[23/02/2007] Alchemist, Bungee

Le dernier colis Gigamic reçu (merci à eux !) contenait pas mal de nouveautés sorties ces jours-ci des deux côtés du Rhin. Du coup, en utilisant les bonnes traductions trouvées sur le net (merci notamment à Ludigaume et la Fièvre du Jeu), je propose à mes acolytes du vendredi soir de découvrir deux de ces nouveautés motivantes : Alchemist en premier et Bungee ensuite pour finir la soirée, qui, précisons-le, avait débuté par le test de La loi de la
Savane, en présence de l’auteur, un jeu édité chez Michel (celui qui a produit aussi le célèbre Cochon qui rit).

ALCHEMIST :

A la manière d’un Bazar, Alchemist consiste à réaliser des contrats (ici des potions) avec des
cubes de couleurs (ici des ingrédients) placés derrière son paravent. Chacun d’entre nous en a tiré 12 au hasard à partir du sac où figuraient un nombre identique de cubes de chaque
couleur (après la pioche, le sac en contient encore 12). A gauche, mes cubes initiaux, où on notera la présence de 4 jaunes pour 1 seul orange. C’est d’ailleurs la couleur
jaune que je devrai favoriser (1 carte d’ingrédient remise face cachée au départ par joueur)…
La partie a maintenant débuté (1 tour de jeu) et chaque joueur a réalisé la première des 3
actions possibles : créer une nouvelle potion. Pour ce faire, j’ai par exemple placé un cube gris (pattes d’oiseau) dans un chaudron vide ainsi qu’un marqueur de points de
renommée, ce qui m’a permis d’encaisser un cube jaune (araignée), un cube bleu (champignon) et 1 PV (marqueur choisi). Le joueur rouge, Sylvain, a réalisé, à gauche, une
potion beaucoup plus complexe avec pas moins de 5 cubes (2 max par couleur)…
Cette vue rapprochée met en évidence mon choix stratégique de la soirée : proposer deux potions
faciles à faire (1 seul cube à investir) et livrant 2 cubes chacune. Pourquoi ? Pour inciter mes camarades à s’en servir, ce qui me permet de récupérer le cube investi, tout en ne
procurant qu’un faible gain en PV (1 ou 2) et en assurant de faire partir des cubes jaunes de la réserve centrale (ce qui devrait favoriser l’ingrédient jaune à terme)…
Tous les joueurs ne pratiquent pas ce jeu avec le plus grand sérieux requis pourtant pour de vrais
alchimistes. Si vous en doutiez, regardez la tronche de Sylvain, égal à lui-même ;-). Sur la partie, il semble que ma technique des deux petites potions marche assez bien,
malgré mon évident retard au score (mes copains ont pu créer de plus fortes potions, en terme de PV, ce qui leur donne une avance confortable au score). Mais comme on ne peut jamais
recopier une de ses propres potions…
Le jeu est très plaisant, très fluide et il tourne très bien. Une très bonne première impression,
au fur et à mesure que progresse la partie…
Les chaudrons sont tous pleins et on ne peut manquer de remarquer que Sylvain n’en a créée qu’une,
Vincent 2, Romain 3 et votre serviteur 4. Reste à savoir qui a raison…
La partie s’approche de son terme et nous reproduisons les potions des autres à qui mieux mieux,
sachant que nous devons aussi être vigilant quant au nombre des cubes de la couleur que l’on doit favoriser qui seront réellement défaussés (sur ce point, je suis plutôt pas mal)…
La partie s’achève sur une ultime potion reproduite par votre serviteur, ce qui m’a permis de
revenir, sur la piste de score, à 5 points du deuxième et à 9 du premier. Tout se jouera sur le nombre de cubes encore derrière le paravent (1 point pour 2 cubes) et la couleur
favorisée (bonus de 12, 8 et 4 points)…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La fluidité du jeu à tout moment
– Le système de recettes de potions : recopiables que par les autres
– Les calculs nécessaires pour anticiper et prévoir à plusieurs tours
– Les biais qui empêchent de tout prévoir : un cube remis au créateur de la recette et ingrédient à favoriser

On a moins aimé
– La possibilité qu’un calculateur fou parvienne à concevoir un cycle non contrable (du type : je fais cette potion, qui me donne ces cubes, lequels sont réinvestis ici, pour
pouvoir recréer la première) : gagnera-t-il à tous les coups ou les biais cités plus haut garantissent-ils quelques surprises possibles ?
– Le très faible nombre de cubes restants dans le sac, surtout à 3 joueurs : 4 cubes pour toute la partie !

Scores de la partie :

 

 

 

Piste Cubes Ingrédient Total

Romain (noir)

63 6 8 (bleu) 77

Lucarty  (rouge)

49 5 4 (orange) 58

Vincent (blanc)

59 4 8 (vert) 71

Ludo le gars (marron)

54 6 12 (jaune) 72

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20

———————————————————————————————————————————————–

BUNGEE :

Bungee : un jeu où l’on doit se débrouiller pour avoir un maximum de 5 points en main, sachant qu’à
chaque tour on défausse une carte (ou une série) et qu’on en repioche une au HASARD…
Dans cet exemple, pris en cours de seconde manche, la carte porte-bonheur est le 5, ce qui signifie
que tout joueur qui en possède en main verra sa valeur à 0 au lieu de 5. Utile pour tomber dans les 5 points ou moins…
Fin de seconde manche : Romain la remporte juste d’un petit point devant Sylvain. du coup, il empoche
-10, alors que Sylvain marque son score : 5 points et que je suis décidément fortiche à ce jeu puisque mon total s’élève à 10 points !
Complètemùent stoned le père Sylvain ! il faut dire que le jeu ne lui déboulonne pas plus la tête et
qu’il parvient à jouer sans souci. Plus la partie avance, moins on ne peut s’empêcher de pester contre la place délirante du HASARD…
Fin de quatrième manche, remportée par Sylvain, alors que je marque encore énormément de points, la
faute notamment à la carte de l’homme qui saute qui me fait marquer 10 points au lieu de 0 si j’avais gagné la manche. Encore du HASARD 😉
Fin de sixième et dernière manche avec un Sylvain à 3, très en avance devant Romain et moi. La carte
6 rouge devant Romain est une carte vicieuse : quand il l’a jouée, il m’a fait sauté mon tour de défausse et j’en avais bien besoin 😉
Bilan synthétique :

On a aimé
– La règle simplissime qui repose la tête
– Les cartes rouges permettant de faire sauter le tour d’adversaires

On a moins aimé
– Le HASARD total : pioche de carte en fin de tour, carte du bonhomme qui saute, …
– L’inutilité de la carte porte-bonheur : la situation ne varie pas puisque les cartes correspondantes valent 0

Scores de la partie :

 

Lucarty : -11 (10+5-10-10+4-10)
Romain : 23 (-10-10+13+5+4+21)
Ludo le gars : 78 (22+10+18+14-10+21)

Note du jeu (sur cette partie) : 10 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


cinq + 8 =