[24/05/2004] Sankt Petersburg

Participants
– Julie, qui est ravie de re-tester ce jeu après la partie qu’elle avait beaucoup aimé 3 jours auparavant,
– Vincent, qui ne m’avait pas donné l’impression d’avoir aimé le jeu et qui me sidère en se montrant convaincu par lui,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
La chose est assez rare pour être soulignée : nous allons rejouer à un jeu que tous les 3 connaissons pour l’avoir pratiqué dans les jours précédents. Julie, tout particulièrement
séduite par ce jeu, pourra ainsi mesurer s’il est aussi bon à 3 qu’à 2 joueurs et, de mon côté, je vais pouvoir me rendre compte si la durée de la partie peut se réduire lorsque tous les joueurs le connaissent.
Chacun prend un marqueur de couleur (rouge pour Julie, jaune pour Vincent et vert pour Ludo le gars) puis la partie peut débuter avec
Julie en première joueuse sur les Artisans,  suivie de Ludo le gars sur les Bâtiments, Vincent sur les Nobles et Julie sur les Actions spéciales.


La mise en place initiale du jeu : 6 cartes Artisans assez variées
(3 chercheurs d’or, 1 bûcheron, 1 berger et 1 trappeur)…


Le 2ème tour de jeu est en cours et Vincent s’apprête
à poser une carte devant lui…


Une vue générale du jeu, alors que Vincent est royal
sur les roubles acquis grâce aux Artisans et que je lui coure après.
Dans le même temps, Julie commence à réagir en s’attaquant
avec talent aux Nobles (ses revenus dans cette catégorie n’auront
rien à envier à ceux de Vincent)…


Julie veut réaliser la prouesse d’amasser 10 Nobles ou plus,
ce qui l’oblige à réfléchir plus que nécessaire
pour optimiser ses investissements (c’est peut-être pour cela que
nos parties durent un poil… 😉

Cliquez pour agrandir !
Une vue générale du jeu une fois la partie terminée
: Julie a réussi quelque chose de grandiose avec cette série
de 11 Nobles, alors que Vincent, en tête tout du long de la partie,
a essayé de s’accrocher avec sa série de 7 Nobles et que
je suis bien revenu sur la fin puisque je termine avec 6 Nobles…


A l’issue du premier tour, nous possédons chacun 2 cartes
artisans chacun. Il est à noter qu’outre les diverses cartes
posées par chacun, nous avons tous amassés une main de
cartes très (trop ?) importante, notamment votre serviteur qui
s’était pourtant juré de ne pas repartir sur la Bibliothèque
(coût de 17) dans sa main et qui fait pire que ça : 1 dans
la main et… 1 sur la table !!!


Moi aussi je m’essaie aux photos artistiques
: ici, on peut admirer la jolie bouteile de bière apportée
par Vincent, bien dans le thème des pays de l’est d’ailleurs,
et, au premier rang, mon gros cigare qui attend que je m’en empare…


Une vue hallucinante de mon domaine alors que
la fin de partie approche à grands pas (il reste 2 tours) : un
seul Noble au compteur et, qui plus est, le plus cher de nous 3 ! Je
n’arrive toujours pas à comprendre comment j’ai pu me laisser
embarqué dans la voie dangereuse de la main de 4 cartes (carte
de Bâtiment particulier)…


La série de Nobles collectés par
Julie est déjà impressionnante, mais ce n’est rien en
regard de ce qu’elle réussira à montrer lors du dernier
tour…

 

Décompte final
Durée de la partie : 2 heures – Mise en place du
jeu : 5 minutes – Explication des règles : 5 minutes
Julie remporte cette partie avec un total de 137 points, devant Vincent avec
119 points et Ludo le gars avec 93 points.
Le détail est le suivant :

Points de victoire
Nobles
Argent
Total
Julie
81
55
1
137
Vincent
87
28
4
119
Ludo le gars
72
21
0
93


Débriefing
Bien sûr Julie a gagné ce soir, et de belle façon s’il vous
plaît, devant un Vincent qui n’a pas réussi à maintenir
son avance lorsque le décompte sur les Nobles a eu lieu.Très belle
partie, mais l’essentiel n’est pas là : nous avons plusieurs fois durant
la partie discuté du thème du jeu et cela me semble intéressant
à développer.
Le débriefing que je propose de mener sera donc basé sur l’intégration
du thème de Sankt Petersburg dans le jeu lui-même. A quel moment
peut-on dire que le thème est bien rendu ? Pourquoi ?
– La répartition des cartes Artisans et leur coût dépend
des investissements liés au métier réel : un bûcheron
n’a besoin que d’une hâche, un chercheur d’or d’une pioche, un berger
a déjà besoin de moutons, un trappeur ne trouve pas facilement
ses peaux, enfin, un constructuer de bateaux doit avoir une certaine expérience,
– La progression des Artisans suit leurs évolutions professionnelles
: le chercheur d’or pourra devenir joallier, le bûcheron pourra se lancer
dans la menuiserie, ou encore le trappeur pourra devenir fourreur,
– Les actions spéciales liées à certaines cartes sont logiques
: la carte d’Artisan joaillier permet de gagner de payer les Nobles moins cher,
la carte d’Artisan menuisier permet de construire moins cher, la carte de Bâtiment
théâtre rapporte 1 rouble par carte Noble devant soi car les Nobles
aiment le théâtre, la carte de l’un des Nobles permet d’empocher
1 rouble par carte Artisan devant soi car cela correspond à l’impôt,
la carte de Bâtiment village rapporte si celui-ci est amélioré
puisqu’il sera estimé à 6 roubles alors qu’il n’en a coûté
que 2, la carte de Bâtiment observatoire permet de tenter sa chance dans
l’une des piles un peu comme s’il on avait observé la tendance, …

Sympa quand on joue à ce jeu en essayant de comprendre le pourquoi du
comment. Enfin nous on a trouvé cela intéressant. Comme le jeu
tout court d’ailleurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


8 + neuf =