[23/06/2012] Santa Cruz, Zooloretto Würfelspiel

Je ne joue que très très peu sur ce mois de juin 2012… Et oui, la fin de l’année scolaire prend du temps, tout ça tout ça, du coup, c’est le jeu de société qui en pâtit le plus… Bon, je ne me plains guère car aujourd’hui pas moins de deux nouveautés ont réussi à sortir sur notre table ! En premier lieu, Santa Cruz est découvert à 3 joueurs, puis ce sera
Zooloretto Würfelspiel, le jeu de dés donc. Le truc à la mode : proposer une version dés des jeux ayant eu beaucoup de succès. A noter que, une fois encore, le résultat est
plutôt très agréable…

 

SANTA CRUZ :

 


La boîte est belle et très claire : on va explorer une île inconnue que nos bateaux sont en train d’accoster. Chacun essaiera de l’explorer plus vite et mieux que ses concurrents,
au travers des deux manches qui composent le jeu…

Le plateau est grande (large surtout !) et il offre une belle lisibilité aux réseaux de rivières et de routes qui permettent de sillonner l’île. Au départ, toutes les tuiles
accessibles par la mer sont placées visibles, alors que celles accessibles par l’intérieur des terres (via les rivières ou les routes) sont cachées. Elles seront révélées de
proche en proche lorsqu’on avancera dans l’île…

Chacun dispose de 3 cartes de scores qui aiguilleront sa stratégie. En ce qui me concerne, je sais que je marquerai 3 points par position acquise sur les rivières, 7 points si je
parviens à connecter 4 positions reliées par des routes et que je ferai perdre 2 points par position volcanique. Le truc sympa c’est que ces cartes s’appliqueront à tous les joueurs
au moment où je les jouerai ! Un truc à la Troyes avec les personnages…

En début de première manche, chacun opte pour un deck de cartes de construction, en fonction de ses cartes de scores notamment (majorité de mers, de rivières, de routes ou un
panachage équilibré). puis chacun construit une position sur une tuile de mer (bleu pour Béatrice, rouge pour Fabrice et vert pour moi). La partie peut vraiment débuter, avec une
seule action à son tour : jouer une carte de construction ou une carte de score. Allez, hop, c’est simple et très tendu…

Lors du premier vrai tour, Béatrice, en première joueuse, a joué sa carte de construction double tours, tout comme Fabrice, alors que je préfère la garder pour plus tard (pas sûr
que ce soit si judicieux après-coup, tant il est important d’être vite bien placé pour marquer sur les cartes de score des autres joueurs)…

Ca c’est du jeu simple au niveau règle ! Et c’est bien agréable… A noter la différence entre la progression par les routes et par les rivières : sur les routes, c’est d’une
position à la suivante, alors que sur les rivières, on peut descendre le cours d’eau jusqu’à la position qui nous intéresse…

La première manche se termine et j’accuse déjà un gros retard sur Béatrice et Fabrice, lesquels ont réussi à coordonner leurs cartes de score : carte Or de 10 PV suivie de la carte
Or de 6 PV, sans parler de la carte Sel qui leur rapporte encore une fois des points à tous les deux ! De mon côté, je n’ai guère brillé par mes cartes de score, tout au plus ai-je
réussi à retirer une maison de Fabrice via ma carte d’éruption volcanique…

La deuxième manche va se dérouler comme la première, sachant que, en commençant par le dernier au score (moi !) on choisit un set de cartes avec les cartes de scores utilisées à la
manche précédente… Je prends le lot de Béatrice, laquelle choisit celui de Fabrice, lequel prend le mien. Chacun pioche ensuite une carte de score en plus et en élimine une. On
repart sur le plateau avec nettement plus de connaissances (les tuiles visibles le sont restées)…

Accusant un retard certain, j’ai déjà prévu de marquer 10 PV tout seul avec l’or… D’abord, je me rue sur le Phare au nord de la carte lors du tour de pose initiale…

Puis je joue ma carte double tours pour me positionner sur deux localisations accessibles par la route depuis mon phare (dont une position d’or)…

Puis, évidemment, je joue la carte de score d’Or, histoire d’empocher tout seul ces fameux 10 PV ! Bien, ensuite, j’ambitionne de miser sur les poissons avec le mouton, nouvelle
carte piochée, afin de tenter de refaire mon retard…

Le souci, c’est que Fabrice, pour une raison qui m’échappe, se jette sur les positions de poissons ! Il en prend deux sur trois (avec des bonus de +3 et +2 !), m’obligeant à très
très vite aller chercher la dernière tuile marquée d’un petit +1…

Décidément, j’ai du mal à revenir sur mes petits camarades…

Dernier tour de jeu et je comprends mieux pourquoi Fabrice est venu, sans le savoir, contrecarrer mes plans sur les poissons : il a joué une carte de 5PV pour ceux qui contrôlent du
poisson, ce qui s’ajoute à ses deux bonus de +2 et +3…

La partie s’achève et je ne la gagne pas, comme prévu…
Bilan synthétique :

On a aimé
– La règle hyper simple, à base d’une action par joueur sans trop de contraintes de pose,
– La tension palpable dès l’entame,
– L’impression d’explorer cette fameuse île, avec ces tuiles qui se retournent quand on s’en approche,
– Le feeling qui s’apparente à celui ressenti sur Mauer Bauer, avec les cartes d’objectifs, ce matériel très tactile et la règle fluide et logique,
– L’envie de ne pas être premier en fin de 1ère manche, pour pouvoir choisir son deck lors de la manche suivante,
– L’originalité de certains aspects du jeu : choix du deck, deux manches successives, …

 

On a moins aimé
– La non-équivalence des valeurs des cartes de score et l’imprévisible qui en découle lors de la première manche,
– La position de dernier avec cette règle, tout sauf élégante, de permettre au dernier joueur de placer une de ses constructions sur une position déjà prise, une fois dans la
manche (règle qui s’oublie très vite, en plus !).

 

 

Scores de la partie :

  

Béatrice (bleu) : 161 (81 en manche 1 + 73 en manche 2 + 7 d’oiseaux)
Fabrice (rouge) : 166 (82 + 81 + 3)
Ludo le gars (vert) : 152 (65 + 81 + 6)

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 1 heure 15 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

 

ZOOLORETTO WÜRFELSPIEL :

 


Zooloretto le jeu de dés me fait saliver : on dispose d’un petit plateau représentant les camions (3 à 3 joueurs, 4 à quatre joueurs), d’un bloc de feuilles de zoo individuel et de
10 dés (pas tous utilisés en fonction du nombre de joueurs). Sans même lire la règle, on la devine déjà…

A son tour, soit on jette deux dés qu’on place dans un ou deux camions encore disponibles, soit on prend le contenu d’un camion et on le reporte dans son zoo. Ici, j’ai pris un
crocodile (que je coche et qui termine mon enclos de taille 1 avant les autres joueurs : d’où mon bonus de 1PV coché à gauche) et une pièce (cochée dans la ligne de la caisse du
zoo)…

Comme dans le jeu de plateau original, la partie est très vite très tendue, avec l’impossibilité de créer des lots trop intéressants dans certains camions, car ils ne nous
reviendront pas ! Maitena et Tristan nous sidèrent ce soir, avec une manière de jouer assez désagréable, soyons clairs : aucune manière de prévoir ce qu’ils vont faire (prise de
malus sans raison, création de lots fabuleux pour les autres, …).

Exemple de trois lots en cours. A noter une règle qui rend le jeu moins tendu que dans le jeu de base : une fois qu’un camion a été vidé, on peut le remplir à nouveau ! Ca rend le
jeu carrément plus facile car on a très souvent le moyen de s’en sortir à bon compte. Du coup, je pense opter pour une variante estampillée « esprit du jeu de base » avec
l’interdiction de reremplir un camion vidé…

Maitena n’y est pas ce soir… Elle me crée un lot avec deux lions, m’offrant très facilement le bonus de +2PV pour avoir réussi à terminer en premier l’enclos des 5 lions…

La partie s’achèvera lorsque l’un de nous n’aura plus qu’un ou même zéro enclos à compléter. Ce sera moi qui arriverai dans cette situation, du coup mes camarades finissent la
manche et on décompte…

Les quatre feuilles de scores (euh… zoos disons) dans l’ordre de la table : Tristan en bas à gauche, Maitena en haut à gauche, Béatrice en haut à droite et votre serviteur en bas
à droite. Le rôle des pièces est d’éliminer un type d’animal dans la ménagerie (en bas) ou de scorer 1PV si on n’a pas d’animal en excès…
Bilan synthétique :

On a aimé
– L’évidence de la règle, absolument logique, à partir d’un matériel qui donne très très envie de jouer,
– La tension, palpable, à partir de trois fois rien et la bonne ambiance susceptible de se créer,
– La portabilité de l’ensemble, hyper facile pour être emporté partout…

 

On a moins aimé
– La pénibilité du jeu si certains jouent n’importe comment. Allez je le dis ;-|
– La qualité hallucinante des feuilles de score (ça en fait mal au coeur d’écrire dessus),
– La règle de remplissage des camions vidés…

 

Variante « esprit du jeu de base »

Au lieu d’autoriser le remplissage d’un camion déjà vidé, il faut l’interdire. C’est tout !

 

 

Scores de la partie :

  

Tristan : 3
Maitena : 13
Béatrice : 14

Ludo le gars : 17 

 

 

Note du jeu (sur cette partie) : 15 / 20


Durée de la partie : 30 minutes

 

 

 

 

———————————————————————————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− trois = 1