[25/04/2007] Imperial

Voici un peu plus de deux mois qu’Imperial avait été remisé sur son étagère, le temps de tester quelques nouveautés printannières, mais le revoici le revoilà, en compagnie de Sylvain, chez qui, en revanche, le jeu n’a pas eu le temps de prendre la poussière, lui qui enregistre une partie par semaine depuis des mois ! On va avoir fort à faire avec Julie pour contre-carrer ses plans capitalistes…

IMPERIAL :

Assez curieusement pour une partie à 3 joueurs, celle-ci débute par une répartition non homogène
des nations ! En effet, je m’applique à compter combien investir pour priver l’un de mes adversaires d’une seconde nation… Les achats donnent :

vert violet jaune rouge bleu noir $ nations
Lucarty 9 0 6 2 4 0 7 1
Juie 4 4 2 4 6 2 5 2
Ludo le gars 2 9 9 0 2 6 0 3
En fin de premier tour de jeu, la roue présente des choix classiques : 5 nations sur 6 ont opté
soit pour une usine, soit pour une production d’unités militaires. En ce qui me concerne, j’ai décidé de ne pas me servir de la Russie pour la faire grimper au score, mais de
l’utiliser pour gagner de l’argent vite fait, ce qui explique mon choix de Investor. Précisons que Sylvain, possesseur initial de la carte Investor, n’a aucune action violette et
que, donc, il n’encaisse que ses 2 millions supplémentaires, ce qui lui donne un capital de 9 millions pour investir. Le sagouin, car appelons les choses par leur nom, est qu’il
me chipe immédiatement la nation jaune, nation que j’envisageais vraiment de faire monter au septième ciel ce soir…
Ma zone personnelle, telle qu’elle s’est présentée pendant les 9/10ème de la partie : l’Allemagne
et la Russie, possédées dès l’entame, puis la France, par choix opportuniste contre Julie. 3 nations pour moi, une seule pour Julie (l’Angleterre), mais c’est bel et bien Sylvain
qui nous surprend par sa très bonne gestion de sa paire Italie – Autriche Hongrie…
Une vue générale de la situation alors que seules deux nations n’ont pas encore progressé sur la
piste de score : la Russie, victime d’un fin de premier tour de roue calamiteux, et l’Angleterre, que Julie a bien du mal à rentabiliser. Je me dois de préciser que Sylvain joue
vraiment bien, entravant sans cesse mes projets par de petites casses de-ci de-là ou des occupations d’usines assez vicelardes…
Sylvain prépare sa fulgurante marée verte que Julie n’a pas vu venir (ellerait pu utiliser sa
flotte rouge pour venir le chatouiller). En effet, comptez un peu la taxation verte à venir : 15 points ! Donc, non seulement il va encaisser un bonus de 5 millions mais, surtout,
il va faire progresser cette nation de 10 cases sur la piste de score !
Il s’en lève le père Sylvain. Il faut dire qu’il sait très bien qu’il lui faut accélérer le
jeu pour remporter une victoire éclair, mais qu’il n’a pas trop le droit à l’erreur car on ne le loupera pas. En même temps, il se sert tellement bien des jaunes pour attaquer
indirectement toute position bleue ou violette trop proche des verts que nous nous sentons vraiment impuissants…
Malgré de grosses tentatives kamikazes de ma part, je ne parviendrai pas à empêcher Sylvain de
taxer une nouvelle fois à 15. Quelle maestria, franchement…
Une petite illustration de mes tentatives de gêne : 3 unités bleues à une case de ses usines vertes
non protégées. Et encore, vous n’avez pas vu le nombre de bateaux que j’ai fait sauter ! J’avais tout misé sur son possible manque d’un petit million de dollar pour aller chercher
la taxation…
Une taxation finale qui génère une piste de score jamais vue jsuque là : le marqueur vert atteint
pile la case 25, alors que les autres marqueurs n’ont pas dépassé la case 10 ! Pour être vraiment précis, les marqueurs violet et bleu n’ont même pas atteint le fatidique seuil du X
1…
Sylvain a géré de main de maître (sans exagération, vraiment) sa paire de nations verte et jaune.
Comme en témoigne sa zone individuelle, il a  tout misé là-dessus et cela a fonctionné peut-être même au-delà de ses espérances…
La zone personnelle de Julie, quant à elle, se révèle assez surprenante puisque elle n’a pas réagi
à la montée en puissance de Sylvain. Cela s’est traduit par des achats d’actions assez frileux, toujours à la limite de prendre possession d’une nation mais sans le faire…
Ma zone personnelle est assez déprimante : trois nations contrôlées mais aucune possibilité de
géner Sylvain comme je l’aurais aimé. Jamais je n’ai vu d’issue favorable et je ne dois ma petite remontée finale qu’à un ultime achat d’une action verte laissée par Sylvain (la 12
millions)…
Une vue finale de la partie. Le rouleau compresseur Sylvain est passé, bonjour les dégâts !
Bilan synthétique :

On a aimé
– La possibilité d’imprimer un rythme à la partie (Sylvain a vraiment misé là-dessus aujourd’hui)
– La fluidité de l’ensemble, une fois de plus !

On a moins aimé
– Le côté rouleau compresseur difficilement contrable si l’on ne veut pas trop discuter entre les joueurs qui devraient se liguer contre un 3ème

Scores de la partie :

 

vert violet jaune rouge bleu noir $ Total
Lucarty 90 0 10 1 0 0 8 109
Julie 60 0 1 8 0 3 14 86
Ludo le gars 30 0 4 0 0 8 11 53

Note du jeu (sur cette partie) : 18 / 20

———————————————————————————————————————————————–

Une réponse à “[25/04/2007] Imperial”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


deux + = 3