côtés)…

Jacques, malgré un tenace mal de tête, est un adversaire coriace, comme toujours. Normal, en quelques sortes, puisqu’il joue les verts…

Désemparé par son recrutement trop tendu du premier tour, Franck tente un jeu complètement différent de ce qu’il fait d’habitude selon ses dires. En effet, il mise comme un fou sur
les cartes, pour obtenir des cartes de déplacement et recrutement et, du coup, il néglige les deux pièces concernées sur le plateau et son jeu est assez cyclique…

Exemple de l’un de ses coups de folie : il joue une carte lui offrant un recrutement massif couplé à une autre de déplacement de 5 cases… Il nous arrose pendant 2/3 de la partie
avec ce genre d’enchaînements de cartes…

Après avoir pas mal calculé mon coup, je joue une carte pour recruter plus et me déplacer plus (inspiré par Franck ?), le tout pour recruter un sympathique noble de valeur 7, encore
une fois sur le pourtour des jardins…

Vue générale de la situation et je fais couiner mes camarades car je suis en passe d’avoir deux majorités sur les bords des jardins. Dans le palais, il y a toujours une lutte
farouche entre Pierre et moi chez le Cardinal, alors que Franck travaille la Montespan au corps (il aura pas moins de 2 tuiles de nobles lui octroyant deux sceaux
supplémentaires)…

J’ai failli me faire squizzer une de mes deux majorités potentielles lors du tour précédent, du coup j’enclenche la cinquième et je prends pas moins de deux nobles dans le même
tour, toujours sur les bords et pas négligeables en points de victoire… Ca couine et surcouine à la table !

Les jardins sont encore assez peuplés mais les majorités sur les bords ne devraient plus trop changer. A noter que je sens bien que mon gros coup précédent me pèse très lourd
maintenant, car j’ai été contraint de liquider beaucoup de mes nobles présents au palais et que j’en manque…

Il ne reste plus que 11 nobles dans les jardins à mon tour et nous attaquons donc le dernier tour que clôturera Franck. Je sens bien que je perds du terrain, à fond même… Franck
enchaîne recrutement sur recrutement et c’est peut-être Pierre, même, qui sera son plus sérieux challenger…

Fin de partie avec un tour très difficile pour moi puisque je ne peux rien faire d’autre que de m’en remettre au hsard des cartes (2 pions dessus car seulement 2 de déplacement).
Ouf : des PV ! Franck ne fera pas mieux, s’étant mépris sur sa préparation du dernier tour lors du précédent…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La très grande fluidité du jeu, associée à un mécanisme d’enchaînement d’actions qui semble couler de source,
– L’obligation de prévoir le placement de ses nobles pour à la fois les rentabiliser (or, sceaux, cartes, recrutement) et gêner les petits copains courtisans (majorité contestée,
positionnement chez le cardinal, prise d’un noble visé par un autre)..
.

 

On a moins aimé
– Le look du matériel,
– L’impression de ne pouvoir pasd prévoir grand-chose et de s’en remettre à ce qui semble le meilleur au moment de jouer,
– L’aspect combos des tuiles que je n’apprécie que modérément.

Scores de la partie :

Tuiles Cartes
Cartes NJ Parc Total
Jacques (vert) 42 0 0 2+2 46
Pierre (rouge) 40 0 0 6+2 48
Franck (jaune) 45 10 3 6+2 66
Ludo le gars (noir) 32 4 1 6+6 49

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

 

Durée de la partie : 2 heures 30 minutes

 

 

———————————————————————————————————————————————–

4 commentaires à propos de “[22/12/2009] Last Train to Wensleydale, Palais Royal”

  1. Merci Ludo pour ces comptes-rendus.
    Last Train to Wensleydale: la carte ressemble plutôt à un dessin d’anatomie…
    Au 2ème tour, je me suis rendu compte que je ne pourrais plus revenir dans la partie, mes voies n’ayant plus accès à suffisamment de ressources. Certes, on se dit après cette première partie que
    dans ce cas il faudrait probablement se battre pour construire en premier. N’empêche que les positions initiales des joueurs bleu et violet ont été cruciales. Ce serait à tester sur d’autres
    parties… mais on n’a pas vraiment envie d’y rejouer… Disons que le rapport plaisir ludique / durée est faible. Si on arrivait à jouer en 2 heures, pourquoi pas, mais 4 heures de jeu pour ça
    c’est trop long, on n’a pas l’impression de beaucoup « jouer ».

  2. Merci Ludo pour ces comptes-rendus.
    Last Train to Wensleydale: la carte ressemble plutôt à un dessin d’anatomie…
    Au 2ème tour, je me suis rendu compte que je ne pourrais plus revenir dans la partie, mes voies n’ayant plus accès à suffisamment de ressources. Certes, on se dit après cette première partie que
    dans ce cas il faudrait probablement se battre pour construire en premier. N’empêche que les positions initiales des joueurs bleu et violet ont été cruciales. Ce serait à tester sur d’autres
    parties… mais on n’a pas vraiment envie d’y rejouer… Disons que le rapport plaisir ludique / durée est faible. Si on arrivait à jouer en 2 heures, pourquoi pas, mais 4 heures de jeu pour ça
    c’est trop long, on n’a pas l’impression de beaucoup « jouer ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


+ neuf = 12