[24/05/2004] La Strada

Participants
– Julie, qui préfère tester ce jeu plutôt que Fantasy Pub (la prochaine fois, Emanuele…),
– Vincent, qui aurait sans doute préféré l’inverse mais qui appréciera cette partie rapide d’un jeu de ce genre,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie

J’avais découvert ce jeu à Paris, lors des Rencontres Ludopathiques de Bruno Faidutti, en compagnie notamment de Ceranor, à partir de la règle exclusivement germanique, et il me tardait de le re-découvrir à la maison en compagnie de mon groupe de joueurs  habituels.J’explique la règle de ce jeu, après avoir étalé
le matériel sur la table et nous être réparti les
tuiles, en fonction de la couleur choisie : noir pour Julie, jaune pour
Vincent et marron pour Ludo le gars. Sans être très compliquée,
voire simple, la règle n’en est pas moins déroutante, notamment
en ce qui concerne le système de marque des points : plus la ville
est grande plus elle rapporte de points, mais il faut veiller à
ne pas y être installés trop nombreux, ce qui est tentant,
car elle risque de ne plus rapporter grand chose…

Allez, trève de grands discours, en route pour cette petite partie
de fin de soirée, que j’ai choisie de vous relater tour par tour,
avec une photo à l’appui après chaque série d’actions
de Vincent (dernier joueur du tour de jeu)…


Juste pour le souvenir, une photo de la partie
parisienne…


Tour 0 : nous plaçons notre ville de départ. Je place
la mienne (marron) presque au centre, Julie place la sienne (noire) un
peu plus haut et Vincent place la sienne (jaune) encore un peu plus haut.
Le tout est presque aligné…


Tour 2 : je tente de ne pas me faire exclure de la lutte du centre
en y plaçant 2 tronçons, alors que Julie tente de me déborder
par la gauche et que Vincent poursuit son développement sur le
nord/ouest de la carte…


Tour 4 : je ferme l’accès à Julie par la ville relais
qu’elle venait d’atteindre et conserve 3 points pour la suite, alors que
Julie qui possédait 9 points tente une grosse incursion tout à
fait à droite du plateau (4 tronçons et 3 nouvelles villes
reliées !). Vincent, de son côté, peu perturbé
par nos attaques répétées, s’étend un peu
au nord/est et conserve lui aussi 3 précieux points d’action…


Tour 6 : bénéficiant d’un peu de répit en bas,
je tente d’attaquer les villes de Vincent au nord/ouest, alors que Julie
fait de même au nord/est et que Vincent relie la ville la plus en
haut à gauche de la carte, économisant ainsi 2 points…


Tour 8 : ne pouvant pas empêcher mes 2 adversaires de passer
en bas dans ma zone privée, je bloque l’accès à une
seule des grosses cités (je marquerai seul les points dessus).
Julie passe en force en bas en empruntant une colline et une plaine et
peste de ne plus avoir de pion marchand (avec les 3 points qu’il lui restait
elle pouvait traverser la forêt du dessus avant Vincent). Quant
à Vincent, il est tout heureux de profiter de l’aubaine et relie
la grosse cité du bas ainsi qu’une autre ville plus modeste au
sud/ouest…


La configuration finale du jeu, une fois que les cubes de marchands
ont rejoint leurs emplacements en fonction du nombre présent et
de la taille des villes…


Tour 1 : je place une autoroute marron horizontale, histoire de prendre
une grosse option sur le bas de la carte, alors que Julie joue l’option
de s’étendre sur deux villes voisines de sa ville initiale et
que Vincent procède de manière similaire, en essayant,
toutefois de se réserver le haut de la carte…


Tour 3 : je réagis à l’avancée
de Julie sur la gauche en plaçant 3 tronçons verticaux,
puis Julie atteint mon réseau en traversant une colline (coût
de 4) sans pouvoir aller plus loin pour l’instant. Vincent, tranquillement
installé au nord, verrouille un peu plus la zone nord/ouest…


Tour 5 : j’utilise 8 points d’action pour réagir
à l’arrivée de Julie à l’est (4 tronçons
de plaine), tandis qu’elle perd peut-être un tour à placer
2 tronçons de forêt assez distants (l’un à doite,
l’autre à gauche). Vincent, relie également l’une des
grosses villes à droite (la première que j’ai atteint
au premier tour de jeu) et porte le total de cette ville à 3
cubes de marchands. Il travaille aussi complètement à
gauche du plateau histoire de déborder Julie de ce côté-là…


Tour 7 : j’utilise l’un des seuls passages encore
disponibles au centre pour atteindre l’autre grosse cité du nord,
tandis que Julie se relance dans son attaque au sud/ouest et que Vincent,
bien synchronisé, profite de l’occasion pour relier l’une des
villes adjacentes à la grande zone que je me réservais
en bas…


Tour 9 : le dernier tour de jeu ne permettra
qu’à votre serviteur de jouer puisque Julie ne pourra pas relier
de nouvelle ville (elle n’a plus de pion marchand). J’utilise donc 6
points pour atteindre la ville du soud/ouest que Vincent venait de relier
afin de me rajouter 2 points et de leur faire perdre 1 point chacun…

 

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure – Mise en place du jeu
: 10 minutes – Explication des règles : 10 minutes
Je remporte cette partie avec un total de 31 points, devant Vincent avec 30
points et Julie avec 26 points.
Le détail est le suivant :

Hameaux
Villages
Villes
Cités
Total
Julie
4
9
7
6
26
Vincent
4
5
11
10
30
Ludo le gars
2
4
10
15
31


Débriefing
Quelle belle petite partie ! Exceptée Julie, qui n’a pas aimé
le jeu et qui vient de me le confirmer alors que je réalise ce compte-rendu,
nous avons, Vincent et moi, trouvé ce jeu assez bon, en regard de ses
mécanismes et de sa durée de partie. Il propose, en effet, de
manière condensé, ce qu’il se fait de plus intéressant
dans les jeux de connexion :
– Possibilités de blocage,
– Pas de hasard,
– Grosse intéractivité,
– Construction progressive du réseau : esthétisme et parties variées,
– ….
Non vraiment je suis très content de ce petit jeu et je pense qu’il ressortira
souvent, surtout que les scores très serrés permettent de penser
que tout est possible et qu’il y a des bonnes choses à explorer. Seul
petit bémol : à 3 joueurs, seules les hameaux et les petites villes
peuvent être saturées, et ceci est bien dommage (cela enlève
un peu de piquant au jeu, compensé par un meilleur contrôle sur
le développement des réseaux).
Vincent note également que le côté « plateaux modulaires »,
qui semble être la mode actuellement, permet difficilement des comparaisons
entre les parties et que c’est peut-être dommage. Oui, mais au moins on
peut les varier ces satanées parties… ;-)))

Une très bonne surprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


trois × 2 =