[25/03/2004] Les Aventuriers du Rail – USA

Participants
– Jérôme, qui devient un accro aux jeux d’Alan Moon,
– Sylvain, grand amateur de jeux où l’on se creuse la tête et qui sera donc là en touriste 😉
– Vincent, toujours partant pour un jeu, quel qu’il soit : il est fort ce Vincent 😉
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Sitôt reçu, il me fallait ré-essayer ce jeu (l’ayant découvert une première fois à la boutique
Descartes de Lyon où 2 erreurs de règles furent commis au passage : mauvaise interprétation de la notion de plus long chemin et non-réalisation de l’ultime tour de jeu). Ce soir, donc, je le propose à notre assemblée régulière de joueurs rochetaillards et l’accueil est unanime, même qu’il manquerait des places pour y jouer à 8 !
J’expose rapidement les règles limpides de ce jeu et nous prenons chacun une couleur de wagons : jaune pour Jérôme, noir pour Sylvain, rouge pour Vincent et vert pour votre serviteur. Puis nous attaquons la partie avec Jérôme en premier joueur.


L’ambiance est sympathique autour de cette table, avec un début
de partie assez particulier : les trois pemières poses de route
ont eu lieu dans une zone assez restreinte, élément qui
se confirmera par la suite…


Finalement, après avoir amassé moult cartes, c’est Vincent
qui, le premier, se lance dans la conquête de l’ouest, avec une
très belle route noire de longueur 6 qu’il occupe avec ses wagons
rouges…


Bien que la photo ci-dessus ne se concentre pas sur ce fait, c’est
bel et bien Jérôme qui viendra taquiner Vincent au sud-ouest
avec ses wagons jaunes. Ici, on peut voir Sylvain en train de piocher
deux nouvelles cartes, alors que son réseau noir reste concentré
à l’est du plateau…


Les routes se multiplient et se concentrent de manière délirante
dans la même moitié du plateau : l’est des Etats-Unis. On
en vient tous à se demander si on aurait pas intérêt
à abandonner la portion et à tenter sa chance de l’autre
côté, quitte à laisser tomber certains de ses objectifs
secrets forcément en lien avec cette zone…


Ayant réussi à me créer mon espace au centre,
je réalimente mes objectifs secrets et prends notamment le pari
de relier Vancouver (tout à fait au nord-ouest) à mes routes
centrales. …


Une vue générale une fois la partie terminée par
Vincent (on oublie, d’ailleurs, de jouer le tour supplémentaire
requis). Très habilement, Vincent m’empêche lors des 3 ou
4 derniers tours, de relier la ville de Vancouver alors que j’étais
assez confiant et que cela s’est joué à très peu…

Décompte final
Durée de la partie : 45 minutes – Mise en place du
jeu : 10 minutes – Explication des règles : 15 minutes
Jérôme remporte cette partie avec un total de 82 points, devant
Vincent avec 74 points, Sylvain avec 69 points et Ludo le gars avec 54 points.
Le détail est le suivant :

Points acquis dans le jeu
Points des objectifs secrets
Points pour la plus grande chaîne
Total
Jérôme (jaune)
53
20 + 9
0 (longueur : 24)
82
Sylvain (noir)
46
8 + 5
10 (longueur : 28)
69
Vincent (rouge)
81
10 – 17
0 (longueur : 13)
74
Ludo le gars (vert)
46
7 + 8 + 13 – 20
0 (longueur : 18)
54

Débriefing
Quelle partie agréable nous avons eu la chance de pratiquer ce soir !
Une avance marquée de Vincent, surtout dans le second tiers du jeu, une
remontée au finish de Jérôme, surtout en raison de la non-atteinte
de l’un des objectifs de Vincent, une frustration en ce qui me concerne, à
cause d’un blocage inattendu de Vincent dans ma quête de l’atteinte de
la ville de Vancouver (qui m’aurait rapportée 20 points, au lieu de m’en
faire perdre 20…), et un Sylvain qui n’a jamais réussi à sortir
la tête de l’eau, assez bizarrement ma foi.

Au final, chacun de nous a bien aimé ce jeu et je pense particulièrement
à Jérôme qui, de plus en plus, se met à apprécier
les jeux de cet auteur mature qu’est Alan Moon. Il est vrai qu’avec un jeu comme
les Aventuriers du Rail, l’auteur et l’éditeur frappe très fort.
Reste à confirmer que l’on a vraiment intérêt à essayer
de se bloquer, car cela semble coûter très cher à celui
qui s’y risque. De même, au niveau des objectifs secrets, je suis le seul
des 4 à en avoir pris 2 de plus et je finis dernier, alors que j’ai été
tout près de l’emporter, au nez et à la barbe de mes adversaires,
avec la liaison de Vancouver. Il est difficile, pour l’instant, de se rendre
compte si les objectifs secrets constituent une tactique jouable.
En clair, nous avons beaucoup aimé cette partie, qui s’est déroulée
en un temps très raisonnable, ce qui est bien agréable parfois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 − un =