[24/05/2021] Maracaibo

Retour très rapide sur le jeu Maracaibo qui nous avait enchantés voici 5 jours !
Nous nous y relançons franchement très rapidement, avec la volonté de réduire le temps de jeu, maintenant que nous avons bien intégré que ce sont les joueurs (et leur vitesse de déplacement) qui font la durée de la partie ! En effet, si vous avancez votre navire de 1 à 3 cases le plus souvent, au lieu de le faire progresser de 6 ou 7 cases, forcément vous jouez plus d’actions et, donc, de fait, vous allongez d’autant la durée de la partie ! CQFD… 😉
Je vous laisse vous régaler…

MARACAIBO

La joyeuse équipée (ou pas !) de candidats pour aller exploiter les richesses des Caraïbes !
Le plateau a été installé assez rapidement, en mode normal, sans les cartes 90 à 99 et sans la campagne, et la partie peut débuter…
Le navire de Leila, avec sa carte de carrière en haut à gauche et une première carte posée sur la zone de programmation…
Et voici le mien, avec une carte de carrière orientée sur la progression sur les pistes de nations, le retrait de jetons sur le navire et les quêtes accomplies. Allez, je vais essayer ‘orienter mon jeu ainsi !
Petite vue en fin de premier tour initiée par Leila… Comme vous pouvez le constater, je n’ai pas eu peur d’avancer vite avec mon bateau : rien ne nous oblige vraiment à être lent, surtout que l’important est de faire mieux que l’autre joueur, pas de faire le meilleur score…
Nous retrouvons très vite nos sensations sur ce jeu et nous nous régalons vraiment…
Quand je dis que je vais vite avec mon bateau, ce n’est pas du flan ! Ci-dessus, je viens accomplir une quête que je visais contre le paiement de deux cartes avec le symbole de cartes dessus.
Rapidement, également, je parviens à récupérer mon premier espion sur ma carte de carrière car j’ai progressé de trois cases sur deux nations : j’empoche du même coup 2 PV et 2 doublons !
Sur la droite, regardez la jolie carte que j’ai placée, provisoirement, sur ma zone de planification : le doyen du village qui devrait m’alimenter en doublons si je parviens à le construire rapidement !
Petite vue en fin de première manche sur les quatre que comporte la partie…
Je suis bien content de mes quatre espions déjà positionnés sur le plateau…
Leila n’a pas l’aire déçue de ses cartes non plus…
Ah, enfin, je fais entrer en jeu mon doyen ! il saura palabrer avec les personnes qui viendront voir mes espions, me rapportant pas moins de 2 doublons quand Leila ou moi s’arrêtera sur un lieu où j’ai un espion !
Leila, de son côté, jubile en construisant cette carte de gouverneur, qui lui semble plus puissante que les cartes de prestige à cet instant du jeu ! Elle n’a pas tort : elle paie 20 doublons (donc coût identique) et empoche 5 PV (pour la fin de partie) + 4 sur la piste de revenus de doublons (donc 12 PV au final en tout, puisqu’il reste trois décomptes), sans compter qu’elle récupère un jeton de combinaison de son choix et, donc, de nouveaux gains potentiels et un fort développement.
Observez bien en bas à gauche : je vais vite avec mon bateau, non ? Mais observez mieux : celui de Leila n’étant pas visible, elle vient de me dépasser ! 😉
Fin de la deuxième manche et, donc, nous voici à mi-partie…
Nous allons repartir de la Havane pour la troisième manche et les scores sont plutôt serrés pour le moment, même si j’ai pris de l’avance sur les pistes de nations et celle des revenus de PV, tandis que Leila est devant sur celle des doublons…
Je me lance sur l’église. Allez !
Qu’on est bien dans le Paradis Jeux…
Après pas mal de difficultés, il faut dire que c’est clairement difficile comme axe stratégique à deux joueurs en tout cas, je parviens à terminer une cinquième quête ! Il ne vous échappera pas, également, que j’ai pas mal vidé mon navire en terme de jetons marron…
C’est quoi c’te tête !!! 😉
Oh la belle carte…
Nous voici en fin de troisième manche et j’ai carrément décollé aux scores ! Il faut dire que ma stratégie, à nouveau, d’y aller à fond sur les anglais semble bien fonctionner, de même que celle sur les espions et le doyen, sans parler des retraits de jetons marron sur mon navire. Quant à Leila les choses sont plus compliquées…
Et me voilà, peu après, promu Amiral ! Oui madame !
Il en faut de la place, non ?
Je rejoins le lieu n°20, ce qui actera la fin de partie dans pas longtemps…
Et la voilà ! Quel régal à tous les niveaux… Sauf la durée peut-être qu’on n’a pas fait descendre en-dessous de 3h00 : on en est à 4h00, soit environ 1h00 par manche…
La zone des bâtiments de prestige avec une Leila qui a suivi mon conseil de prendre quelques risques, à un moment donné, et de se lancer dans la cathédrale ! Elle a clairement bien fait car elle empochera un bonus de… 20 PV !
La zone de Leila…
Et la mienne… si vous voyez quelque chose ! 😉
Vous remarquerez, peut-être, que j’ai à nouveau réussi à positionner trois cartes de maîtres d’œuvres fort appréciées pour faire baisser le coût des cartes ultérieures…

Durée de cette partie : 4 heures – Note de cette partie : 17 / 20

Scores de la partie :

Décompte final
Piste Carte Revenus Cartes construites Cartes de prestige Nations Total
Leila (bleu) 73 0 10+17 30 20 3+4+9+14 180
Ludo le gars (vert) 136 0 0+17 41 15 6+10+3+42 270

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– La facilité pour y revenir, sans relecture de règles, super facile d’accès au final !
– La connaissance du jeu (et des cartes sur tout) qu’on intègre dès notre deuxième partie, avec cette distinction, subtile mais bien réelle, entre les cartes à bord marron et celles à bord beige…
– La grosse envie de continuer à explorer des stratégies… même en mode normal
!

On a moins aimé
– La durée de la partie, pas si facile à faire baisser, même à deux joueurs : je pense qu’on aura vraiment du mal à descendre en-dessous des 3 heures (si on y arrive…). !


————————————————————————–

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


7 × = trente cinq