[23/10/2020] Orléans + Neue Ortskarten 1 à 5, Sunflower Valley, Furnace

Jour 4 de la présence de David, alias Grissom 87, à la maison !

Pas moins de 3 parties aujourd’hui :
Orléans parce que c’est juste un must-have qu’on adore tous les trois et que David avait découvert grâce à mon site…
Sunflower Valley, un jeu de mademoiselle Leila, pas rejoué depuis assez longtemps, et pourtant si sympa, avec ses dessins de rails, de moutons et autres maisons,
– La découverte du superbement épuré Furnace, sorti chez le même éditeur que le précédent, à savoir les russes de Hoibby World, un jeu d’une élégance rare et d’une efficacité que j’ai hâte de voir de visu après en avoir décortiqué les règles avec plus que de l’avidité…

ORLÉANS

Heureusement qu’on y joue ensemble à ce superbe Orléans ! Un jeu que j’avais fortement conseillé à David… sans m’être trompé !
Le plateau est installé, avec bien peu de tissu ma foi et d’entières zones pleines de fromage ! A noter qu’on a oublié une case qu’on remplira par la suite.
Petite vue de la zone des personnages, (il manque les moines…). Vous avez vu comme ils sont jolis ces jetons made in BGG ?
Au premier tour, en rouge, David a investi dans les savants, Leila, en bleu, a opté pour les fermiers, tandis que moi, en vert, ai été récupérer un premier artisan et son précieux engrenage…
En vue du deuxième tour… Je pense que l’engrenage placé au village aura toutes les chances d’apporter un plus non négligeable pour produire du pion ! 😉
Et voilà, nous sommes parfaitement immergé dans ce jeu superbe…
Et, comme vous le savez bien, Leila combote… 😉
J’ai misé très tôt sur ce bâtiment qui me permet de placer n’importe quel personnage comme chevalier. Ça peut aider effectivement…
La partie se déroule super vite, franchement, et c’est très agréable…
La moitié de la partie est passée et, à cet instant, on peut voir que j’ai massivement investi sur la carte (4 comptoirs et bientôt un 5ème), David essayant de me suivre, par contre Leila est -très- en retard sur ce point… ce qui n’est pas du tout le cas sur la piste de sagesse ! Oh la bougresse…
Jolie pioche non ?
Par contre, comment dire, s’en servir comme ça, ça me scotche encore ! 😉
Leila va arriver, sous peu, au bout de la piste de sagesse, tandis que je poursuis mes pérégrinations près des châteaux de la Loire…
Il ne reste pas lourd à jouer…
Dernière programmation pour chacun !
Fin de partie ! A noter que j’ai réussi à revenir sur la piste de sagesse au prix d’une combo de dingue sur les 3 derniers tours (bâtiment de Cachette sur lequel je reviendrai)…
Le domaine de Leila, sans aucun bâtiment ! Incroyable quand même…
Celui de David, avec une quantité de ressources plutôt impressionnante…
Et le mien, avec ma main qui vous montre que j’ai réalisé 3 fois l’action de ce bâtiment, la Cachette, lors des 3 derniers tours pour obtenir à nouveau le bonus de ma position sur l’une des pistes, à savoir la sagesse : j’ai donc scoré pas moins de trois fois 5 cases = 15 cases !!! Une explication à mon score final tout ça… 😉

Durée de la partie : 1 heure 45 minutes – Note de cette partie : 19 / 20

Scores de la partie :

$ Blé Fromage Vin Laine Tissu (G+C) X dév. Bât. Total
Leila (bleu) 43 0 2 9 12 0 (2+2) X 6 0 90
Grissom87 (rouge) 39 1 8 18 4 5 (4+3) X 3 5 101
Ludo le gars (vert) 26 0 0 0 0 25 (8+2) X 6 0 111

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le plaisir obligatoire sur ce jeu !
– Les diverses manières de combiner les bâtiments pour scorer encore davantage, en utilisant la rivière de 3 de chaque niveau…

On a moins aimé
– La rivière de 3 bâtiments par niveau qui ne change pas tant que ça : on envisage une variante pour la prochaine fois (on y reviendra, donc)…

————————————————————————————————————
SUNFLOWER VALLEY

Jeu de train et de tracé sur son plateau individuel : une sorte de Crayon Rail System à la mode 2020…
Chaque joueur a son plateau découpé en 5 régions colorées avec 5 cases dans chaque. Le but sera de construire le paysage le plus « lucratif » en fonction de contraintes logiques. Et, pour ce faire, ce sont des dés qui seront lancés et choisis à tour de rôle…
Les dés ont été lancés et chaque joueur va donc, à tour de rôle, un choisir un, bloquant du même coup la possibilité pour un autre joueur de dessiner un dé dans une région de même couleur.
En fin de premier tour, nous en sommes là. Pour ma part, j’ai dessiné une maison dans la région rose, à deux hexagones de ma maison de départ, histoire de pouvoir la relier, plus tard, avec deux rails. A noter que, le premier et le deuxième joueurs, donc Leila puis David, ont pu dessiner un deuxième dé sur leur plateau…
Fluide, agréable et original, ce jeu ressort donc avec plaisir !
Quelques questions de règles fusent, comme le droit de construire même si on ne pourra pas, ensuite, relier correctement les éléments (comme ce rail dessiné sur une case verte, en direction d’un tournesol). Clairement, rien ne nous l’interdit, donc ça doit être autorisé ! Même si peu esthétique et convaincant du coup…
Petit rappel des PV liés aux maisons reliées en bas du plateau collectif. Pas si simple…
Le plateau final de Leila. Amusez-vous à compter les maisons effectivement reliées à un mouton, même en transitant par des rails et d’autres moutons / maisons…
Le plateau de David, également en fin de partie. Quel coup de crayon remarquable !!! Ouhais, typiquement… 😉
Et mon plateau final…

Durée de la partie : 50 minutes – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila 36
Grissom87 38
Ludo le gars 43

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le système de blocage des régions colorées en fonction du choix des adversaires,
– Les tours où on dessine une ou deux cases, apportant un petit décalage sympa,
– Un mélange de jeu riche et profond avec un système ultra-simple et faisant la part belle au dessin.
..

On a moins aimé
– L’inélégance de la règle vers la fin de partie : aboutir à des tracés inutiles, dessiner ailleurs si tout est plein dans une région, …
– Les contraintes parfois lourdes, particulièrement moutons et maisons reliés, par les rails surtout, sans que ça n’apporte grand chose : on aurait aimé un truc plus épuré là aussi…

————————————————————————————————————
FURNACE

Ensuite, on va, enfin, se lancer dans la découverte d’un des jeux qui m’avaient le plus titillés avant Essen Spiel Digital 2020 et reçu en avance : Furnace ! A noter que c’est sorti chez le même éditeur que Sunflower Valley…
Quand j’avais lu la règle de Furnace, voici quelques jours, je m’étais frappé le front en disant : « Wahou ! Quelle belle idée élégante pour les enchères ! ». La partie me confortera sans aucun problème sur ce point…
Ci-dessus, vous pouvez voir le matériel dont chaque joueur dispose : une carte de départ (en haut à droite) avec les ressources à prendre dès l’entame et les conversions spécifiques de celle-ci, une carte de personnage (pour que chacun n’ait pas le même pouvoir, en bas à droite), et, enfin, 4 disques de paris avec 4 valeurs et 4 tailles différentes.
Au centre de la table, on étale 7 cartes à 3 joueurs, proposant des usines de transformation qui auront tel ou tel intérêt, à tel ou tel moment, pour tel ou tel joueur, dans tel ou tel contexte ! 😉
Une partie dure 4 manches. Lors de chacune, on débute par une phase d’enchères sur laquelle je reviendrai, puis on récupère d’éventuelles compensations ou on empoche des cartes, puis on organise son domaine en fonction de ce qu’on voudrait réussir à faire lors de celle-ci, puis, enfin, on résout ses actions de gauche à droite. Et ça fait clairement tripper ce jeu !!!
Commençons, donc, par les fameuses enchères…
A son tour, on doit placer un de ses disques non placés sur une carte où on n’en a pas encore et qui ne comporte pas de disque de même valeur. Donc, pour résumer : pas de même couleur ni de même valeur. Et c’est tout… 😉
Ci-dessus, la situation en fin des enchères de la première manche, sachant que David a placé aussi le disque 2 de couleur beige (c’est le pouvoir de son personnage).
La résolution va pouvoir avoir lieu et là, franchement, c’est le deuxième effet kiss cool… En effet, si vous avez investi sur une carte sans être le meilleur enchérisseur, vous allez pouvoir empocher une compensation égale à ce qui est indiqué en haut de la carte, autant de fois que la valeur de votre disque placé… Exemple, en bas à droite : David va remporter la carte avec son disque de valeur 4 mais je vais récupérer une compensation de 2 charbons X 3 = 6 unités ! Pas mal à court terme…
Lorsque chacun a été compensé et/ou a récupéré ses cartes acquises, on passe en phase de préparation des actions à réaliser. Ci-dessus, vous pouvez voir que Leila a récupéré 3 cartes, David 2 (dont une en main au moment de ma photo) et moi 1, une dernière étant défaussée car non investie par nos disques. Tout l’art va être de réaliser ses actions dans le bon ordre pour empocher certaines ressources cruciales pour la suite, lesquelles seront transformées en d’autres ou en monnaie. Juste jouissif cette phase de jeu…
La deuxième série d’enchères a eu lieu… Ce qui est géniallisimme, c’est que, parfois, on mise sur une carte non pas pour l’acquérir mais bel et bien en obtenir une juteuse compensation, immédiatement utilisable ! Très frais et malin, ce jeu requiert d’envisager un solide développement à long terme pour espérer terminer le plus riche de la partie, le seul but du jeu in fine !!!
Par contre, oui, ça donne fortement à penser au moment de planifier l’ordre de ses actions… 😉
Et je me demande encore comment Leila réussit à s’en sortir ! L’entendre comboter à voix haute fut également hautement jouissif… 😉
Petite vue de mon domaine, avec beaucoup moins de cartes que d’autres, mais ce n’est pas forcément bloquant me semble-t-il…
On sent qu’on est monté d’un cran dans le gameplay…
Nos enchères de la troisième manche…
Petite exemple de ma planification lors de la troisième manche. Accrochez-vous !
D’abord, je vais retourner deux cartes sur leur face développée (celles qui sont légèrement remontées), puis je vais procéder à deux transformations pour empocher deux fois 7 pièces, puis empocher pas moins de 5 charbons, puis convertir un cylindre jaune de carburant en 4 pièces, puis deux fois 2 charbons en 1 carburant et encore des pièces avec quelques conversions suivantes, dont la dernière, mémorable, qui me rapporte deux fois 6 pièces contre 2 charbons + 2 carburants. Ouf !
Voilà, c’est exactement ça l’esprit de ce jeu !!! En dehors de la phase d’enchères, fondamentalement différente…
Pour mémoire définitive, mes deux cartes si rentabilisées lors des manches 3 et 4…
Leila, un peu contre toute attente, se délecte de ce jeu ! J’hallucine…
Voici nos enchères de la quatrième et dernière manche…
On n’est pas bien, là ? 😉
Le domaine de Leila, une fois la partie achevée, avec 13 cartes en tout…
Celui de David, avec 9 cartes…
Et le mien, avec seulement 7 cartes… Comme quoi, le but du jeu n’est clairement pas là : rien à cirer d’avoir les plus belles usines hein !!! 😉
Et pour finir, sachez que ce sympathique éditeur russe nous avait fait la surprise, délicieuse, n’est-ce pas David, de nous ajouter quatre bonbons dans le colis… 😉

Durée de la partie : 1 heure 30 minutes – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de la partie :

Total
Leila (orange) 79
Grissom87 (jaune) 66
Ludo le gars (noir) 92

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– En premier lieu : l’élégance totale du système d’enchère, kniziesque ou dorrasque, à vous de choisir (faisant référence à Knizia et Dorra pour bien préciser),
– En second : les noeuds qui se créent dans nos cerveaux pour organiser correctement l’ordre de nos actions,
– En troisième : le non-calcul de PV, juste les sous obtenus au bout de 4 manches, invitant à comparer d’une partie sur l’autre.
..

On a moins aimé
– Le thème peu original, mais on s’en fout pratiquement (un jeu qui pourrait bien monter dans mes notes après quelques parties)…

————————————————————————————————————

3 commentaires à propos de “[23/10/2020] Orléans + Neue Ortskarten 1 à 5, Sunflower Valley, Furnace”

  1. Il a l’air très sympa ce Furnace ! Le système d’enchères semble vraiment intéressant.

    Concernant Orléans, personnellement je procède comme ça avec les tuiles bâtiments : la règle de jeu de base dit d’en prendre 10 de chaque niveau, donc je reste sur cette règle en tirant au hasard 10 bâtiments de chaque niveau parmi ceux que je possède.
    Ainsi il est possible d’établir une stratégie en début de partie en fonction des bâtiments disponibles, alors qu’avec une rivière on est davantage dans l’opportunisme.
    Et pour toujours plus de plaisir je te conseille l’extension Commerce & Intrigues dont le nouveau plateau de bienfaisance Commerce ainsi que les nouveaux événements changent vraiment la donne !

  2. Hello Ludo.
    Bravo pour ton site toujours agréable de lire tes CR de parties et notamment ceux d’Orleans (jeu que j’affectionne).
    Concernant les bâtiments, il y à plusieurs possibilités
    1/ Comme le dit Lionel : tirer aléatoirement 10 tuiles par niveau
    2/ Distribuer des tuiles à chaque joueur (6 à 3j par exemple) qui vont en éliminer 2 (ce qui fait un choix final de 12 bâtiments à 3j)
    3/Même principe que 2/ mais faire un draft
    4/ Monter la rivière à 5 bâtiments par niveau ce qui donne plus de choix que 3 (si aucun bâtiment est construit lors d’un tour on élimine 1 bâtiments de chaque niveau pour faire tourner)

    Perso je préfère les 2/ et 3/ plus de contrôle mais peu rallonger la partie. 4/ est plutôt opportuniste et peut provoquer de belle lutte pour l’acquisition des bâtiments

    Désolé pour la longueur de mon message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 × = quarante