[23/11/2022] Vivarium, Turing Machine

Deux parties de jeux aujourd’hui, avec la découverte de Vivarium, le dernier né de chez Studio H, un jeu dans un univers pas mal à la Jules Verne, avec des créatures fantastiques cachées dans les entrailles de la Terre et qu’on va tenter de recenser, suivi d’une partie du génialissime Turing Machine découvert avec bonheur voilà une semaine !
Bonne lecture…

VIVARIUM

La boîte de Vivarium, entourée de reptiles (figurines Schleich qu’on utilise aussi pour Ark Nova), est franchement séduisante, entre réalisme / cartoon / fantastique.
Le jeu se joue en 7 manches lors desquelles nous allons essayer de collecter un maximum de PV, en capturant des créatures (minérales, animales, végétales ou draconiques), en élargissant son équipement et en réalisant des contrats.
Le plateau accueille 4 lignes X 4 colonnes de cartes, les 8 du haut étant des créatures, la troisième ligne étalant des cartes d’équipement, les 4 cartes du bas affichant des contrats.
En début de partie, chaque joueur reçoit une carte de type de créature (les animaux pour moi) et une de terrain (désert pour moi). Comme vous pouvez le voir, j’empocherai 1 PV par carte collectée affichant l’un ou l’autre de ces critères.
Ensuite, à son tour (il y en a deux par manche), on échange l’un de ses deux dominos avec celui qui est visible au centre de la table (à deux joueurs spécifiquement, le second sera retourné pour la deuxième manche). Ci-dessus, j’échange mon 3/1 contre le 4/2 affiché.
Ensuite, on utilise une valeur de chacun de ses dominos pour récupérer la carte qui se trouve à l’intersection des deux : je prends la sorte d’éléphant au croisement de la 4ème colonne / 2ème ligne.
J’aurais pu, tout aussi bien, prendre la 4/1, la 2/2, la 2/1, ou encore la 2/4, la 1/2 ou la 1/4. Et, en sachant qu’on a des gemmes à sa disposition pour faire monter ou baisser de 1, on voit vite qu’on peut, en pratique, prendre quasiment n’importe quelle carte…
Au tour de Leila, et de même pour un second tour, ce qui conclura la manche : pas de récompense de jeton de priorité lors de la première (j’y reviens).
Une fois la manche terminée, le domino du centre qui était face cachée est repositionné de manière visible, puis on défausse toutes les cartes de la colonne de la valeur la plus grande (spécifique à 2 joueurs), ici la 3, puis on recomplète le plateau. C’est ce que fait Leila ci-dessus.
Puis, enfin, elle deviendra première joueuse.
Pour la manche à venir, on sait que le jeton de priorité (à droite) récompensera d’une gemme le joueur qui récupérera un minéral ou un draconique. En fin de cette manche, ce jeton reviendra au joueur qui totalisera le plus de minéraux + draconiques (le deuxième joueur en cas d’égalité). A noter que, pour bien s’y préparer, le jeton de la manche suivante est d’ores et déjà visible : celui-ci privilégiera les végétaux + les draconiques.
Petite présentation d’une prise d’une carte d’équipement de ma part avec mes dominos qui indiquent 1/3 : je récupère les jumelles (en payant une gemme pour en appliquer l’effet) et vais prendre la carte au-dessus, à savoir l’animal qui vit dans le désert. Une sorte de coup double en quelque sorte…
La partie se poursuit agréablement, même si on ne pense pas qu’on aura le gros coup de cœur, le jeu semblant difficilement anticipable (je n’ose imaginer à 3 ou 4 joueurs) et relativement classique au final…
Les deux derniers jetons de priorité de cette partie…
En fin de partie, Leila a accumulé tout ce butin-là et on va devoir s’affairer pour en calculer les PV : ceux des cartes de créatures + 1 PV par gemme + les PV liés aux contrats (les deux de départ et ceux pris pendant la partie) + 2 PV par jeton de priorité empoché.
Mon butin, ci-dessus, avec le sentiment que ça devrait rester vraiment proches entre nous au niveau des PV, mon grand nombre de jetons de priorité pouvant créer la différence… ou pas !

Durée de cette partie : 40 minutes – Note de cette partie : 12 / 20

Scores de cette partie :

Créatures Gemmes Contrats Contrats de départ Jetons de priorité Total
Leila 19 5 14+14+5 4+5 4 70
Ludo le gars 20 4 24+9 4+3 8 72

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le look de -certaines- illustrations, notamment celle de la couv’, procurant une ambiance à la Jules Verne que j’ai bien appréciée,
– Les dominos livrés dans la boîte, juste incroyables de plaisir tactile !
– Les ressemblances retrouvées avec de grands classiques appréciés par ici : Râ (les soleils), Salade 2 Points (objectifs ou légumes), l’Année du Dragon (connaissance des événements à venir), voire même Pickomino ou Majesty (dominos ou pièces de grands qualité)…
– La très bonne configuration à 2 joueurs, plutôt bien contrôlable.

On a moins aimé
– Le look peu avenant d’autres illustrations,
– La fausse bonne idée de jouer deux dominos pour prendre une carte ligne/colonne car, au final, on peut toujours s’en sortir, ne serait-ce que grâce aux gemmes,
– La difficulté, semble-t-il, pour pouvoir préparer ses tours : à 3 ou 4 joueurs, je n’ose l’imaginer…
– La non indication, dans la règle, du lieu où mettre ses cartes prises (dans la main , sur la table ? que les créatures ou toutes ?),
– Trop peu d’originalité et de profondeur, au final, pour nos plaisirs ludiques actuels…

————————————————————————————————————
TURING MACHINE

Retour à Turing Machine, un jeu franchement incroyable, un LE jeu n°2… 😉
Ce soir, c’est le problème numéro 4 qui s’offre à nous…
La machine est mise en place…
Je débute avec ce code de 135 et vérifierai les cartes Critères A, B et D…
Leila joue vite… et bien ! En tout cas, elle paraît très très à l’aise ce soir et formule ses propositions plus vite que moi, c’est clair !
Très rapidement, elle lève le pouce vers le haut, moi aussi d’ailleurs, mais elle a utilisé une carte de moins que moi pour parvenir à sa conclusion, donc c’est elle qui vérifie en premier !
345 ! Et c’est tout bon…
Une sorte de petit débriefing en vidéo, ci-dessous…
Nos feuilles de scores post-partie. Bravo Leila !

Durée de cette partie : 20 minutes – Note de cette partie : 20 / 20

Scores de cette partie :

Problème n°4
Leila Victoire (manche 3 avec 6 tests)
Ludo le gars Défaite

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La sensation, assez folle, de jouer à un vrai grand jeu quand on pratique ce Turing Machine,
– Le côté vraiment inépuisable du jeu et la montée en puissance qu’on ne devrait pas manquer de découvrir…

On a moins aimé
– La part du hasard dans ces premiers problèmes. Exemple : si le nombre de 1, aujourd’hui, est trouvé, par hasard, dès la première manche, ça fait quand même avancer d’un grand pas (ce fut le cas de Leila)…

————————————————————————————————————

Une réponse à “[23/11/2022] Vivarium, Turing Machine”

  1. Le hasard reste présent sur les premiers défis mais disparaît bien vite sur les niveaux supérieurs…
    Les premiers défis sont là pour bien faire comprendre aux joueurs les mécanismes du jeu avant d’attaquer les choses sérieuses ☺️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


six × = 18