[25/09/2004] Gipf

Participants
– Thierry, qui ne rentrera pas à Cuisery sans avoir testé cet excellent jeu de Kris Burm,
– Ludo le gars, votre serviteur.

Déroulement de la partie
Avant que Thierry ne regagne sa belle Bourgogne, je le harcèle un poil pour qu’il essaie un dernier jeu, en l’occurence l’incontournable Gipf, l’un de ceux que j’ai découvert très récemment et qui m’emballe carrément. Après quelques palabres, il accepte (il est faible… 😉 et nous entamons alors une petite partie, après que je lui ai expliqué les règles.
Thierry joue les pièces blanches et commence, alors que je joue les noires
.


Voyant bien que le jeu est simple mais profond, Thierry a un sourire
entendu sur cette photo : il estime que cela sera dur contre un joueur
non-débutant, ne lui en déplaise que je n’ai qu’une seule
partie au compteur…


Une vue de la situation alors que les positions sont assez équilibrées…


On est clairement concentré et la partie est belle, avec plusieurs
rebondissements successifs : avec une seule pièce en réserve,
Thierry a failli perdre si je n’avais pas fait le mauvais choix, et situation
inversée quelques tours plus tard où j’avais vu où
il aurait dû jouer pour m’empêcher de récupérer
un alignement de 4…


La configuration finale du jeu, au moment où Thierry ne peut
plus jouer…

Décompte final
Durée de la partie : 1 heure – Mise en place du jeu : 1 minute – Explication des règles : 5 minutes
Ludo le gars remporte cette partie avec un total de prises de 6 contre 6 pour Thierry au moment où ce dernier ne peut plus jouer (reste de 5 pions devant moi à cet instant).

Débriefing
Un peu longue, cette partie aura été un grand moment ludique,
idéal pour clore la soirée de notre hôte ludophile. Gipf
est vraiment un jeu intéressant, pas prise de tête pour un sou
et qui semble vraiment profond. Nous avons, par exemple, eu l’impression qu’il
était tout à fait possible de bloquer un joueur quant bien même
il aurait réussi plus de prises que l’autre, tout simplement parce qu’il
n’a plus de pion dans sa réserve et que son adversaire l’empêche
de réaliser le moindre alignement de 4. On a, dans ces cas-là,
la très désagréable impression de courir après l’autre
pour ne pas avoir moins de pions que lui dehors.
Très bon et addictif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


× 4 = seize