[24/01/2003] Roborally

Participants
– Julie, qui va pouvoir s’adonner aux joies de la programmation à 5 coups…! Que du bonheur 😉
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Après quelques mois d’abstinence 😉 nous ressortons Roborally de l’étagère, où il avait eu tendance à prendre la poussière, après les déboire printaniers de Julie sur ce jeu : programmer à 5 coups est un exercice périlleux qu’il convient de prendre le temps de mettre en place. Plusieurs mois, c’est pas mal… ;-)))


Ca chauffe, ça chauffe, dans le système nerveux central
de la miss…

Alors que nos robots sont face à face,
et que Julie va bien entendu commencer par faire exécuter un demi-tour
au sien, je décide de lui causer des soucis complémentaires
en avançant de 3 cases d’un coup, ce qui repousse dangereusement
son robot vers le bord du plateau… Gniark, gniark…
Elle tombe du plateau. Et hop ! Mais… j’en sors aussi dans le même
tour sans avoir encore compris comment j’avais pu commettre une erreur
de carte aussi grossière…
Bref, nous repartons tous les 2 du premier jalon, avec un point de vie
en moins.

Les tours se déroulent plus rapidement
et nous relions presque ensemble le jalon n°2. Je réalise alors
une belle offensive, me permettant de relier le jalon n°3 avec un
peu d’avance (3 cases). Il me semble alors que je devrai parvenir au jalon
n°4 en 2 tours, à moins, bien sur, que Julie réussisse
à entraver mon chemin… Elle ne ferait pas ça, dîtes…
Et bien SI ! Et le plus frustrant, c’est qu’avec la programmation que
je m’étais préparée, j’arrivais à une case
du jalon n°4, en empruntant 2 tapis roulants successifs !
Tout ruiné le beau projet du gars… Bouhhh…


Julie se saisit de ses cartes, prête à programmer un coup
d’enfoirée, afin de m’empêcher de relier rapidement le dernier
jalon (en bas)…


Une vue rapprochée du plateau sur un quartier très disputé.
Le nombre de cases au sol limite le nombre de bâtiments, on s’en
est surtout aperçu là…


La situation finale du jeu : Julie a dépassé le jalon
n°4, alors que mon robot est sorti des limites du plateau. Dur, dur…

Nous relisons les règles en quelques
minutes et nous redécouvrons les subtilités du jeu : numéro
d’ordre sur les cartes, obstacles sur le plateau, chûtes et autres
dommages…
Nous suivons, d’ailleurs, le conseil indiqué en prenant le plateau
B et 4 jalons, particulièrement indiqué pour les débutants
et Julie… D’accord, j’abuse un peu, mais elle ne m’en voudra pas 😉

Le premier tour est très sympathique
et conforme à ce que l’on attendait : Julie éprouve de
grandes difficultés à anticiper les déplacements
de son robot, ce qui se traduit par une marche arrière sur un
tapis roulant, et vogue la galère !


« Le baiser du robot« , sur vos écrans en janvier,
sur le site de Ludo le gars et nul part ailleurs… En rouge, Julie
en grande représentation, en vert, votre serviteur.


Qu’est-ce qu’elle manigance ? Dîtes voir…

Je me retrouve dans une situation impossible
(voir photo ci-contre) : de dos et sur le côté du seul
tapis roulant qui me permettrait d’accéder rapidement à
la zone du jalon n°4, alors que Julie, de son côté,
est en face de ce tapis et dans le bons sens…
Je réfléchis longuement à la meilleure option :
– Tenter de me retourner et courir derrière Julie en espérant
qu’elle ne dispose pas de cartes pour avancer vite, puis la pousser
dehors,
– Passer par la droite, sur le tapis roulant bleu et bifurquer pour
rejoindre le tapis marron,
– Me retourner et prendre le tapis roulant à contre-sens, grâce
à mes cartes de déplacement rapide.
J’hésite, j’hésite, et finalement je choisis de courir
derrière Julie en misant sur une poussée extérieure.
Cette solution me paraît être la seule qui a une chance
d’aboutir.


Votre serviteur en proie à une programmation délicate…

Les cartes sont révélées
successivement et il s’avère que je n’aurai pas la chance de
pouvoir rattraper Julie.
Je finis même dehors, ce qui était prévu par les
cartes jouées, mais, en quelque sorte, c’était du quitte
ou double. Alors, quitte…

OK, OK, tu peux te pavanner la miss, tu
as gagné !

Décompte final
Julie gagne la partie en ayant relié le jalon n°4,
alors que je n’ai relié que le 3ème.

Débriefing
Roborally est un jeu déconcertant : prévu pour détendre
tout en se prenant la tête, il s’est révélé en plus
totalement imprévisible avec la victoire de Julie ! Non, c’est vrai,
elle n’en revenait pas elle-même !
Il faut dire qu’une bonne maîtrise de la programmation à 5 coups
est nécessaire mais non suffisante pour l’emporter. Il convient de savoir
se placer en embuscade, légèrement en retrait, mais sur le tracé
du robot adverses. Un peu comme elle l’a fait en fin de partie, à proximité
du jalon n°3. Dans ce cas-là, il est quasi impossible d’éviter
le carambolage. Et il paraît difficile de gaspiller des cartes pour rester
sur placer ou tenter d’anticiper une manœuvre adverse… Quoique… Peut-être
devrais-je retenir de cette partie l’obligation de se montrer imprévisible
et d’essayer de deviner où passera l’adversaire.

Cependant, une remarque s’impose : le hasard des cartes mises à disposition
est colossal et restrictif. En effet, si vous ne disposez que d’une seule carte
de déplacement et de 8 de rotation, je ne vois pas trop comment vous
allez pouvoir faire progresser votre bébête… A moins, bien entendu,
de se placer sur un tapis roulant, mais attention à la chute en
sortie…

Roborally est donc un jeu bien sympa, à ressortir de temps en temps
pour son côté tranquille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


− quatre = 4