[24/04/2021] My City – Épisodes 1 2 3, Sagani

L’un des derniers jeux que j’ai eu la chance de recevoir est ce My City du docteur Knizia, sorti chez Iello, un jeu Legacy à la mode Knizia, ça en promet de belles !
Comme vous pourrez le lire, nous avons passé un bien bon moment, à 3 joueurs, engagés que nous sommes dorénavant ! 🙂

Ensuite, une autre découverte, avec Sagani de Üwe Rosenberg, sorti chez Funforge.

Ça envoie du lourd aujourd’hui !!!

MY CITY – ÉPISODES 1 2 ET 3

Après Charterstone en 2020, comme en témoigne la couronne de la victoire de Leila, voici notre nouveau jeu absolument Legacy, à savoir My City du Doktor Knizia !!!
Après avoir lu dans la règle qu’ils conseillaient qu’on joue la campagne de 24 épisodes, divisée en 8 chapitres, avec les mêmes joueurs si possible, je fais les choses en grand, en bien, en mode procédural, vous choisirez…
Chacun, à tour de rôle, entre Fabrizio, Leila et moi, nous signons notre engagement, dans la boîte s’il vous plaît (on est Legacy ou on ne l’est pas… jusqu’au boutiste) !!!
Et voilà ! Au moins, là, les choses sont claires !!!
Nous nous apprêtons à présent à ouvrir notre première enveloppe, celle du chapitre 1, renfermant, donc, les 3 premiers épisodes que nous allons découvrir aujourd’hui…
A l’intérieur, une fiche de répartition des gains en fin de chaque épisode…
Puis, enfin, le jeu démarre vraiment, avec un plateau individuel pour chacun et une belle collection de 24 tuiles de taille 2 à 5 en trois couleurs (bleu, jaune et rouge). Je remarque directement la prédominance des tuiles de taille 4 et le fait que les tuiles sont non retournables… Ça ne sera pas neutre… 😉
L’idée principale est qu’une carte est piochée à chaque tour, commune à tous les joueurs, et qu’on va placer tous en même temps la même tuile indiquée sur la carte, en respectant des contraintes minimes. La principale est de toujours connecter les tuiles entre elles…
MESSAGE TRÈS IMPORTANT A LIRE !!!
Peu à peu nos plateaux se remplissent et il faut accepter de perdre des cases, sachant qu’en tout, au départ, il y a 95 cases remplissables (hors forêts et montagnes donc) pour 90 cases de tuiles, sachant qu’il y a 5 case avec des arbres qu’il faut éviter de recouvrir… En effet, chaque arbre fait empocher 1 PV, chaque rocher en fait perdre 1 et chaque case vide aussi… Joli casse-tête !
A son tour, si on le souhaite ou si on n’a pas le choix, on peut refuser de placer une tuile… mais on perd 1 PV en contrepartie ! La preuve sur le plateau de Leila quand elle y consent vers la fin de notre première partie…
Lorsque tous les joueurs ont décrétés en avoir fini (en général au moment où la dernière carte est retournée), on procède au décompte final de l’épisode en cours.
Ci-dessus, voici nos trois plateaux à cet instant, avec une jolie victoire de Fabrizio en haut à gauche, alors que je suis le « moyen » en tant que deuxième…
Fabrice coche donc deux cases sur son plateau (non encore nommé) et moi une : ce sont nos PV pour la fin de la campagne (en 24 épisodes je le rappelle)…
Fabrice colle un autocollant de pénalité (2 rochers supplémentaires, sur une case de prairie avec un petit carré) et Leila fait de même avec un autocollant de bonus avec un arbre. Au final, seul le « moyen » ne colle rien… 😉
Applique-toi mon brave !
Leila se souvient du stress quand on appliquait ce geste dans Charterstone… Et elle adorait !
Comme prévu, nous nous embarquons directement dans le deuxième épisode, toujours au cœur du chapitre 1…
On nous incite à réaliser de grandes zones connectées de la même couleur (et ça va m’obséder au mépris de tout le reste, je le dis clairement !)…
On y retourne avec grand plaisir et un peu plus de connaissances sur le jeu…
Et la fin de partie survient toujours au même moment : après le retournement des 24 cartes, même si, techniquement, cela pourrait s’arrêter avant, si chaque joueur avait décrété qu’il en avait fini (pour ne pas subir la pénalité d’un point de victoire).
Je suis pas mal au niveau des couleurs, puisque je n’ai aucune erreur (mais deux tuiles défaussées). Leila également (plutôt sur mes arbres encore visibles) et nous terminons à égalité… départagés par le nombre de cases vides à partir de la ligne du haut… 🙁 Du coup, je suis à nouveau le « moyen », sans autocollant…
Leila se fait plaisir, même si ce sont deux rochers qu’elle ajoute à son plateau.
Fabrice, lui, en tant que dernier, empoche un joli arbre…
Le troisième épisode démarre juste après qu’on a collé chacun un puits dans son domaine. Petit twist supplémentaire : on empochera 4 PV si on parvient à l’entourer avec exactement 4 bâtiments différents ! Ça promet en prise de tête, non ?
4 cartes piochées et 4 petits bâtiments ! Ça va poser des problèmes pour la suite, ça, mes amis…
Quoi, quoi, quoi !!! Le sort s’acharne : on obtient en 6 cartes l’ensemble des 6 bâtiments les plus petits qui étaient disponibles ! Je ne sais pas si ça vous ait arrivé souvent, mais là, franchement, ça nous inquiète sur nos coups futurs…
On ne va pas tarder à arriver dans le money time… en espérant que Leila ne va pas sombrer dans la sieste à nouveau !!! 😉
Faut-il que je relise l’extrait de règle de tout à l’heure ?
Fin de partie, avec de gros regrets pour moi, à nouveau, alors que Fabrice me présentait comme un expert des jeux à la Tétris… comme dans Patchwork Doodle, où, c’est vrai, j’avais pu impressionner mon entourage !!! 😉 😉 😉
Bien. Fabrice va ajouter de nouveaux rochers, tout en ayant coché encore deux cases sur la piste de PV de campagne, tandis que Leila en a coché une et que j’ai ajouté un deuxième puits, en compensation, pour tenter de compenser ma faiblesse notoire…

Durée de ces parties : trois fois 40 minutes – Note de ces parties : 15 / 20

Scores de la première partie :

Piste Arbres Rochers Prairies vides Total
Fabrice (ours rouge) 10 6 -2 -5 9
Leila (cerf orange) 8 8 -2 -10 4
Ludo le gars (loup gris) 9 8 -2 -8 7

Scores de la deuxième partie :

Piste Arbres Rochers Prairies vides Couleurs Total
Fabrice (ours rouge) 8 8 0 -9 4+7+6 24
Leila (cerf orange) 7 11 0 -11 7+6+5 25
Ludo le gars (loup gris) 8 6 -2 -9 6+8+8 25

Scores de la troisième partie :

Piste Arbres Rochers Prairies vides Couleurs Puits Total
Fabrice (ours rouge) 9 6 0 -10 6+8+7 4 30
Leila (cerf orange) 8 11 -2 -11 3+4+3 4 20
Ludo le gars (loup gris) 8 2 -2 -16 8+5+7 4 16

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La simplicité des règles : évidentes et logiques, sans cas particulier, même après 3 épisodes en ayant rajoutées,
– Le côté Legacy toujours aussi excitant, entre la personnalisation de son plateau, cette notion de jeu unique et les délires supplémentaires qu’on peut s’autoriser dans cet esprit (notre contrat à 3 mains dans la boîte).
..
– L’envie de nous lancer dans les 21 épisodes restants (ça motive !).

On a moins aimé
– Le côté très (trop !) abstrait, à la Tétris, alors que j’aime toujours bien quand la narration vient un peu se la ramener quand même,
– La résolution des égalités (cases vides sur la première ligne) qui me laisse dubitatif pour le moment,
– Une sorte de manque d’excitation quand même, voire de froideur, que je dois laisser planer sans trop insister dessus : à voir sur les parties suivantes

————————————————————————————————————
SAGANI

Deuxième découverte de la journée : un jeu de Monsieur Rosenberg, à savoir Sagani sorti chez Funforge…
Ce jeu nous fait penser à Gorinto, joué récemment, avec ce thème ultra-plaqué sur les éléments. Ensuite, au niveau du jeu, ça n’a rien à voir…
Ci-dessus, la piste de score, avec la case fatidique n°60 à atteindre à 3 joueurs, et l’étalage de 5 tuiles disponibles, appelé la Rivière…
A son tour, on prend une tuile de la Rivière et on la pose devant soi, connectée aux autres (sauf au premier tour évidemment). On y ajoute autant de jetons à sa couleur qu’il y a de flèches colorées dessus (donc 3 ci-dessus). le chiffre (6 ici) indique le nombre de PV qu’on pourra empocher si on valide le contrat : avoir une tuile bleue en diagonale à gauche (quelle que soit la distance), une tuile verte au-dessus et une tuile blanche dans la diagonale en haut à droite. Ce faisant, on récupérera ses jetons et ce sera bien utile puisqu’ils sont en quantité limitée (au pire, j’y reviendrai), on prendra des jetons de cacophonie pour continuer à jouer…
Fin de premier tour…
Un peu après…
Petit exemple de résolution de tuile : ma tuile verte en haut à droite est complète puisque mes deux jetons ont été déplacés sur les flèches, orange en bas et verte en bas à gauche…
Je retourne la tuile, empoche 3 PV et récupère mes deux jetons.
Fluide et limpide, voire taquin, ce jeu passe bien… Par contre, on s’étonne de plus en plus de ses ressemblances inouïes avec le jeu Nova Luna sorti un an et 1/2 auparavant par le même auteur…
Leila s’exciterait-elle pendant que Fabrizio joue son tour ?
Je profite de cette photo sans intérêt majeur (sic !) pour vous présenter la notion d’Interlude : lorsque la rivière ne comporte plus qu’une élément, le joueur qui y est confronté peut décider de placer la tuile au-dessus du plateau de scores et de placer dans son domaine la première de la pioche. Ce faisant, il augmente la taille de l’Interlude (la zone de tuiles défaussées en quelque sorte), ce qui pourrait générer une distribution exceptionnelle de ces tuiles aux joueurs quand cette zone sera pleine !
Non Leila, ne dors pas !!!
Les scores ont bien démarrés à présent et on est à peu près à mi-chemin de la fatidique case 60…
Leila est contrainte de prendre un jeton de cacophonie rouge (contre la perte de 2 PV) pour placer sa pile sur cette tuile blanche de gauche…
La partie va s’achever et Fabrice semble intouchable à présent…
Le domaine de Fabrice une fois la partie terminée…
Celle de Leila…
La mienne…
Et la piste de scores alors que, franchement, ça ne s’est pas joué sur grand chose au final… Si j’avais eu une tuile blanche en enfilade de ma dernière bleue posée tout à fait à gauche (par pur hasard, hein !), j’aurais fini cette tuile en même temps et empoché 6 PV de plus donc terminé à 65 PV… On sent bien que ça se joue à peu, voire très peu, sur ce jeu ! Par contre, que de ressemblances avec son grand frère (jumeau ?) Nova Luna !

Durée de cette partie : 1 heure – Note de cette partie : 15 / 20

Scores de cette partie :

Total
Fabrice (blanc) 63
Leila (marron) 53
Ludo le gars (noir) 59

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– Le réel challenge intellectuel que ce jeu suscite : on prend beaucoup de plaisir à essayer de placer les tuiles les plus avantageuses pour soi, en essayant de les faire se renvoyer l’avantage, tout en gênant, si possible, les autres joueurs en restreignant leurs choix,
– Un jeu qu’on a envie de rejouer pour essayer autre chose, essayer de faire différemment,
– L’impression de ne jamais être largué, entre ceux qui prennent des contrats réalisables rapidement et peu couteux en jetons et ceux qui investissent sur le long terme et qui, peut-être, pourraient prendre des risques au niveau de leurs jetons
!

On a moins aimé
– Le look des illustrations que je n’aime pas du tout, désolé…
– Le côté complètement abstrait même si pas trop gênant parce qu’on sait aller au-delà (voir Gorinto sur un pseudo-thème similaire),
– La ressemblance incompréhensible avec Nova Luna…
– Le côté jeu qui se joue sur rien : hasard ? anticipation ? à vous (ou nous après d’autres parties) de choisir…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


trois + = 11