[24/06/2014] Qin – plateau Dragon (extension)

L’une des dernières productions de Reiner Knizia, Qin, fait partie de mes bonne surprise ludiques de l’année 2013. Pour le salon d’Essen, ils avaient édité une extension, sous la forme d’un plateau biface. Celle-ci, donc, propose une face Dragon et une face Crapaud. Ce soir, nous nous lançons dans la découverte de la face Dragon, à deux joueurs…

QIN – PLATEAU DRAGON (extension) :

L'extension consiste en un nouveau plateau double face avec quelques légères spécificités. On jouera sur celui du dragon, lequel oblige à placer les pagodes en longeant un bord pour faire une sorte de boucle autour du plateau (montagnes infranchissables au centre)...
L’extension consiste en un nouveau plateau double face avec quelques légères spécificités. On jouera sur celui du dragon, lequel oblige à placer les pagodes en longeant un bord pour faire une sorte de boucle autour du plateau (montagnes infranchissables au centre)…
Tristan continue de placer des tuiles rouges à partir de son royaume initial pour se rapprocher d'un village...
Tristan continue de placer des tuiles rouges à partir de son royaume initial pour se rapprocher d’un village…
La partie se poursuit, super rapidement, et la situation s'équilibre :  nous avons placé 13 pagodes chacun...
La partie se poursuit, super rapidement, et la situation s’équilibre : nous avons placé 13 pagodes chacun…
Il reste 8 pagodes à Tristan contre 6 à votre serviteur. On arrive donc dans le money time et il ne faut pas mollir : à chaque tour, il convient d'en placer au moins une, voire deux, si on veut espérer l'emporter. En effet, le tour ne s'achève pas : la victoire est immédiate. Et cinglante...
Il reste 8 pagodes à Tristan contre 6 à votre serviteur. On arrive donc dans le money time et il ne faut pas mollir : à chaque tour, il convient d’en placer au moins une, voire deux, si on veut espérer l’emporter. En effet, le tour ne s’achève pas : la victoire est immédiate. Et cinglante…
Il a beau chercher mon fils, il ne trouve pas comment en placer deux d'un coup, tout en espérant que je ne parviendrai pas à placer la mienne. De plus, il ne peut m'attaquer nulle part pour m'en rendre... Donc, ça sent bon (pour moi !) :-)
Il a beau chercher mon fils, il ne trouve pas comment en placer deux d’un coup, tout en espérant que je ne parviendrai pas à placer la mienne. De plus, il ne peut m’attaquer nulle part pour m’en rendre… Donc, ça sent bon (pour moi !) 🙂
On voit bien cette sorte de barrière infranchissable au centre, imposant de devoir en faire le tour pour aller de l'autre côté. Lors du premier tour, Tristan a posé une double tuile rouge et posé une pagode dessus (nouveau royaume), tandis que j'ai fait de même avec une double tuile bleue. Ce qui m'a le plus surpris ce jour, c'est d'avoir réexpliqué la règle en 3 minutes alors que j'en avais un souvenir assez confus. Ca c'est cool !
On voit bien cette sorte de barrière infranchissable au centre, imposant de devoir en faire le tour pour aller de l’autre côté. Lors du premier tour, Tristan a posé une double tuile rouge et posé une pagode dessus (nouveau royaume), tandis que j’ai fait de même avec une double tuile bleue. Ce qui m’a le plus surpris ce jour, c’est d’avoir réexpliqué la règle en 3 minutes alors que j’en avais un souvenir assez confus. Ca c’est cool !
Un peu plus tard, alors que Tristan a pris un peu d'avance (deux pagodes). Je rappelle que le but du jeu, simplissime, est d'être le premier à toutes les poser...
Un peu plus tard, alors que Tristan a pris un peu d’avance (deux pagodes). Je rappelle que le but du jeu, simplissime, est d’être le premier à toutes les poser…
Grosse, grosse, voire intense, séance de réflexion chez mon gone ! Ben oui, on est tributaire des tuiles piochées et, parfois, on en attend une particulière de manière trop importante, ce qui empêche de jouer efficacement avec les autres tuiles disponibles... En fait, je pense qu'il faut s'adapter à sa main, faire au mieux avec ce qu'on a...
Grosse, grosse, voire intense, séance de réflexion chez mon gone ! Ben oui, on est tributaire des tuiles piochées et, parfois, on en attend une particulière de manière trop importante, ce qui empêche de jouer efficacement avec les autres tuiles disponibles… En fait, je pense qu’il faut s’adapter à sa main, faire au mieux avec ce qu’on a…
Ma dernière et unique pagode attend sagement le moment où je la poserai sur le plateau...
Ma dernière et unique pagode attend sagement le moment où je la poserai sur le plateau…
Et voici la situation finale, une fois que j'ai placé ma dernière pagode. A noter que j'ai quand même dû attendre un tour de plus, ne pouvant pas la positionner en un coup. Pour un peu, Tristan aurait pu espérer l'emporter : il ne lui en reste plus qu'une...
Et voici la situation finale, une fois que j’ai placé ma dernière pagode. A noter que j’ai quand même dû attendre un tour de plus, ne pouvant pas la positionner en un coup. Pour un peu, Tristan aurait pu espérer l’emporter : il ne lui en reste plus qu’une…

Durée de la partie : 30 minutes – Note de cette partie : 16 / 20

Scores :

Pagodes restantes
Tristan (blanc) 1
Ludo le gars (vert) 0

Bilan synthétique :

On a beaucoup aimé
– L’évidence de la règle, même après plusieurs mois, en dépit d’un souvenir de difficultés pour l’expliquer,
– La fluidité des parties et leur côté incisif,
– L’obligation de devoir faire au mieux avec sa main de tuiles, pour éviter de se retrouver bloqué à cause d’une stratégie qui imposerait une tuile précise…

On a moins aimé
– Le manque de valeur ajoutée de ce nouveau plateau : il n’apporte que trop peu de différences,
– La difficulté pour aller taquiner les positions adverses (royaumes) : nous n’y arrivons toujours pas bien…

————————————————————————————————————

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 5 = quinze