[25/08/2009] Montego Bay

C’est pas parce que l’on est rentré de vacances que l’on n’a plus le droit de faire des parties de jeux ! Non mais des fois… Même qu’on n’a pas beaucoup joué en vacances cette année, du coup, on va se rattraper maintenant… Gnark, gnark, gnark…
En cette fin d’après-midi, donc, je propose à Maitena et Tristan de découvrir Montego Bay, un jeu de bluff pur (« Comme je sais qu’il sait que je pense ceci, je vais faire le contraire,
mais s’il le devine, alors que dois-je faire ? »), au matériel plus qu’imposant pour un jeu finalement d’une simplicité déconcertante. Mais, bien fichu et vraiment agréable. Allez, je vous raconte tout ça…

MONTEGO BAY :

 


Enorme boîte avec un matériel époustouflant (je pense par exemple au rail de glissement des marqueurs d’ordre du tour), Montego Bay est néanmoins un petit jeu à pratiquer. Ici, lors
de la mise en place, nous avons tiré aléatoirement l’ordre du tour du départ : le petit docker vert, suivi du grand jaune, du grand vert, du grand bleu, puis du petit jaune et petit
bleu. Pour les tours suivats, le dernier passe premier et on décale le reste…

En fin de la phase 4 du premier tour, juste avant que le bateau amarré au quai n°1 ne s’en aille(ici : le cargo de départ, non chargeable de tonneaux). Au centre, on voit les 7
entrepôts, chacun partagé en deux zones, chacune accessible depuis un côté du chemin où tournent les dockers. Face à chaque docker est indiqle nombre de tonneaux que le joueur
concerné pourra charger sur les bateaux ou perdra (tonneaux éclatés en orange)…

Pour Maitena, et surtout Tristan, le jeu n’est pas très facile à appréhender puisqu’il faut calculer où avancer ses deux dockers (de 1 à 5 chacun) sachant qu’on programme cela à
l’avance et que l’ordre effectif de déplacement est l’ordre du tour actuel…

Là, je couine, car en raison du déplacement du grand docker jaune (Tristan) sur la même case que mon petit vert (initialement en face de l’entrepôt), il m’a éjecté en face et donc
je vais être victime d’une perte sèche de 2 tonneaux (OK, j’encaisserai une pièce de compensation, mais bon)…

Fin de la phase 4 du deuxième tour et les positions sur les bateaux sont sans équivoque : je n’ai plus qu’un seul misérable tonneau alors que le but est d’en expédier un maximum
pour être majoritaire sur les bateaux (soit ceux qui sont pleins et qui partent immédiatement, soit celui amarré au quai n°1)…

Voyant que ma situation est loin d’être enviable, je décide de dépenser mes 3 pièces collectées pour m’adjuger les services de Lazy Jack, un gars qui attendait patiemment d’être
embauché par une compagnie de dockers. Je le place à côté de mon petit docker vert et lui affecte, à lui aussi, une carte de déplacement (celle couchée)…

Je minimise les effets de mon pitoyable démarrage en plaçant le dernier tonneau de ce bateau : j’encaisse 1 point car je suis second ex-aequo (1/2 = 0.5 arrondi vers le haut) + 1
point car j’ai complétant le bateau. Tristan marque 1 point et Maitena 2 (elle est majoritaire)…

Je suis extrêmement satisfait de ma bonne utilisation de Lazy Jack, puisque je parviens à positionner le maximum possible de tonneaux sur les bateaux, à savoir 9 (4+3+2) ! Je
recolle donc parfaitement au score avec 9 points comme Maitena, Tristan en totalisant 8 (et, surtout, j’ai du gros potentiel sur les bateaux qui attendent)…

Maitena tient le coup au score, profitant, il faut bien le dire, de deux très mauvais choix de Tristan qui l’ont avantagés de manière très importante. Mais bon, c’est bien, c’est
tendu, on est au coude à coude avec 18 points chacun, contre 7 pour Tristan. Le jeu est très plaisant, bien moins chaotique qu’il n’y paraît et offrant pas mal de choix tactiques
subtils si on tient compte de l’ordre du tour (évolutif), des possibilités d’éjection ou non des dockers et de la présence ou non de Lazy Jack…

Cette photo est très intéressante pour voir comment gérer ses deux dockers l’un par rapport à l’autre. Mon petit est face à un entrepôt d’où je peux charger 3 tonneaux, le grand est
face à un entrepôt indiquant 4 tonneaux. Si mon grand avance de 3 cases il fait passer le petit en face, le petit protégeant le gros d’une éjection par un autre joueur, avant
d’avancer de 4 cases : les 2 dockers auront ainsi inversé leur position !

Illustration, avec mes cartes en main, de la manoeuvre exposée sur la photo précédente…

Le grand docker vert jouant bien avant l’autre, le petit le protégera longtemps (celui-ci jouant même dernier)…

Voilà le rendu après la fameuse interversion ! A noter que Maitena aurait pu clore le jeu, en finissant le bateau du quai n°2, mais comme elle commençait à accuser du retard
au score, elle a préféré tenter d’attendre un tour de plus pour espérer revenir au score…


Voici donc la vue du plateau juste avant que nous attaquions, pour de bon, le dernier tour de jeu, sachant que le bateau du quai n°1 va partir tout de suite (phase 5)…

Le dernier tour, avec seulement 11 places disponibles dans les 3 bateux à quai, requiert de savoir se placer rapidement dans l’ordre de chargement des tonneaux (près de la
figurine de l’armateur). Mais Maitena, la seule qui pouvait peut-être revenir un peu au score si elle prenait la majorité du bateau du quai n°3, n’y pense pas…


Une programmation comme je les aime : je placerai 4 tonneaux en tout, ce qui est peu certes, mais en premier et deuxième ! Ensuite, Tristan en placera 4, puis Maitena n’aura que les
yeux pour pleurer avec ses 2+2 tonneaux qui n’auront aucune incidence sur les majorités. Tristan aura un dernier tonneau à placer, lequel rejoindra le bistrot…

La configuration finale de cette très sympathique partie, où mon avance aura été en s’accroissant, surtout depuis que j’ai compris comment mieux gérer l’ordre du tour, Lazy Jack et
les éjections et autres protections possibles. Une très bonne surprise…
Bilan synthétique :

On a aimé
– Le matériel de jeu, luxueux et donc très agréable à manipuler,
– Les nombreuses possibilités tactiques, bien plus présentes que le chaos imaginé avant la partie,
– La configuration 3 joueurs, bien contrôlable et suffisamment interactive.

On a moins aimé
– La difficulté pour les plus jeunes de bien anticiper ce qui arrivera, ce qui peut créer des situations d’avantages d’un tiers un peu pénibles,
– La crainte que le jeu à 2 soit trop peu interactif et le jeu à 4 trop peu anticipable.

Scores de la partie :

Tristan (jaune) : 23
Maitena (bleu) : 35

Ludo le gars (vert) : 45

Note du jeu (sur cette partie) : 16 / 20


Durée de la partie : 1 heure 45 minutes

 

———————————————————————————————————————————————–

2 commentaires à propos de “[25/08/2009] Montego Bay”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


5 + huit =